Archive pour 3 octobre, 2017

Un moyen ou autre chose

Un moyen ou autre chose 17093003274217181815294879

Bonjour à tous,

« Donc, tu es finalement encore en train de te préparer pour le lancement de la première étape de ton projet. Même si certaines choses sont déjà en place. Tu es contente ? Je te pose la question mais nous voyons le bien que cela te fait de partir de zéro et de créer petit à petit un mini univers.

En ce moment chaque jour tu te vois accomplir de nouvelles choses. Et même les collègues trouvent que tu rayonnes différemment, raison pour laquelle ils sont davantage attirés par toi en ce moment, ils sont intrigués.

Tu es quelqu’un qui a besoin d’avoir l’esprit intellectuellement occupé. D’où le fait que tu ne craignes pas de faire plusieurs choses en même temps, tant qu’elles te plaisent, au contraire.

Tu aurais été bien malheureuse avec un travail à la chaine par exemple. Toi tu aimes ce qui est créatif et donne à réfléchir.

Monter un projet de A à Z est donc tout ce qu’il te fallait.

A un moment où il n’aurait pas été stupide de chercher une solution plus conventionnelle, tu as opté pour une solution radicale. Toute seule.

Tu as choisi de tenir compte de ce que tu as appris toutes ces années durant, dans différents domaines et de valoriser ces connaissances acquises.

Tu as remarqué que dans vos petits univers, la valeur du travail n’est pas importante. Ce qui importe c’est le domaine dans lequel vous travaillez et le poste que vous occupez.

Cela ne te parait pas normal. Tu penses que l’on devrait valoriser le travail.

Tu entends cette amie assistante sociale se plaindre et tu repenses à tes cours d’économie. Un diplôme de sanscrit ce n’est pas un diplôme d’école de commerce, avait dit le prof.

Tu fais partie de ceux qui pensent que le travail devrait être vu et vécu d’une autre façon.  

Tu y recherches épanouissement intérieur, extérieur et bien-être. Sans pour autant penser qu’il conviendrait de bannir le système des rémunérations pour proposer un système dit plus juste. »

Non, je ne pense pas cela possible dans un avenir proche en effet, Elédahiel. Ce qui peut me rendre heureuse ne rendra pas forcément ma voisine heureuse et vice versa.

Il y a des gens qui ont besoin de la compétition, du challenge permanent, de tester leurs limites et les repousser pour pouvoir s’exprimer. Ces gens-là par exemple ne peuvent pas se retrouver dans un monde où certains enjeux seraient juste laissés de côté.

Moi j’aime quand je me dois me casser la tête sur un problème. Créer. Concevoir. Trouver des solutions. Je n’ai pas besoin de me comparer aux autres et je ne trouve pas de sens aux challenges imposés par les autres.

Vivre sans l’enjeu de l’argent au travers duquel on peut se réaliser ne serait pas un sacrifice. Ce n’est pas la perspective de la richesse qui me donne envie d’avancer, de tester et repousser mes limites.

Mais cela peut être un enjeu important pour d’autres. 

En fait il y a des gens pour qui pratiquer le troc par exemple n’a aucun sens. Parce que la capacité d’acheter ce dont on a besoin est le signe qu’ils sont parvenus à se réaliser.

On dit que seul l’ego a besoin de l’argent. Je ne suis pas sure. Parfois c’est l’âme qui pousse dans cette direction. Pas pour accumuler mais pour parvenir, doucement, à dissocier ce qui est important pour soi de ce qui ne l’est pas.

Et sur cette route-là, il arrive que l’équilibre se trouve dans le fait de gagner très correctement sa vie mais de trouver dans le même temps du plaisir dans les tâches réalisées.

Sans qu’il soit besoin de remettre en cause le monde autour.

En fait c’est comme différents stades de perception qui correspondent non pas à un quelconque avancement spirituel mais à la connaissance et au respect de ses propres besoins.

Dans tous les cas il est possible d’arriver au partage, mais pas des mêmes choses parce que les visions ne sont pas les mêmes et qu’elles ne doivent pas forcément le devenir.

« Toi tu penses qu’il devrait être normal de pouvoir subvenir seul à tous ses besoins. »

Je ne vais pas changer d’avis à ce sujet.

« Tu penses aussi que la question, qu’attendez-vous de ce travail est une hypocrisie et devrait disparaitre, tout comme le fait que l’on attende des gens qu’ils s’investissent toujours plus. »

Si on est là c’est parce que l’on sait ce que l’on est venu faire. Je viens, je bosse, je rentre chez moi.

Je vais te dire ce que je ne parviens pas à assimiler…

« Le fait que le travail puisse passer avant tout le reste.  Nous savons que pour toi c’est le pire des non-sens, une aberration. Nous savons que tu penses qu’il est vraiment dommage de devoir découper la journée ainsi, deux heures le matin à la maison après le réveil, 8 heures au travail au moment où tu es le plus à même de profiter de la journée et le reste le soir alors que la fatigue s’invite aussi.

Nous savons que tu ne comprends pas pourquoi il est si peu important d’effectuer un travail qui n’a pas de sens profond pour soi.

Nous savons que l’argent ne suffit pas à donner du sens selon toi.

Nous savons que tu ne comprends pas le sens du mot carriériste.

Et pourtant tu aimes bien ton travail. 

Ton travail qui à tes yeux n’a pas de sens profond.

Quand tu as commencé à travailler on t’a reproché le fait que tu ne vois pas d’urgence dans les questions d’argent. Cela n’a pas évolué.

Pour toi c’est un moyen, pas une fin.

Dans ton travail c’est une fin.

Tu souhaites qu’il redevienne un moyen.

Tu souhaites tenir compte de ce qui a du sens pour toi.

Bon, pour d’autres c’est un leurre et c’est ainsi qu’ils le ressentent. C’est ce qui fait sens. 

Pour d’autres encore c’est un organe de division. Ce sont ces personnes qui le plus souvent se démènent pour rappeler que d’autres modèles seraient possibles.

Peu importe. Ce qui compte c’est que tu vois comment reprendre ce qui ressemble à ta bonne route. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause