Archive pour septembre, 2017

N’oublie pas le chocolat

N'oublie pas le chocolat 17092401050417181815283074

Bonjour à tous,

« Donc tu te sens prête à poser le cadre de ton projet, à entrer dans le vif du sujet  ? », me demande Elédahiel.

Oui, je pense que je peux tout mettre en place, je suis prête. Et tu sais, c’est bien d’avoir ce projet là maintenant alors que comme tu le sais mes collègues m’adressent à peine la parole et que je suis inquiète pour ma mère.

J’ai besoin de créer une ouverture vers autre chose. Je suis sidérée de constater de quelle étonnante manière la situation a pu évoluer au travail.

« Comme tu ne parles pas de tes problèmes et de ta vie, les gens ne souhaitent plus te parler. »

J’ai peu de problèmes. Ce que tu sais. J’ai peu d’obligations également, peu de contraintes. En fait je n’en ai qu’une et c’est de travailler.  

Il y a quelques années, j’étais encore étudiante, il y avait cet homme qui avait l’habitude d’être consulté par les uns et les autres. Il dirigeait une association, se voulait un maître spirituel. Ma mère, qui avait des amis le connaissant, me l’avait présenté.

Il m’avait dit avec autorité, raconte-moi tes petits problèmes. J’étais insouciante à cette époque. Mon plus gros souci devait être de savoir quel rouge à lèvre choisir le matin. Je lui ai répondu, je n’ai pas de problème. Il m’a dévisagée.

Ce serait facile, même pour moi aujourd’hui qui suis médium et tiens ce blog de me servir de ce que j’ai construit pour fédérer un auditoire qui reviendrait vers moi au moindre souci rencontré.

Je ne le fais pas et je sais pourquoi je ne le fais pas.

Je sais pourquoi certains voudraient que je parle de ma vie et de mes problèmes. Quand j’ai expliqué que nous n’avions pas eu trop de vent avec le récent ouragan, loin de me répondre tant mieux, ils se sont tous fermés et ont plongé dans leur écran.

Je sais, avec certitude et sans malveillance que si j’avais répondu, j’ai passé la journée à éponger, on a été inondé, alors ils m’auraient tous souri et écouté. 

Je suis une catastrophe pour reconnaitre qui est attiré par moi ou qui s’intéresse à moi. Je ne vois jamais, je ne sais pas pourquoi. Tout le monde comprend ou sait des siècles avant moi. Toujours.

Par contre, je sais quand les gens ne sont pas sincèrement bienveillants envers moi. Je le sais et je ne me trompe pas.

Tu te souviens de ce matin où le collègue s’est tourné vers moi, m’a regardé droit dans les yeux et m’a demandé de lui dire que je voyais quelqu’un. Je lui ai répondu, non.

Il en a déduit que je ne souhaitais pas m’ouvrir à lui.

Je n’ai pas compris cette question sur le coup, ce n’est qu’avec le recul que j’ai réalisé.

Ce n’est pas grave que les autres ne veuillent pas me raconter leurs vies. Pour être honnête, souvent je m’en fous. Mais on peut parler, simplement. Comme on le faisait d’ailleurs il n’y a pas si longtemps.

Je constate que non. Parce que je ne raconte pas ma vie, mes problèmes, on ne me parle plus du tout. Je ne le vis pas bien, je me sens rejetée et je sais que je n’ai rien fait, à personne.

Et je n’ai pas d’endroit où m’échapper, une fois de plus, je ne peux pas claquer la porte, une fois de plus, il me faut une porte de sortie véritable, une fois de plus.

S’il s’agissait d’un autre cadre, je tournerais juste les talons. Mais je ne peux pas. Alors, vu que j’en ai franchement marre de ce type de situation, liées au fait que finalement peu d’entre nous sont réellement heureux, je vais prendre le temps de faire quelque chose qui devrait me rendre plus heureuse.

Tu as vu, je n’ai pas dit heureuse. Parce que moi je ne suis pas une personne malheureuse ou triste. Et je ne veux pas le devenir, il n’y a aucune raison.

