Accueil Spiritualité L’enseignement du faon

L’enseignement du faon

17

L'enseignement du faon 17110409363317181815355399

Bonjour à tous,

« Donc le médecin t’a dit de faire un enfant et de faire pratiquer ensuite l’hystérectomie. Ce serait la meilleure option, ma douce enfant. », me dit Elémiah.

Ce n’est pas ça que je veux. D’abord je vais garder mon utérus. Ensuite, je vous ai dit que je ferai enlever les fibromes avant de tomber enceinte. Avant.

Il n’y aura pas d’hystérectomie. C’est vous qui disiez l’autre jour de ne pas m’imposer d’opération non nécessaire !

Il n’y aura pas d’hystérectomie. Je ne ferai enlever que les fibromes.

« Ils reviendront. Suis les conseils de ce nouveau médecin, fais un enfant, ou deux et fais enlever l’utérus. »

Non. Les fibromes disparaissent tous seuls après la ménopause.

« Lentement. Vois la cousine de ta mère. L’hystérectomie est l’option la plus simple. »

Tu me dis de me faire mutiler ! Je ne veux pas. Et puis c’est comme si tu me demandais de faire enlever mes seins. Je ne veux pas.

« Je ne te dis pas de le faire maintenant. Je te dis de le faire quand tu auras eu un enfant ou quand tu auras décidé si tu veux en avoir ou pas.

En outre la capacité à procréer n’est pas ce qui définit une femme. »

Je le sais. Je veux garder mon utérus quand même.

« Ces fibromes te donnent mal au dos quand tu as tes règles et leur présence accroit tes difficultés à digérer. Ces difficultés pourraient être moindres. Tu veux que nous explorions ensemble ta vision de la féminité ?

Il y a différentes manières de mettre au monde. Symboliquement en outre. »

Je ne veux pas, c’est inutile.

« C’est vrai ? »

Oui. Je garde mon utérus et on change de sujet.

« Pourquoi est-il important de le conserver ? »

Parce que. Je vais juste faire enlever les fibromes.

« Tu as eu des tendinites à cause des fibromes. »

J’ai dit que je voulais les enlever.

« Puisqu’une opération sera nécessaire, pourquoi ne pas choisir celle qui offre la garantie de ne plus rencontrer ces problèmes que tu connais ? »

C’est une mutilation !

« C’est ainsi que tu vois les choses ? »

Oui.

« Bon. N’en parlons plus. De toute façon, tous les médecins disent qu’il faudra une opération, le moment venu tu sauras ce qui est le mieux pour toi.

Changeons de sujet, tu as l’air d’avoir du mal à accepter le diagnostique de rhinite chronique, pourquoi donc ? »

Comment ça chronique ? Ca ne va pas passer, c’est ce qu’il faut comprendre ? Cela fait un an que je traine ces problèmes d’allergie et voilà ce qu’elle me dit, rhinite chronique et elle me donne un énième traitement palliatif quand ce que j’espérais c’était voir le bout !

En plus, mon hyperacousie ne va jamais revenir au stade d’avant ces allergies stupides avec une rhinite chronique puisque cela fragilise aussi mes oreilles !

Donc, je reste comme ça ? Tout le reste de ma vie ?  Il y a des moments où j’ai du mal à respirer ! Respirer !

Regarde, le ventilateur est au niveau 1, à côté de moi et le vent au niveau 1 me fait mal à l’oreille. Je suis supposée crever de chaud ?

« Ce ne sont que des mots. Ton odorat n’a pas bougé. Ton audition non plus. Tu as moins mal au sinus avec un traitement et donc tu peux vivre ta vie tranquillement. »

J’espérais que je n’aurais plus besoin de traitement ou de bouchons d’oreille.

« Est-ce si grave ? Tu n’as plus mal à la tête, regarde. »

Oui mais ça va revenir alors ?

« Tu reprendras un traitement pendant quelques jours. En outre, plus tu seras détendue, mieux tu te sentiras. »

Tu médites avec moi ? Chaque soir ?

« Il y a mieux pour toi que la méditation. Cueille une fleur chaque jour. »

Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Tu comprendras. Petit à petit. Et tu le feras avec joie. »

Je vais acheter une housse anti-acariens.

