Accueil Spiritualité N’oublie pas le chocolat

N’oublie pas le chocolat

25

N'oublie pas le chocolat 17092401050417181815283074

Bonjour à tous,

« Donc tu te sens prête à poser le cadre de ton projet, à entrer dans le vif du sujet  ? », me demande Elédahiel.

Oui, je pense que je peux tout mettre en place, je suis prête. Et tu sais, c’est bien d’avoir ce projet là maintenant alors que comme tu le sais mes collègues m’adressent à peine la parole et que je suis inquiète pour ma mère.

J’ai besoin de créer une ouverture vers autre chose. Je suis sidérée de constater de quelle étonnante manière la situation a pu évoluer au travail.

« Comme tu ne parles pas de tes problèmes et de ta vie, les gens ne souhaitent plus te parler. »

J’ai peu de problèmes. Ce que tu sais. J’ai peu d’obligations également, peu de contraintes. En fait je n’en ai qu’une et c’est de travailler.  

Il y a quelques années, j’étais encore étudiante, il y avait cet homme qui avait l’habitude d’être consulté par les uns et les autres. Il dirigeait une association, se voulait un maître spirituel. Ma mère, qui avait des amis le connaissant, me l’avait présenté.

Il m’avait dit avec autorité, raconte-moi tes petits problèmes. J’étais insouciante à cette époque. Mon plus gros souci devait être de savoir quel rouge à lèvre choisir le matin. Je lui ai répondu, je n’ai pas de problème. Il m’a dévisagée.

Ce serait facile, même pour moi aujourd’hui qui suis médium et tiens ce blog de me servir de ce que j’ai construit pour fédérer un auditoire qui reviendrait vers moi au moindre souci rencontré.

Je ne le fais pas et je sais pourquoi je ne le fais pas.

Je sais pourquoi certains voudraient que je parle de ma vie et de mes problèmes. Quand j’ai expliqué que nous n’avions pas eu trop de vent avec le récent ouragan, loin de me répondre tant mieux, ils se sont tous fermés et ont plongé dans leur écran.

Je sais, avec certitude et sans malveillance que si j’avais répondu, j’ai passé la journée à éponger, on a été inondé, alors ils m’auraient tous souri et écouté. 

Je suis une catastrophe pour reconnaitre qui est attiré par moi ou qui s’intéresse à moi. Je ne vois jamais, je ne sais pas pourquoi. Tout le monde comprend ou sait des siècles avant moi. Toujours.

Par contre, je sais quand les gens ne sont pas sincèrement bienveillants envers moi. Je le sais et je ne me trompe pas.

Tu te souviens de ce matin où le collègue s’est tourné vers moi, m’a regardé droit dans les yeux et m’a demandé de lui dire que je voyais quelqu’un. Je lui ai répondu, non.

Il en a déduit que je ne souhaitais pas m’ouvrir à lui.

Je n’ai pas compris cette question sur le coup, ce n’est qu’avec le recul que j’ai réalisé.

Ce n’est pas grave que les autres ne veuillent pas me raconter leurs vies. Pour être honnête, souvent je m’en fous. Mais on peut parler, simplement. Comme on le faisait d’ailleurs il n’y a pas si longtemps.

Je constate que non. Parce que je ne raconte pas ma vie, mes problèmes, on ne me parle plus du tout. Je ne le vis pas bien, je me sens rejetée et je sais que je n’ai rien fait, à personne.

Et je n’ai pas d’endroit où m’échapper, une fois de plus, je ne peux pas claquer la porte, une fois de plus, il me faut une porte de sortie véritable, une fois de plus.

S’il s’agissait d’un autre cadre, je tournerais juste les talons. Mais je ne peux pas. Alors, vu que j’en ai franchement marre de ce type de situation, liées au fait que finalement peu d’entre nous sont réellement heureux, je vais prendre le temps de faire quelque chose qui devrait me rendre plus heureuse.

Tu as vu, je n’ai pas dit heureuse. Parce que moi je ne suis pas une personne malheureuse ou triste. Et je ne veux pas le devenir, il n’y a aucune raison.

Mais pour te dire la vérité, je suis en train de puiser dans mes réserves de bien-être et elles se réduisent. Il faut que je reconstitue. Il faut que j’agisse.

Je suis contente de savoir qui je suis et ce que j’aime. C’est ce qui a permis l’émergence de ce projet. Et je vois pourquoi vous me disiez que j’avais tort de penser qu’un travail spirituel ne portait pas de fruits sur le plan matériel.

Je voyais que je n’ai pas de maison, pas de famille, peu d’amis. Et maintenant je réalise que je ne me demande pas comment payer la taxe foncière et partir en vacances, que je suis en paix avec le fait de ne pas avoir d’enfant ou de compagnon à cette date et que j’ai des amis. Ce qui n’est pas le cas de toutes les personnes que je connais.

Car moi aussi j’ai des connaissances. Je n’ai pas écrit, je suis seule au monde. Mais les connaissances, je n’arrive pas. Je préfère les personnes qui ont le cœur tourné vers moi et celles-là sont des amies.

Et puis ma mère qui est malade, on ne sait pas ce qu’elle a à l’instant où j’écris ces lignes. Je vous dirai. J’espère que ce n’est pas grave lol. Mais même si c’est le cas, la vie doit se poursuivre.

Il faudra aller de l’avant, chacun. Je le comprends aussi.

Tu sais, comme je ne peux pas tout faire en un claquement de doigts, j’aime quand je peux prendre le temps dont j’ai besoin. Ce cas de figure est rare ceci dit lol.

Je me sens prête alors je vais commencer, je vais poser le cadre. Je ne sais pas où ça va me mener ni même si ça va me mener quelque part.

Toutefois j’aime le fait d’aller dans une direction qui me plait. Cela m’aide grandement.

Et Sélène m’a expliqué au réveil que ce qui gêne les personnes qui me voient comme une menteuse (n’oublions pas mon amant caché) ou une femme superficielle et irresponsable (toujours chez papa-maman à voyager au lieu d’épargner pour acheter un logement), c’est que je ne souffre pas comme eux de l’absence d’une porte de sortie.

Il n’y a pas pire enfer que l’enfer personnel. J’adore cette phrase et elle est tellement vrai. Si on croit à l’enfer.

Je préfère croire que ce n’est pas pour rien que j’ai deux mains et un cerveau. Heureusement parce que c’est tout ce que j’ai lol. Une chance que la première partie de mon projet soit très accessible. J’ai cogité pour trouver ce que je pourrais faire ceci dit. Ah oui parce que, je suis encore fauchée. 

Si vous aviez vu cette bague à St Petersbourg, vous comprendriez une fois pour toute pourquoi je ne peux pas passer mon temps à me restreindre non plus.

Du coup je ne me restreins pas trop.

C’est parce que l’on s’offre des occasions de sourire que la vie reste belle.

La semaine dernière par exemple j’étais dans ce petit restaurant, aussi délicieux que celui de 15 jours avant.

Je sais que j’ai une philosophie de vie assez différente de celles de nombre de personnes.

Je sais pourquoi, je l’accepte. La réciproque par contre…

Cependant, je ne vais pas pleurer Elédahiel. Ni m’enflammer pour rien.

Je reste sur ma nouvelle route.

« Ne dis rien, à personne, fais ce que tu as à faire. Et achète la montre, elle ne te plait plus ? »

Tu crois ? Je voulais des boucles d’oreille…

« Va la voir, si elle est encore en boutique essaye-la. Vois si elle te plait. »

Je vais y aller oui lol. Je l’aime bien.

« Le vent tourne, certaines situations ne peuvent qu’évoluer. Ce n’est pas un nouvel hiver qu’il y a devant toi. Mais autour de toi si. Plus froids que le désert glacé, les vents de l’hiver des autres peuvent perturber tout ce qu’ils atteignent.

Et il va y en avoir beaucoup. Tout le monde n’avance pas avec un manteau sur les épaules sur une étendue glacée illuminée par le soleil et sans la moindre brise.  

Tu ne sais pas ce que c’est que de tout avoir et de ne pas être heureux. D’autres savent et ces autres sont nombreux.

Heureusement, devant, le soleil brille de mille feux. Regarde devant.

Le sac rose clair ne t’intéresse plus ? »

Non. Merci à toi. Je reste concentrée sur ce qu’il y a devant.

« Pas trop concentrée, n’oublie pas le chocolat. »

 Lol.

Belle journée à tous ;)

 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

25 Commentaires

  1. Carène

    5 octobre, 2017 à 11:00

    Bonjour,

    Lol Emilie, tu m’as fait rire avec les histoires de chef indien. ET je suis bien d’accord avec toi dans l’idée que ce ne sont pas ceux qui font le plus de bruit qui en font le plus. Il y a des champions de brassage de vent !! ;)

    C’est clair, Sylvie ! On n’ose rien dire parce qu’il ressort de notre capacité à nous organiser une forme de quiétude que d’autres qui se noient dans un verre d’eau n’ont pas. Alors il faudrait être compatissant et corvéable à souhait pour satisfaire tout ce petit monde ??! Moi je dis non non non !!

    D’ailleurs j’ai commencé à faire grève à la maison. Le côté corvéable à souhait, je connais bien ! Pendant que Môssieur ne met en péril pour rien au monde son petit équilibre, moi je me vois jongler entre une multitude de contraintes quitte à bien souvent mettre de côté mes loisirs et petits plaisirs. Je ne dis pas qu’il n’en fout pas une. Je dis juste que, contrairement à moi, lui intègre dans son planning de manière immuable les choses qui lui font du bien et participent à son équilibre. C’est une force chez lui, une force dont je dois m’inspirer.

    Après, je me demande juste comment on fait quand il faudrait des journées de 48H pour arriver à faire face aux obligations tout en s’octroyant ces loisirs et petits plaisirs indispensables à notre équilibre ??

    Bref ! Tout ça pour dire que, devant cette injustice, le « Je ne peux rien dire » est irrecevable chère madame ! Je vote pour les signaux de fumée blanche à grand chef !!! ;)

    Bises et belle journée !!!

  2. Emilie

    5 octobre, 2017 à 8:55

    Bonjour Sylvie,
    Et le grand chef indien sait que « petit chef » te refile tout ce qu’il peut en son absence ? Tu ne peux pas envoyer de signaux de fumée blanche à grand chef ?
    Ma théorie, c’est que les personnes les moins efficaces font beaucoup de bruit pour faire croire qu’elles travaillent ENORMEMENT; alors que les personnes organisées font leur travail ( celui des autres à l’occasion) sans se faire remarquer. Ensuite il y a la jalousie, qui pousse les autres à se décharger quand ils savent que la personne efficace est aussi mieux payée que d’autres (du coup, on est aussi sensée avoir plus de temps – puisque le temps c’est de l’argent).
    Avec le recul, je m’aperçois qu’il suffit de faire preuve d’un peu d’autorité dans ce genre de situation mais c’est compliqué quand on n’est peu à l’aise dans les rapports de force.
    Allez Sylvie, je suis sure qu’il y a plus impressionnant qu’un léopard en toi – une lionne capable d’imposer le respect pour que son bébé projet personnel grandisse en toute quiétude.

  3. crystallia

    5 octobre, 2017 à 3:21

    Je te jure, je vais finir par savoir que mes oreilles sont parfaites pour ma part…

    Moi je vais chez le médecin parce que quand je n’ai plus de voix, je me fatigue à la vitesse de la lumière ce qui ne manque pas de hâter le diagnostic.

    Bref, parfois le vrai problème et j’ai bien dit parfois, c’est surtout que nous manque le temps de gérer alors qu’on tarde à accuser le coup.

    Chaque fois que mon chef s’absente, le sous-chef, on va l’appeler comme ça, me donne à traiter des dossiers que je n’aurais pas reçu si le chef avait été là.

    Il le fait parce que j’ai tellement peu à faire en comparaison des autres. D’après lui.

    Et je ne peux rien dire.

    La chose marrante c’est que chaque fois aussi, d’autres affaires trouvent un dénouement dans le même temps.

    Au moins, c’est vrai, on n’est pas seul.

    Bise ;)

  4. Emilie

    4 octobre, 2017 à 23:49

    Hello Sylvie,
    Je ne vais pas chez le médecin pour une extinction de voix, je me soigne toute seule si je n’ai pas de fièvre.J’aime bien l’effet placébo mais vue que ma confiance en mon nouveau médecin est limitée (la confiance n’est pas automatique pour ma part) je ne profite pas de l’effet placébo de ses prescriptions. Si j’avais le choix, je consulterai quelqu’un d’autre : quelqu’un qui ne dit pas que certaines douleurs ne sont pas possibles ou n’existent pas, parce qu’elles ne font pas partie de la liste des effets secondaires connus.

  5. crystallia

    4 octobre, 2017 à 3:27

    Quand je vais voir mon médecin pour une extinction de voix, il me regarde l’air de dire, tu as tout ce qu’il te faut, rends-toi heureuse !

    Alors je me retrouve à lui parler de ce qui me pèse bien qu’il ne soit pas psy.

    Cela n’arrive pas souvent, maintenant j’ai mal aux oreilles.

    Il me regarde avec le même air quand je vais le voir parce que j’ai trop mal aux oreilles…

    Ca va mieux depuis quelques temps.

    Comme ça je n’ai pas à aller le voir.

    Et j’ai moins envie de la batterie aussi.

    Bise ;)

  6. Emilie

    3 octobre, 2017 à 12:13

    Bonjour Sylvie,
    C’est exactement cela : « quand on sait que l’on peut toujours attendre ». Le pire c’est que l’extinction de voix reflète complètement le sentiment de ne pas être entendue; Je capte 100 % la motivation de jouer de la batterie, sauf que j’aurais plutôt envie de taper sur un piano. Ne pas jouer avec le feu avant de rajouter de l’air …

  7. crystallia

    3 octobre, 2017 à 1:02

    Bonsoir Emilie,

    Tant que tu as de la voix, tu es capable de t’exprimer.

    J’ai appris que dans les moments où on voudrait bien qu’un miracle change les choses (c’est-à-dire quand on sait qu’on peut toujours attendre) le fait de continuer à s’exprimer de toutes les manières possibles permet de renouveler l’air.

    Bise ;)

  8. Emilie

    2 octobre, 2017 à 20:27

    Bonsoir Sylvie,
    J’aimerai avoir 5 mois de plus (oui je veux vieillir encore plus vite) mais ce n’est pas possible n’est-ce pas ? Dommage, je vais devoir me taper les 5 mois à venir. J’ai retrouvé ma voix mais continue d’éternuer.
    J’aimerais le prendre avec le sourire – c’est le seul véritable changement à ma portée et j’ai trouvé une solution qui m’aidera à le garder (j’espère).

  9. crystallia

    2 octobre, 2017 à 18:38

    Bonjour Émilie,

    Si tu devais opérer un unique changement aujourd’hui, qu’est-ce que ce serait et le ferais -tu ?

  10. Emilie

    2 octobre, 2017 à 9:39

    Bonjour Sylvie,
    Ces yeux évoquent pour moi ceux des regards vitreux des cadavres et je vois bien la relation avec celui du corps de la femme dont la mort est mise en scène dans l’étang.
    Encore dégoûtée par les morts vivants croisés dans le train fantôme de mon dernier cauchemar; je suis peu sensible au concept suggestif de la beauté. Je ne sais pas pourquoi j’ai rêvé de train qui déraille avec un rappel sur les trains de la mort ce we; j’ai sauté en marche dans le noir total en essayant de rallumer la lumière ce qui a eu pour effet de me permettre d’ouvrir les yeux et de me réveiller. Une chose était sure, je n’avais pas intérêt à m’attarder dans le train fantôme. Parfois, on ne comprends pas bien : dans la locomotive on m’avait dit de descendre car je n’avais rien à faire là – j’avais compris que je n’avais rien à faire dans la motrice mais que je pouvais prendre place dans un wagon (le choc!). Résultat des courses, j’ai eu une extinction de voix …
    Les fumigations aux huiles essentielles sont idéales pour décongestionner les voies supérieures.

Consulter aussi

Notre vérité

Bonjour à tous, « Et le voile de la conscience se lève, reste la vérité, la tie…