Mais pour te dire la vérité, je suis en train de puiser dans mes réserves de bien-être et elles se réduisent. Il faut que je reconstitue. Il faut que j’agisse.

Je suis contente de savoir qui je suis et ce que j’aime. C’est ce qui a permis l’émergence de ce projet. Et je vois pourquoi vous me disiez que j’avais tort de penser qu’un travail spirituel ne portait pas de fruits sur le plan matériel.

Je voyais que je n’ai pas de maison, pas de famille, peu d’amis. Et maintenant je réalise que je ne me demande pas comment payer la taxe foncière et partir en vacances, que je suis en paix avec le fait de ne pas avoir d’enfant ou de compagnon à cette date et que j’ai des amis. Ce qui n’est pas le cas de toutes les personnes que je connais.

Car moi aussi j’ai des connaissances. Je n’ai pas écrit, je suis seule au monde. Mais les connaissances, je n’arrive pas. Je préfère les personnes qui ont le cœur tourné vers moi et celles-là sont des amies.

Et puis ma mère qui est malade, on ne sait pas ce qu’elle a à l’instant où j’écris ces lignes. Je vous dirai. J’espère que ce n’est pas grave lol. Mais même si c’est le cas, la vie doit se poursuivre.

Il faudra aller de l’avant, chacun. Je le comprends aussi.

Tu sais, comme je ne peux pas tout faire en un claquement de doigts, j’aime quand je peux prendre le temps dont j’ai besoin. Ce cas de figure est rare ceci dit lol.

Je me sens prête alors je vais commencer, je vais poser le cadre. Je ne sais pas où ça va me mener ni même si ça va me mener quelque part.

Toutefois j’aime le fait d’aller dans une direction qui me plait. Cela m’aide grandement.

Et Sélène m’a expliqué au réveil que ce qui gêne les personnes qui me voient comme une menteuse (n’oublions pas mon amant caché) ou une femme superficielle et irresponsable (toujours chez papa-maman à voyager au lieu d’épargner pour acheter un logement), c’est que je ne souffre pas comme eux de l’absence d’une porte de sortie.

Il n’y a pas pire enfer que l’enfer personnel. J’adore cette phrase et elle est tellement vrai. Si on croit à l’enfer.

Je préfère croire que ce n’est pas pour rien que j’ai deux mains et un cerveau. Heureusement parce que c’est tout ce que j’ai lol. Une chance que la première partie de mon projet soit très accessible. J’ai cogité pour trouver ce que je pourrais faire ceci dit. Ah oui parce que, je suis encore fauchée. 

Si vous aviez vu cette bague à St Petersbourg, vous comprendriez une fois pour toute pourquoi je ne peux pas passer mon temps à me restreindre non plus.

Du coup je ne me restreins pas trop.

C’est parce que l’on s’offre des occasions de sourire que la vie reste belle.

La semaine dernière par exemple j’étais dans ce petit restaurant, aussi délicieux que celui de 15 jours avant.

Je sais que j’ai une philosophie de vie assez différente de celles de nombre de personnes.

Je sais pourquoi, je l’accepte. La réciproque par contre…

Cependant, je ne vais pas pleurer Elédahiel. Ni m’enflammer pour rien.

Je reste sur ma nouvelle route.

« Ne dis rien, à personne, fais ce que tu as à faire. Et achète la montre, elle ne te plait plus ? »

Tu crois ? Je voulais des boucles d’oreille…

« Va la voir, si elle est encore en boutique essaye-la. Vois si elle te plait. »

Je vais y aller oui lol. Je l’aime bien.

« Le vent tourne, certaines situations ne peuvent qu’évoluer. Ce n’est pas un nouvel hiver qu’il y a devant toi. Mais autour de toi si. Plus froids que le désert glacé, les vents de l’hiver des autres peuvent perturber tout ce qu’ils atteignent.

Et il va y en avoir beaucoup. Tout le monde n’avance pas avec un manteau sur les épaules sur une étendue glacée illuminée par le soleil et sans la moindre brise.  

Tu ne sais pas ce que c’est que de tout avoir et de ne pas être heureux. D’autres savent et ces autres sont nombreux.