« Tu es toujours dans la résistance. Alors que tu pourrais profiter du fait que tu n’es pas allergique au pollen. Tu ne voudrais pas avoir la conviction que la vie est simple et facile ?

Elle le devient quand vous n’êtes plus dans la résistance permanente. 

Pourquoi ne voudrais-tu pas avoir un enfant tout de suite si tu rencontrais la bonne personne comme vous dites ? »

Parce que je ressens le besoin de souffler en fait. Et je ne souffle pas quand je vois que j’ai des ennuis de santé certes mineurs mais bien là. Je ne souffle pas quand je vois que je ne suis pas satisfaite de l’évolution possible de ma carrière. Je ne souffle pas quand je vois que c’est moi que ma sœur appelle quand elle a besoin d’être rassurée sur la santé de notre mère. Je ne souffle pas quand c’est encore à moi que mon père reproche de ne pas lui poser de questions sur ses projets personnels parce qu’ils n’intéressent pas ma mère.

Je voudrais qu’il y ait une période sans enfant dont il faut s’occuper parce que je n’ai plus envie de m’occuper de qui que ce soit. Voilà.

Je ne souffle pas et j’ai des problèmes respiratoires, c’est comique…

Depuis que je me promène à droite à gauche, tout le monde veut venir. Et je constate que c’est quand je me promène seule que je me sens le mieux. Parce que les gens, ils viennent avec leurs vilains paquets.

Alors que les miens, ils deviennent légers près de la plage ou devant le coucher de soleil.

Je suis capable de me ressourcer toute seule.

« Oui, mais c’est rare et c’est très difficile pour la majorité des gens. Effectivement c’est seule que tu te ressources le mieux. Ou dans une bulle agréable ce que tu ne peux créer que dans certains contextes. Dans le cadre d’un couple uni, c’est effectivement faisable. 

Toutefois, est-ce que tu laisserais quelqu’un d’autre s’occuper de toi ? »

Bien sûr.

« Vraiment ? Parce que tu ne pourras jamais maintenir la bulle et t’occuper de tout. »

J’aime mieux quand c’est moi qui gère les choses.

« D’où les fibromes. Si quelqu’un s’occupait de toi, la vie paraitrait plus simple. »

C’est ça le sens du faon, non ? Il est arrivé, il est près de moi depuis aujourd’hui et c’est la tortue qui prépare son départ…

C’est ça la symbolique de l’homme riche, je ne comprenais pas pourquoi vous employiez cette image.

Je ne rencontre pas trop ce type d’hommes tu sais.

« C’est arrivé, tu ne l’as pas su parce que tu n’étais pas intéressée. Imagine, un homme riche, généreux et gentil avec toi parce que de toute façon, lui aussi tient à ce que tu maintiennes la bulle en place. »

Lol !!!!

« Regarde autour de toi, énormément de gens ne sont pas capables de créer ce type de cocon pour eux-mêmes ou ceux qu’ils aiment. Toi tu sais le faire. 

L’idéal ce serait que tu puisses. Et tu vois que tu n’y arrives pas quand tu as trop de choses en tête.

Tu es à bout de souffle, au sens propre comme au figuré.

Tu fais des efforts pour calmer le jeu, lesquels sont mis à mal par l’impossibilité pour d’autres de se retrancher dans leurs propres cocons. Ils ne savent pas les créer.

Il y a plus simple que la résistance constante aux vents. C’est ce que t’enseignera le faon.

Plus tard, je reviendrai vers toi afin que nous ayons une autre discussion. C’est encore tôt. Profite de la vie. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)                 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

17 Commentaires

  1. passeuse

    8 novembre, 2017 à 17:16

    Re- (désolée de monopoliser cette page)mais Djayanna et Sylvie, vous me faites de la peine et me renvoyer à mon expérience passée:

    Moi, non plus, je ne voulais pas m’étendre sur le sujet mais il y a 13 ans,j’ai donc eu mon fils mais j’avais un stérilet- ne pouvant plus prendre la pilule(cause varice et phlébite).Je sais aujourd’hui que varice et phlébite ne sont pas dû qu’à cause de la pilule_mais pour les médecins, oui, mais ceci est une autre histoire.
    Donc malgré un stérilet mon fils est venu au monde
    Ensuite, il s’est posé la question: quelle contraception prendre? par ce que même si je suis contente et adore mon fils, je ne voulais pas être de nouveau enceinte.
    Et mon mari, non plus.
    Nous prenons rv chez mon gynéco et il me dit « je ne vois que la ligature des trompes mais ça ne se fait que passer 40_45 ans et sous certaines conditions.
    A l’époque, j’avais 38 ans.
    MOn gynéco prend rv avec un spécialiste et nous y allons.
    Nous exposons à ce monsieur mon cas:je ne peux plus prendre la pilule, mon stérilet, je suis quand même « tombé » enceinte( je ‘aime pas cette expression),et il me fallait un moyen de contraception et mon gynéco a suggérer la ligature des trompes.
    Et là, le parcours du combattant a commencé car , effectivement, cette opération ne se fait que lorsque une femme a eu déjà des enfants et surtout lorsque elle approche les 45 ans.
    Devant notre insistance de vouloir faire cette opération, le médecin a fini par dire « on va appliquer la procédure habituelle », à savoir, rester 3 mois chez soi à réfléchir ce pourquoi on veut cette opération.
    Et je peux vous dire qu’ils font tout pour que vous fléchissiez:ex_ mais votre mari meurt et que vous avez un autre compagnon et qu’il veut des enfants, vous ne pourrez plus les lui donner….
    Ils ont des ex.à la pelle!
    Donc, retour chez nous et pendant ce temps, comment on fait? -capotes_ je peux ous dire que très vite la peur de être à nouveau enceinte a pris le dessus donc_ rien( mon mari partagé mon point de vue)
    Puis les 3 mois passées, on revient voir le spécialiste- qui retente de nous faire changer d’avis mais puisque on n’a pas changé_ alors, il me fait tous les examens qu’il faut et on prends rv pour l’opération……..encore 3 mois a attendre.
    A ce jour, je n’ai pas regretté l’opération_ ni mon mari- qui s’est très bien déroulée.
    Depuis , j’ai fait des recherches par ce que l’pour les médecins l’opération est IRREVERSIBLE mais moi, j’ai rencontré une femme qui m’a dit qu’elle s’était faites faire l’opération puis ayant divorcé et rencontré un autre homme_qui a voulu en enfant, elle s’est fait ENLEVER LES LIGATURES et ait retombé enceinte.
    Effectivement, j’ai lu des témoignages sur des réseaux sociaux-

    Peut_être Sylvie, serai – se la solution?

  2. Fleur

    8 novembre, 2017 à 16:09

    Je te remercie passeuse pour ton message.

    Bises

  3. djayanna

    8 novembre, 2017 à 15:58

    Bonjour Sylvie

    Je te comprends pour ton utérus. Moi je ne pense pas à mutilation mais à boucherie… Comme bien souvent je suis scotchée par le timing. Il y a bientôt 3 semaines, je suis passée au bloc… et avant cela pendant 2 ou 3 semaines tout mon être criait: pas le bloc, pas le bloc !!! bordel pas le bloc. Tout est parti d’une simple infection vaginale. Malgré les traitements, elle n’a fait que se propager. Encore et encore comme si le cocktail de 3 antibios que l’on m’avait prescrit sur 20 jours n’avait aucun effet. Donc je suis passée au bloc. Ma plus grande crainte c’était de perdre mon cycle, ne plus pouvoir tomber enceinte, ça va, je savais que je saurai gérer psychologiquement. Mais perdre mon utérus, mon cycle, à 33 ans… Çà non !!!! non non.
    Donc je suis passée au bloc, et oui on peut dire ce que l’on veut moi je ressens ça comme une espèce de boucherie. Nécessaire et pouvant sauver mais quand même. Au final, on m’a retiré mes deux trompes et mon ovaire gauche. Il me reste une ovaire donc je n’ai pas perdu mon cycle. Mais plus besoin de contraception, je ne peux plus tomber enceinte par rapport sexuel. Et le plus fou ou le plus atterrant, je ne sais pas, c’est que depuis ma décision d’avorter en début d’année, toute une partie de moi ne rêvait que de ça… devenir stérile. Car aucune méthode de contraception existante ne me convient. Aucune ! Et l’idée de vivre dans le stress constant de tomber enceinte me démoralisait complètement. Je ne voyais pas d’issus possible. Et bien, soit, sacrée vie de ouf s’est chargée de régler la chose, on dirait.

    Je n’avais pas trop envie de m’étendre là dessus ici lol mais après avoir lu cet article… J’ai changé d’avis. Je me suis un peu retrouvée dans les énergies dégagées! genre: fatiguée, fâchée, y’en a marre !! mais heureusement ce ne sont que des phases. Et on avance, on évolue, on apprend. Toujours.

    Peu importe ce que tu devras envisager, dis toi qu’au moins tu as le temps de te préparer psychologiquement.

    Je te souhaite de trouver, si cela n’est pas déjà fait, une jolie bulle, un beau cocon, d’amour sincère. Peu importe les circonstances, peu importe combien de temps cela dure, quelques mois, des années ou toute une vie, je te souhaite de savourer cela pleinement!

    Il y a plus simple que la résistance constante aux vents.
    Je vais méditer là dessus!

    Belle fin de journée à tous!
    bisous

  4. Dodie

    8 novembre, 2017 à 13:31

    Coucous Sylvie,
    Mais pourquoi tes guides ne te parle jamais de la guérison comme on l’entend généralement dans l’éveil spirituel, style « la santé parfaite est ton état naturel il suffit d’enlever les parturbants » avec la foi tu peux rétablir la santé parfaite. Quand on te lis on dirais une fatalité il n’y a pas tout ce discours de guérison.

    Merci
    Bisous ange créole

  5. passeuse

    8 novembre, 2017 à 12:51

    A Sylvie, Carène, Emilie et Fleur:

    Juste un mot pour vous dire Que de Lâcher prise est la plus belle chose que vous pourrez faire pour vous_même.
    Je sais combien, il est difficile de le faire(lâcher sa zone de confort pour aller au devant de ce qui « fait mal », mais je vous assure qu’une fois le lâcher prise effectuer,la montagne , n’en est plus une_
    Encore quelques petits monticules, mais rien d’insurmontables.
    A chaque jour,vous avancez un pas après l’autre et vous verrez petit à petit la rte s’aplanir,une force vous envahir, la paix ds le coeur et la tête.
    Cela fait 2 ans que j’ai découvert ce blog et il y a 2 ans,je n’y connaissais rien du tout:mon couple avait déjà exploser et j’étais à deux doigts de me laisser mourir quelquefois.
    C’est là que ma guide m’est apparue pour la première fois:je n’oublierai jamais.
    A ce jour, je sais qui je suis, mon couple est reparti sur de bonnes bases_ même s’il faut encore déblayer un peu, je viens d’effectuer un stage de reiki qui m’a permis d’être sûr à cent pour cent du choix de carrière que je veux ainsi,j’ai également pu , ce matin,prendre contact avec une autre personne – qui me connait depuis l’enfance , et qui est rebouteuse.
    DEpuis toujours, je voulais faire comme elle et prendre sa suite,ce sera chose faite_ après notre conversation de ce matin.

    Je commence donc, ma nouvelle vie en donnant et des soins de reiki et en étant rebouteuse.
    Hé,bien , tout ce bonheur, je le dois à mon lâcher prise et à tout le travail effectué en amont.

    A vous de jouer! bises

  6. Carène

    8 novembre, 2017 à 10:51

    Coucou,

    Résistances quand tu nous tiens.
    Je suis la première à avoir des difficultés à lâcher prise.

    S’abandonner en totalité à la vie ou dans nos relations est une chose que je suis en train de découvrir. Il y a un juste équilibre à mettre en place pour laisser la vie nous accompagner en l’accompagnant à notre tour et ce par une juste dose de yin et de yang. Le yin pour accueillir ce qui se présente et discerner ce qui sonne juste et est en alignement avec nous même. Le yang pour passer à l’action une fois que l’on sent la bonne chose au bon moment.

    Au niveau des relations un juste équilibre entre l’attachement et le détachement. Accepter que l’incarnation suppose une interdépendance. Créer cette interdépendance avec les gens qui nous correspondent, avec lesquels nous sommes en phase. Maintenant je vois bien la différence entre ce qui est fluide et ce que je tente de faire exister par choix de l’égo. Il y a des choses qui coulent de Source et c’est notre principe féminin qui est mesure d’avoir ce discernement.