Heureusement, devant, le soleil brille de mille feux. Regarde devant.

Le sac rose clair ne t’intéresse plus ? »

Non. Merci à toi. Je reste concentrée sur ce qu’il y a devant.

« Pas trop concentrée, n’oublie pas le chocolat. »

 Lol.

Belle journée à tous ;)

 

Une vie qui me ressemble

Une vie qui me ressemble 17092307273717181815282632

Bonjour à tous,

« Donc, il y a plusieurs possibilités pour un tour du monde mais tu devrais exclure dès à présent de prendre la route toute seule. Ce n’est pas une bonne idée. Tu n’aimes pas trop le train. »

Non, c’est long, c’est chiant, je ne suis pas fan en effet.

« Certains trains valent le détour. Pourquoi ne pas en emprunter un ou deux ? Renseigne-toi. Que dirais-tu d’une partie croisière et une partie trains ? »

La croisière c’est bien mais cela ne permet pas de rester longtemps dans un même endroit.

« Alors une partie mer et une partie terre. Justement. »

J’y réfléchis Sélène. Ce serait entre 6 mois et un an. C’est long et il faut d’une part que je vive pendant tout ce temps et d’autre part que je puisse rentrer dans la sérénité. Mais après un tel voyage je ne pourrais plus vivre comme je le fais aujourd’hui, j’en suis consciente.

Donc tu vois, je prends au sérieux cette idée. Seulement il me faut du temps pour la développer.

« Un an, ce serait la durée maximale ? »

Oui.

« Que faudrait-il pour que tu rentres dans la sérénité ? »

Il me faut un toit, un travail, de quoi remplir le frigo et un environnement calme et détendu. Si j’ai tout ça je peux rentrer sans appréhension. 

« Ce que tu veux c’est partir dans la sérénité. Et non pas au petit bonheur la chance. Pourquoi pas. Quel serait l’objectif principal de ce voyage ? »

Me remplir les yeux ! Et le cœur et le ventre !!!

« Nous savons que tu ne rêves pas devant les vies de tes proches, que tu ne les envies pas. Prendre un crédit pour une maison en couple, faire un enfant maintenant, rien de tout cela ne t’attire. Qu’y a-t-il de si fou, dans ce contexte, à faire un tour du monde ? Tu as cette sensation de fraicheur qui te vient dès que tu y penses. Tu ne ressens pas cela à l’idée de contracter ton premier gros emprunt pour t’installer.

Pire, nous savons que tu te demandes pourquoi est-ce que tu t’installerais et si tu veux vraiment le faire là où tu te trouves.

Il n’y a pas de mal à envisager la vie sous d’autres angles. Tu n’en parles à personne mais tu ne souhaites pas te mettre en couple si c’est pour t’installer dans la foulée.

Tu as cette sensation d’oppression qui te vient rien qu’à y penser, comme si soudain les murs de la pièce se rapprochaient de toi.

Ce n’est pas ce que tu veux, ce n’est pas grave.

Il y a plusieurs possibilités de circuits. Tu envisages de partir seule parce que tu sais que tu n’as pas de mal à rencontrer des personnes sympathiques où que tu ailles. Prends des cours d’anglais, d’espagnol pendant que tu mets de l’argent de côté.

Ce peut être un départ. Concret. Mais avant, qu’est-ce que tu voudrais ?

 Une croisière six mois et six mois à terre, ailleurs ? Dans des endroits inaccessibles depuis la mer ?

Ne pars pas en voiture seule. Pense aux trains, à l’avion, réfléchis à ce que tu voudrais vivre et voir.

Ce peut être six mois de croisière puis 2 mois là, 2 mois là et 2 mois là en location de meublés. Pourquoi pas ?

L’essentiel est que tu désires à présent vivre une vie qui te ressemble vraiment. Il suffit de commencer quelque part et ce qui doit suivra. Tu verras.

Regarde simplement ce qui te fait envie et vois où cela te mène. »

Merci Sélène.

Belle journée à vous ;)  

Là, tout près de moi

Là, tout près de moi 17092304523917181815282219

Bonjour à tous,

« Tu veux du réconfort ? », me demande Elédahiel.

Oui.

« Parce que tu as peur que les examens de ta mère révèlent un cancer. »

Oui.

« Surtout vu que ta tante est décédée des suites d’un cancer. »

Oui. Tout ça.

« Elle est vivante et là, tout près de toi. Ne cherche pas du réconfort, cherche sa compagnie. Apprends à vivre au présent, pas dans un futur que tu ne peux pas encore définir.

Elle est là, tout près de toi. Va la voir, passe du temps avec elle.

Vivez. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Une chose positive chaque jour

Une chose positive chaque jour 17092304322017181815282205

Bonjour à tous,

« Nous allons faire un petit jeu. », me propose Elémiah.

Un jeu ?

« Oui. Il est simple. Chaque jour, tu vas noter une chose positive qui t’est arrivée. Dans un carnet. Et dans un mois, tu devras le relire et le décorer. Et ainsi de suite chaque mois pendant douze mois. On commence à partir du 1er octobre. Tu acceptes ? »

Oui, je trouve que c’est sympa, cela me plait !

« A la fin de chaque mois, il conviendra de voir ce qui ressort. Et tous les trois mois, tu verras si la même chose ressort ou s’il y a une évolution et dans quel sens.

Au bout de six mois tu pourras déterminer une tendance. A l’issue des douze mois tu verras si elle s’est confirmée et tu sauras en te relisant pourquoi.

C’est simple, accessible, agréable et très enrichissant tu verras. »

Je veux bien essayer ! On le fait ! Mais si jamais il n’y a rien de positif dans la journée ?

« C’est là que l’exercice devient intéressant. Il y a toujours des choses positives. La sagesse réside dans le fait de savoir les reconnaitre même dans l’obscurité des évènements négatifs. »

Je vais acheter un carnet exprès. Je vais le faire ! Ce sera marrant.

« Oui. Ce sera marrant. Une petite chose toutefois, il n’est pas interdit de provoquer des choses positives. Tu comprendras pourquoi nous te précisons cela. Au fil des jours tu comprendras.

Et tu apprécieras. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)  

 

Nourris la vie

Nourris la vie 17092304034117181815282170

Bonjour à tous,

« Alors, tu ne te renseignes pas davantage pour cette idée de tour du monde ? », me demande Sélène.

Ca y est, j’ai fini.

« C’est vrai ? »

Oui.

« Et tu as pris une décision ? »

Oui.

« Quelle est-elle ? »

Je le fais si j’arrive à porter mon projet où je le souhaite. 

« Bon, un projet personnel alors, à côté ou plutôt lié à une autre projet, de type professionnel. Tu sais de quelle façon tu voudrais voyager ? »

Pas encore, j’hésite. Mais une chose après l’autre.

« Ma chère enfant, comprends une chose, c’est l’envie qui nourrit la vie. Cultive l’envie et tu réaliseras tous tes désirs. Rien ne t’empêche dès à présent de te demander où tu voudrais aller, comment, à quelle période.

Rien ne t’empêche de te projeter de telle sorte que tu auras envie de commencer à mettre des choses en place, à mettre de l’argent de côté.

C’est l’envie qui nourrit la vie. Tu as de la chance de savoir ce qui te plait tout en étant dans une disposition qui fait que peu de contraintes personnelles pourraient t’amener à renoncer à tout ce qui peut te faire envie.

Tu peux simplement prendre quelques renseignements même si au final, tu ne visites l’Antarctique que dans dix ans. »

Lol, je ne faisais que regarder le site, je ne souhaite pas m’y rendre sous peu. Je regardais les images…

« En pensant aux photos que tu pourrais prendre. »

J’adore prendre des photos de paysage, c’est ce qui me motive à voyager. C’est un de mes rêves d’adulte, voyager pour prendre plein de photos !

« Il y aura des tas de photos à faire dans le cadre d’un tour du monde. Nous ne te disons pas de partir demain, nous te disons simplement, prends quelques renseignements.

Nourris la vie. »

Merci Sélène.