    Toute notre vie peut couler de Source si on se l’autorise. Détends-toi et accueille ce qui vient. Tu sentiras ensuite ce qu’il est juste de faire.

    Bises douce Sylvie ;)

  7. Emilie

    8 novembre, 2017 à 10:47

    Bonjour Sylvie,
    « Cueilles une fleur chaque jour » comme c’est joliment dit.
    Regardes comme les plus jolies fleurs peuvent être fragiles et exigeantes; combien d’épines sur la tige des roses les plus parfumées; comment aider à refleurir les fleurs qui ont été coupées ?
    Je n’aime pas non plus que les choses n’aillent pas dans mon sens, c’est à dire celui qui me semble normal et facile; celui où il n’y a pas de problème et où les choses avancent telles qu’on le désire (c’est à dire sans obstacle, sans bâton dans les roues).
    Je n’aime pas être obligée de changer ce qui me convenait pour m’adapter à la force des choses. En ce moment j’apprends l’adage du « c’est pas comme si tu avais le choix » et découvre que j’ai encore le choix de mal le prendre et de refuser d’en tirer le meilleur ou d’accepter les désagréments sans en faire une montagne. Petit à petit, je laisse en chemin ce qui est trop lourd à porter puisque je ne peux pas faire face et que personne ne va le porter pour moi. Savoir qu’il n’y a personne est sans doute le plus difficile mais supportable à partir du moment où ce n’est plus une montagne.
    Une amie m’avait tiré les cartes il y a un an et m’avait dit que tout irait bien à l’exception que je serai ma pire ennemie – effectivement, la faiblesse n’était pas acceptable de mon point de vue.
    La faiblesse est toujours relative, un peu comme la beauté des fleurs mais ce ne sont pas les épines qui donnent leur parfum aux roses.

  8. Fleur

    8 novembre, 2017 à 10:46

    Une fleur chaque jour … C’est pour de vrai ?

  9. Fleur

    8 novembre, 2017 à 10:42

    Bonjour Sylvie,

    Merci pour ton article.

    J’ai ressenti de la tristesse en lisant certains passages et Je te souhaite une belle solution pour toi !

    L’histoire de la bulle me parle. J’aimerais concretiser ce concept, mais c’est difficile.

    Bises Sylvie, Merci !

  10. passeuse

    8 novembre, 2017 à 8:11

    Bonjour Sylvie

    Tu as besoin de souffler, je le comprends!
    Mais quand on a la chance de pouvoir rencontrer un homme qui veut prendre soin de toi;Je t’en prie Sylvie lâche prise!
    Et laisse_toi le plaisir de te faire dorloter.
    Tu sais, c’est rare,ce genre d’homme!
    Quelqu’un qui te soulage ,qui prends les décisions à ta place_ ne veut pas dire , le faire,avec ses convictions à lui mais avec les vôtres!
    Laisse_le et repose ta tête sur son épaule,vois comme il est agréable de souffler et respirer _tranquillement, calmement.
    C’est une sensation si délicieuse de se sentir soutenue, épauler…
    Tu sais, ce n’est pas être faible de se dire » j’ai besoin que l’on prenne soin de moi ».
    C’est se donner la possibilité de se décharger un peu ou beaucoup_ donc de reprendre du souffle.
    Quand tu seras d’accord avec cette id, tu verras que tu sauras aussi prendre les bonnes décisions pour tes fibromes et le fait d’avoir un enfant de suite.
    Tu sais, vivre de cette façon là avec un compagnon_ mari _ c’est facile puisque il est là pour te faciliter la vie et de t’aimer.
    Alors , Sylvie , fais le bon choix!
    Moi, je fais tout pour retrouver ce genre de relation_ pour que mon mari- qui – a fui et qui fui encore un peu à la naissance de mon fils( qui n’a rien avoir avec mon fils)retrouve la capacité de m’épauler.
    C’est dur de faire l’homme et la femme à la fois.Mon coté masculin a du ressortir et il a même pris tte la place.
    Et puis tu sais que quand on va contre quelque chose, c’est justement là que les ennuis de santé s’accumulent….
    Je te souhaite Sylvie ,une bonne réflexion!
    bises

Consulter aussi

Like an angel passing through my room

Bonjour à tous, Voici sur quel air je me suis réveillée ce matin. J’ai entendu cette…