Bonne journée à tous ;)  

Ballade à Talinn

Ballade à Talinn dans Détente 17092303463517181815282136

Bonjour à tous,

Cette semaine je vous emmène à Talinn, capitale de l’Estonie. C’est le jour où il a fait le plus froid. Et quand on en a fait part au guide (charmant jeune homme soi dit en passant), il nous a répondu que la veille il faisait 25° C.

Il n’y a pas de justice.

Peu importe, on a embarqué dans son touk-touk à travers la vieille ville et un parc étonnant empli d’œuvres d’art surprenantes dont j’ai oublié toutes les références culturelles. Aussi, plutôt que de vous montrer une photo de la sculpture de la femme morte en état de décomposition étendue dans l’étang (il y a un sens à cette mise en scène) j’ai sélectionné des photos qui ne devraient « choquer » personne. Sauf peut-être celle avec les yeux mais là encore, quand vous la verrez gardez en tête le fait que tout cela est lié à la culture de ce pays.

Une chose m’a étonnée, le guide nous a dit (il récitait pas mal son texte) que l’Estonie était le pays qui comptait la plus forte concentration de personnes aux yeux clairs (pas forcément bleus).

Pourtant, alors qu’effectivement la majorité écrasante des femmes que l’on a croisé à Talinn avait les cheveux décolorés dans ce blond très clair, vous savez celui qu’ont certains enfants et des yeux plutôt bleus, toutes les affiches publicitaires mettant en scène des femmes  présentaient des mannequins aux cheveux bruns et aux yeux foncés.

Je me suis dit, c’est drôle. Ou ce sont les rares brunettes du pays ou ce sont des mannequins étrangers. Et en fait je m’étais fait une réflexion similaire en Thaïlande. En arrivant à l’aéroport, la première chose que j’avais remarqué était ce contraste entre les mannequins des affiches publicitaires, toutes présentant des yeux ronds (non je n’exagère pas, ils n’étaient pas bridés) et des cheveux étonnamment ondulés. Et châtains.

Alors qu’autour de moi, la totalité des femmes que je voyais avaient les yeux bridés et des cheveux au moins bruns.

C’est le décalage, plus grand entre les mannequins féminins et les femmes du pays que pour les hommes, qui m’a surprise dans les deux cas.

Autre chose qui m’a énormément surprise et je change totalement de registre, c’est le chocolat. S’il n’y avait qu’une seule raison de retourner à Talinn, ce serait la chocolaterie Kalev. On y vend aussi des bonbons. Si vous y passez, dîtes-moi. Je vous enverrai mon adresse postale et on s’arrangera.

Bref, c’était sympa de visiter Talinn. J’ai beaucoup aimé. Même si effectivement la vieille ville a plus de charme que la nouvelle. Comme dans beaucoup d’endroits. Dans la nouvelle ville, on peut faire des tonnes de shopping mais en Estonie beaucoup de choses sont importées, il y a pas mal de chaines.

Pas trop d’affaires à faire donc à moins d’aller dans une vraie boutique estonienne. Mais là encore, les prix sont faits pour les touristes.

J’y ai tout de même acheté un bracelet d’ambre. Pour m’entendre dire le lendemain en Russie, l’ambre vient d’ici, les Estoniens en vendent depuis peu pour plaire aux touristes.

Tant pis, j’ai aussi acheté une superbe bague en Russie alors…

Concernant l’histoire de l’Estonie, il n’y a jamais eu de royaume car c’est un pays qui a été maintes fois colonisé. Il est indépendant depuis la fin de l’Union Soviétique.

C’est un territoire plus grand que le Danemark (le plus petit des états scandinaves) mais il y a 5 fois moins d’habitants.  L’hiver y est rude (je cite) et une bonne partie du pays est couvert de forêts. 

En raison de ce ridicule laps de temps qui nous était accordé pour découvrir la ville, il ne nous a pas été possible de succomber à l’appel d’un des nombreux petits restaurants mais laissez-moi vous dire que j’aurais volontiers goûté la gastronomie locale. Tous les restaurants me faisaient envie lol.

Et ils étaient joliment décorés pour beaucoup.

Le guide était super sympa, drôle et j’ai apprécié la ballade en touk-touk. De toutes façons j’apprécie toujours les ballades en touk-touk.

Belle journée à tous ;)  

Ciel calme

Ciel calme  17091903202817181815276028

Bonjour à tous,

Quelle semaine, c’est le moins qu’on puisse dire lol. Lundi, tandis que nous attendions le passage de l’ouragan Maria, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre justement si ce n’est que nous apprenions au fil de la journée que le phénomène s’intensifiait. Une tension en moi était bien présente et cela faisait longtemps que je n’avais pas autant regardé la télé. Je me demandais quand les choses sérieuses allaient commencer. Matinée très calme, nous sommes allés faire un tour malgré l’alerte rouge, parce qu’il fallait prendre l’air et puis l’attente…

C’est long d’attendre un cyclone. Vraiment long. On se demande à quelle sauce on va être mangé. D’autant que les alertes se sont enchainés très rapidement chez nous. C’est en Guadeloupe que l’on prévoyait un passage. Nous c’est lundi matin qu’on nous a dit, restez chez vous. Les gens n’ont pas eu le temps de se précipiter au supermarché. Je ne suis pas ironique. C’est vrai. Au réveil on nous a dit, l’ouragan passe, restez chez vous.

Ma tante a vu arriver Maria bien avant nous. Ma sœur écrivait sur Facebook, ça souffle ! Je me disais, mais de quels vents elle parle ?

Ce n’est que dans l’après-midi que le vent s’est levé par chez moi. Je suis allée m’asseoir sur la terrasse, oui au mépris de la consigne de confinement. Je voulais voir les vents. Les oiseaux passaient de fleur en fleur sur ma terrasse, tantôt un sucrier, tantôt un colibri. Il pleuvait, mais peu comparé au déluge qui devait nous tomber dessus le lendemain. Les oiseaux chantaient et ne partaient pas se cacher.

Tout le monde ici me dit et répète qu’en cas de tempête ils disparaissent, on ne les voit plus. Du coup je me disais que je pouvais rester encore un peu sur la terrasse. Le vent soufflait à peu près comme le mistral quand ma mère est venue me dire, voilà le gros. J’ai répondu, c’est ça le gros !

Toute cette attente, toute cette tension pour un vent à peine plus fort que le mistral ? J’ai réalisé que je n’avais pas devant moi Maria puissance 4.

Il s’est avéré que l’ouragan avait suivi une trajectoire plus nord que prévu initialement. Ce qui avait « sauvé » la Martinique. Mais pas la Dominique. En plus l’ouragan est finalement passé sur eux en catégorie 5.

Qu’il n’y ait pas de malentendu, même catégorie 1, ce n’est pas bon lol. Bref, j’étais fatiguée le soir venu mais surtout parce que j’avais accumulé toute cette tension. Alors que Lauviah, qui était resté près de moi toute la journée et dès le réveil, m’avait dit de rester confiante. Le problème est que je m’inquiétais pour un peu pour tout le monde en fait lol.

Un peu comme avec la pluie du mardi, je pensais aux inondations alors que chez moi, tout allait bien. Enfin, je comprends aussi maintenant que beaucoup d’évènements peuvent être vécus différemment selon la façon dont on les aborde.

Alors heureusement que Lauviah est toujours présent quand j’ai besoin de lui. Je sais, je sais…

Belle journée à vous ;)

Pour Carène

Pour Carène dans Messages 17091710145317181815273805

Bonjour à tous,

« L’idéal pour vous c’est quand ce que vous voudriez et ce qui est se rejoignent. 

Il arrive que cela se fasse sans que vous n’ayez à bouger le petit doigt et il arrive que vous deviez déplacer des montagnes.

Ce qui compte réellement au final, c’est que vous soyez en mesure d’apprécier tant le chemin parcouru que le fait que finalement, vous ayez pu établir l’équilibre.

Là où se trouve le contentement, il n’y a plus de place pour l’amertume, le désir de revanche, la jalousie. Ne reste que la satisfaction. Celle qui peut ouvrir vers le partage volontaire et éclairé.

Ne propose pas du pain à celui qui n’a pas ou plus de dent. Tends-lui la main quand même.

C’est un apprentissage que de savoir de quelle manière donner à chaque instant, donner de manière éclairée, sans jamais imposer.

C’est un apprentissage qui passe par le rejet de la personne que vous êtes et cela est normal tant que vous ne comprenez pas que chaque situation peut amener une réponse différente.

Cette souplesse d’esprit nécessite une ouverture du cœur qui n’est jamais innée mais bien acquise.

Sache que sur ce chemin souvent ingrat du don de soi, la satisfaction se trouve dans la compréhension du fait que l’on ne donne vraiment qu’en prêtant quelques outils, eux-mêmes empruntés un peu plus tôt et qui n’ont pas vocation à être récupérés.

Vous ne pouvez rien donner de plus précieux que des outils pour voir, déterrer, lire, déchiffrer des panneaux.

Vous avez les vôtres à suivre déjà, cela est juste et bien suffisant.

Pour qui comprend que l’équilibre pour soi est la clé qui permet d’accepter l’équilibre pour les autres. 

Ainsi arrive toujours le moment où vous devez laissez aller vos enfants tout en sachant que cela ne signifie pas leur tourner le dos.

Arrive le moment où vous devez aider vos parents tout en sachant que seule la tombe les attend au final.

Arrive le moment où vous devez assumer votre propre bilan tout en étant conscient que vous avez fait l’usage que vous vouliez et non pas que vous pouviez, des outils qui vous avaient été prêtés.

Comprends, si demain une tempête rase ta maison, tu auras toujours deux vraies possibilités à suivre. Tu ne seras pas obligée d’en chercher une troisième, une quatrième, une cinquième…

Et quand tu choisis d’agir ainsi, tu choisis en fait la seconde option.

Souviens-toi donc, pour éviter de tourner en rond et de fuir le jour où tu verras arriver le bilan, que ce qui est facile c’est le chemin qui permet de n’avoir pas de regret.

Reconstruire avec deux mains découragées peut sur le long terme s’avérer bien moins difficile que de fuir devant l’ampleur de la tâche à accomplir. Si tu fuis une fois tu fuiras toutes les fois.

Si tu te bats une fois, tu trouveras de nouveaux outils et tu comprendras qu’il y aura toujours pour toi de nouveaux outils.

Tu comprends que plus tard ou attends, sont des promesses et non pas de vaines paroles réconfortantes.

Tu sauras que tu as ce qu’il faut pour toujours aller de l’avant.

Ce message est pour Carène. Elle le comprendra. Quand elle le lira. »

Ok, merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)  

Ramener la vie

Ramener la vie dans Mes poèmes 17091712145217181815272765

Dans le calme du cœur s’élève un jour une voix

Douce, limpide et apaisante, elle chante,

Ses joies, ses rêves, révèle ses mystères,

Mais qui peut l’entendre ? Y arrives-tu ?

Y arriveras-tu ? 

Tu contemples le voile de la nuit et tu te dis,

Jamais.

Pourtant, dans le calme du cœur s’élève un jour une voix,

Et son chant suffit à ramener la vie.

Craquage du jour…

Craquage du jour... 17091611265717181815272740

Bonjour à tous,

« LE sac tendance cette année, tu es contente ? Tu l’as vu sur nombre de blogs de mode. », me dit Astaroth.

J’avais dit que je ne faisais que regarder ce qu’il y avait mais quand je l’ai vu, je me suis rappelée que je l’ai voulu dès la première fois où je l’ai vu en ligne…

« Combien as-tu de sacs ? »

J’ai pris une décision pleine de bon sens et qui m’a apporté la paix. J’ai décidé de ne plus compter. En plus, c’est mon tout premier sac en bois (vous savez c’est ce sac que l’on voit sur TOUS les blogs mode depuis le début de l’été).

« Et le sac rose ? »

Je n’en avais plus depuis des années ! Il ira très bien avec quelques tenues que j’ai déjà en tête. 

« Et le sac rose à paillettes, n’est-il pas exactement de la même couleur ? »

Ce sac-là ? C’est un style radicalement différent. Le nouveau est plus élégant.

« Ma douce enfant qui adore la mode. »

Oui !

« Et tu comptes acheter le sac vert ? »

Je verrai. Je voudrais aller en Guyane au début du mois de décembre en utilisant l’argent du dédommagement pour le vol annulé.

Mais j’ai fait des recherches et avion + hôtel + nourriture alors que comme d’habitude je m’y prends à l’arrache, sachant que je paye déjà la prochaine croisière…

Il vaudrait peut-être mieux que j’achète le sac en effet.

« Va à Ste Lucie. Ou à la Dominique. Ou alors, ne pars pas et fais le black friday en ligne, sur les sites américains. Va sur Nordstrom. Ils livrent chez toi. »

C’est sciemment que j’évite Nordstrom au moment du black friday, voyons. Tu veux que je fasse un carnage ?  

« Peut-être que c’est cette année que tu vas t’offrir les Valentino pour noël ? »

Les Rockstuds ? Je te rappelle que je dois acheter des cadeaux pour mes proches à cette période. Et puis je n’oserai pas les porter, de peur qu’elles s’abîment !

« Tu portes les Louboutin. Tous tes collègues ont remarqué leurs jolies semelles rouges. Les hommes comme les femmes. »

Changeons de sujet.

« Tous savent quelle marque appose des semelles rouges. »

J’ai vu ça.

« Tes collègues suivent les blogs mode ? »

Je ne sais pas…

« Ce sac en bois, on l’a beaucoup vu sur internet. »

J’achète ce que je veux.

« Peut-être que personne ne le remarquera. »

Peut-être.

« Tu as vu, la collègue que tu complimentais pour son collier de perles t’a répondu, mais il n’est pas aussi joli que le tien. »

C’est son point de vue.

« Comment sait-elle que ce sont de vraies perles ? »

Je ne sais pas…

« C’est un peu comme avec ce sautoir, pourtant fin et non pas ostentatoire. Qu’a dit le collègue l’autre jour, au sujet de l’évolution dans les bijoux que tu portes depuis que tu es arrivée ? »

Je pense que ce n’est pas important, leurs avis sur mon goût pour le shopping n’est pas important.

« Combien de personnes autour de toi ont les moyens de profiter de l’essentiel de leur argent à leur guise ? »

Pas énormément je crois. Du moins, pas de leur point de vue, c’est sûr.

« Peut-être que comme ta montre Gucci, personne ne remarquera ton sac. »

Peut-être.

« Les gens ne te demandent plus où tu vas en vacances, tu as remarqué ? »

J’ai remarqué.

« Qu’est-ce que tu as préféré cette année ? La Thaïlande ou l’Europe du Nord ? »

Lolllll !!!!!

« A mesure que vous vieillissez, deux phénomènes, ou la fenêtre des possible s’agrandit ou elle se réduit. Avoue, tu as commencé à comprendre que tu n’avais pas forcément emprunté la pire route, n’est-ce pas ?

Surtout depuis que tu as des projets réalistes en préparation, n’est-ce pas ? »

Effectivement.

« Tant mieux. Profite de ton joli sac, tu le voulais depuis un moment et tu l’as trouvé tout près de chez toi. Nombre de blogueuses ont dû le commander. Tu es contente ? »

Très contente.

« Et tu vas enfin entendre quand on te dit, il n’y a pas d’âge pour rencontrer quelqu’un de toute manière. Si tu acceptes un conseil, du moment qu’un homme se montre honnête envers toi sur sa situation personnelle et ce qu’il recherche, laisse-lui une chance si ce qu’il recherche correspond à ce que tu recherches.

Nous savons que la majorité des hommes que tu rencontres te mentent. Alors justement, s’il y en a un qui t’avoue qu’il cherche quelqu’un afin de mettre un terme à une relation qui ne le satisfait plus, écoute au moins. « 

Ok, j’entends le conseil. Dis-moi, que dire à ceux qui en lisant vont se dire qu’ils sont peut-être sur la pire route ?

« Qu’ils ou elles se manifestent. Il ne peut y avoir de réponse générale. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  

123

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause