Accueil Spiritualité Les oreilles et le nœud de Minnie

Les oreilles et le nœud de Minnie

17

Les oreilles et le nœud de Minnie 18072402360524101015820061

Bonjour à tous,

« Je t’avais demandé de faire passer ta toux. », me rappelle Astaroth.

Je n’y arrive pas. Elle se calme durant la journée mais elle revient tous les matins.

« Elle ne t’empêche pas de dormir ? »

Non.

« Tu dors bien à nouveau ? »

Parfaitement bien, grâce à toi.

« Tu n’as plus de vision ? »

Des visions ? Non…

« Tu fais juste des rêves dont les énergies sont plus marquantes que les images. »

Voilà c’est ça !

« C’est parce que la dernière fois tu as été choquée. »

Lol !!!

« De toutes façons tu sais déchiffrer les rêves composés d’énergies plus marquantes que les images. »

C’est le plus facile.

« C’est le moins courant pour vous. »

Je sais. Beaucoup de gens confondent ce type de messages avec des voyages astraux.

« Parce qu’ils ne maitrisent pas les voyages astraux. »

Il y a une différence entre les rêves et les voyages astraux inconscients mais il faut pouvoir la sentir. 

« Pour toi ce n’est pas dur, tu ressens les énergies de manière différentes dans les deux cas. Mais tu te demandes comment faire pour aider ceux qui ne sont pas capables de faire la différence. »

Oui, tu sais toi ?

« Quel est la particularité d’un voyage astral ? »

Pour moi c’est l’ambiance. Les énergies environnantes indiquent que l’on se trouve sur un autre plan. Quand on rêve on a l’impression que ce que l’on vit est réel.

Dans un voyage astral, on sent que quelque chose est d’un autre ordre on va dire.

Et les énergies peuvent nous accompagner au-delà du réveil. Ceci dit, les visions aussi nous laissent ce type d’énergies.

« Certains rêves spirituels également mais là encore toi tu sens la différence. Il y a des personnes qui sont désemparées par ces énergies qui leur restent. Et d’autres pensent que c’est le signe que Dieu les a choisis. »

Dieu les a choisis ? Il faut redescendre…

« Redescendre ? »

Sérieusement, Dieu ou le nom que vous voulez, nous accueille tous auprès de lui. Il n’y a pas d’élu. Pour reprendre une formule bien connue, nous sommes tous ses enfants.

Quant à ceux qui sont désemparés, pourquoi désemparés ? Notre environnement astral peut être surprenant mais je l’ai dit et je le répète, tout ce qui nous est soumis, nous pouvons gérer.

Tout.

« Certains ne se sentent pas si puissants. »

Si eux ne le sont pas, qui chaque jour se lève et fait ce qu’il y a à faire dans leur vie ?

Qui est cet être qui prend soin d’eux, de leur corps, de leurs proches jour après jour ?

Tout le monde dispose de la puissance nécessaire pour faire face à ses propres enjeux.

Nul ne peut faire mieux qu’eux.

Ils ont la puissance qu’il leur faut.

« A quoi ressemble ta maison astrale ? »

Elle est redevenue accueillante. Tu sais ce que je cherche pour moi-même. 

« Tu cultives la paix intérieure. »

Oui.

« Si tu étais plus proche de l’Ombre, je t’aurais indiqué la voie du challenge sans cesse renouvelé. Pour que tu puisses explorer davantage ta propre puissance.

Toutefois ce genre d’enjeu ne t’intéresse pas. Je vais donc t’indiquer une autre route, tu sais que tu n’es pas obligée de fonder une famille ? »

Oui, je le sais.

« Tu pourrais juste continuer de voyager et d’aller à la plage. »

Lol.

« Nous savons que tu sais comment être en paix. Penses-tu que tu puisses l’être en t’occupant de divers proches ? »

Être avec des gens que j’aime est une immense source de joie. La joie décuple la paix intérieure. Elle apporte la vraie satisfaction.

Je sais que dans la vie, au quotidien, la perfection disparait  à l’instant où on se lève le matin. Il y a dans chaque journée mille occasions de se rappeler que franchement, ce ne sont pas les contrariétés qui manquent dans nos vies.

Quand Neveu fracasse ses jouets par terre parce qu’il n’y a que quand c’est bruyant que c’est amusant, je me demande à quelle heure ses parents doivent venir le chercher.

Mais quand il frappe à ma porte et qu’il crie, Tatie ! Je suis obligée d’aller lui ouvrir avec le sourire et de le prendre dans mes bras. Tu comprends ?

C’est comme ça.

« Certaines choses sont devenues simples, n’est-ce pas ? Dans l’Ombre c’est la compréhension qui apporte la paix. Dans la Lumière, c’est la première choses que vous êtes invités à développer.

Dans l’Ombre la satisfaction est ce qui précède la compréhension car la voie du challenge renouvelé vous leurre longtemps. Vous peinez à réaliser que ce n’est pas toujours le même challenge qui doit se représenter.

Pour toi, c’est aussi simple qu’évident.

On parle ? »

Allez.

« Réponse de Marseillaise. »

Voilà.

« Tu vas créer ce nouveau site ? »

Je pense.

« Quel thème ? »

Voyage.

« A ta façon ? »

La spiritualité fait partie intégrante de ma vie. Je ne peux créer qu’à partir de ce que je suis.

J’ai envie d’évoluer sur mon chemin personnel. Je vais créer un site ayant pour thème le voyage, je le fais pour mon plaisir personnel.

J’ai une idée de ce que je souhaite faire, je vais prendre le temps de la mettre en œuvre.  

« La paix pour une personne liée à la Lumière se trouve dans le respect de son inspiration. »

Car l’inspiration est un cadeau.

« Et au Milieu ? »

La satisfaction est un leurre tant que l’on ne parvient pas à se détacher du besoin. La compréhension arrive lorsque l’on accepte la crainte.

La paix apparait lorsque l’on comprend que la majorité des insatisfactions sont liées à la difficulté d’accepter le besoin comme une part naturelle de l’incarnation.

En fait ce chemin largement indiqué par divers courants spirituels où il est répété qu’il faut se détacher de tout besoin est la voie qui mène à la paix pour les gens liés au Milieu.

Mais s’en détacher doit se faire dans l’humilité. Pour cela il faut avoir compris et accepté l’idée que tout est parfait en soi. Que les craintes sont normales et servent de balises. Que la satisfaction est d’abord recherchée pour fuir ce qui est exposé à la lumière crue, à savoir nos propres enjeux d’incarnation et enfin pour accepter ces enjeux il faut accueillir la compréhension que tout ce qui se trouve devant nous est à notre portée.

En fait au Milieu, la porte de la paix se trouve juste là, devant les gens. Tout le temps. Et ils passent et repassent sans cesse devant, à côté…

Ils ont souvent du mal.

« Et pas dans la Lumière ? »

Dans la Lumière elle s’ouvre devant toi et ton premier réflexe c’est de t’enfuir en courant. C’est exactement ce que j’ai fait !

On m’a rattrapé ceci dit. J’ai fini par aller voir.

« Et dans l’Ombre ? »

On n’en veut pas. On n’est pas pressé de passer cette porte. Tu l’as dit toi-même, le challenge apparait plus intéressant. C’est effectivement la compréhension induite par le développement de la sagesse qui permet de franchir cette porte.

Pour ce que j’ai pu en voir dans tous les cas ça prend du temps en fait…

« Pourquoi ? Tu es attendue quelque part, ma jeune princesse ? »

Lol !!!!

« Donc il n’y a pas d’obligation à fonder une famille. Cela devrait toujours pour vous résulter d’un choix conscient. Pour la même raison, rien ne t’oblige à retourner voir la gynécologue tout de suite. Puisque tu n’en as pas envie.

Tu sais déjà que tu ne vas pas apprécier la discussion que vous allez avoir. Quand toi tu auras pris la décision ou non d’avoir un enfant et que ce choix sera clair dans ta tête, tu iras la voir et tu lui diras, voilà ce que je veux. »

Je reconnais que je ressens beaucoup de pression à ce niveau. Et moi je ne suis pas prête à prendre une décision définitive. Dans un sens ou dans l’autre.

Dans ma vie je rencontre beaucoup de difficultés parce que je suis célibataire. Jusqu’à de l’hostilité. J’ai du mal à comprendre. Mais les gens n’aiment pas ce qu’ils ne comprennent pas.

J’en étais arrivée à en avoir assez d’être moi. Je m’en suis rendue compte très récemment.

« C’était superficiel, ce sentiment. L’expression d’un profond ras-le-bol. C’est pour cette raison que tu étais déçue de ne pas pouvoir aller à cette fête à laquelle tu savais que nombre de tes connaissances participeraient.

Tu n’es pas quelqu’un qui a besoin d’ivresse. Ce qui est encore plus difficile à comprendre pour l’entourage d’une manière générale. »

J’ai recherché l’ivresse aussi mais c’est tôt sur mon chemin qu’il m’a été enseigné que c’est un leurre et je l’ai compris.

En fait c’est l’histoire du décalage. Moi j’ai eu mon appel alors que je n’avais pas fini mes études et c’est là que je me suis ouverte à ma spiritualité.

Mais pour beaucoup de personnes ça vient plus tard. En fait alors que je vois qu’une route s’achève, d’autres arrivent autour de moi sur leur propre chemin. Voilà.

Franchement c’est l’histoire de ma vie d’adulte, tout en décalé. Autour de moi tout le monde est en couple, mais vraiment tout le monde. Les gens font des enfants, achètent des maisons ou y songent.

Ils voudraient voyager mais ce sera plus tard ou alors ils cherchent des moyens économiques compte tenu des écoles privées etc…

Les gens ne sont plus insouciants quand il s’avère que je le suis redevenue. La vie me parait légère, malgré tout. Légère et valant largement la peine qu’on se donne les moyens de la vivre comme on le souhaite.

Et ceux qui ont cet état d’esprit autour de moi sont plus âgés et à leur façon ont déjà cheminé parce que la vie leur a montré que les choix traditionnels ne leur convenaient pas.

Comme j’ai dit l’autre jour, sur ma route à moi, il n’y a pas d’embouteillage, c’est toujours bien dégagé. Les rares personnes que je croise dans le même sens que moi ont des enjeux toujours différents et donc on se croise et se recroise mais juste à l’occasion.

La majorité des autres personnes marchent dans l’autre sens. 

C’est drôle que ce soit dans ce contexte là que j’ai senti en moi la paix, la complétude, le fait que j’étais là ou je devais être. C’est pourtant ce qui est arrivé, plus d’une fois.

Pour moi ce qui compte c’est de faire et avoir ce qu’on aime. C’est tout. L’intérêt de la vie, pour moi, se trouve là.

En-dehors de ce qu’on aime et de ceux qu’on aime, il n’y a rien de motivant à mes yeux.

Je sais que c’est une vision très ancrée dans la Lumière et que tout le monde ne peut pas s’y retrouver. Je l’accepte d’autant plus que je sais qu’une majorité de gens sont davantage liés au Milieu.

Si j’avais voulu j’aurais pu faire évoluer ce blog autrement par exemple. En me concentrant sur les articles qui marchent le mieux.

« Sais-tu quels sont les articles les plus lus aujourd’hui ? »

Tu sais bien que non, j’allais y venir, je ne suis pas une acharnée des statistiques et j’écris seulement ce que j’ai envie d’écrire.

Parce que c’est comme ça que j’aime faire justement. 

« Le problème c’est que tu ne crains pas la solitude. »

Pourquoi est-ce un problème ? 

« Parce que cela révèle ta force. C’est ce que les gens ne parviennent pas à comprendre chez toi. Cette force-là, ils ne la voient pas en eux. Ils ne conçoivent donc pas qu’elle puisse exister en toi.

Ce que tes lecteurs ne voient pas car ils ne te côtoient pas c’est que tu es réellement quelqu’un de serein à l’intérieur. Tu es si émotive et sensible que quand tu écris, c’est ton hypersensibilité souvent qui s’exprime.

Du coup, ils ne voient pas forcément que tu n’as pas de tourment profond et que tu n’as pas peur de ce que tu feras demain.

Tu sais que tu pourras toujours faire quelque chose qui te plait d’une manière ou d’une autre.

Tu ne crains pas l’ennui. Tu ne crains pas les challenges personnels. Tu ne crains pas d’aller vers les gens. Tu aimes le silence, il ne t’effraie pas.

Tu acceptes la peur et tes peurs. Tu sais rire. 

Tu n’as pas besoin de la présence d’un tiers pour te sentir bien.

Tu te souviens de ce que tu voyais, ce vide profond, quand encore étudiante tu te demandais ce que tu voulais vraiment ? Cela fait bien longtemps qu’il a disparu n’est-ce pas ?

Eh bien, chez nombre de personnes, il est la raison de la crise de la quarantaine.

Chose que tu ne devrais pas vivre. Tu ne te demandes même plus quand est-ce que ta vie va vraiment commencer. Et à plus de 50 ans cette question devient, mais pourquoi n’ai-je rien pu faire ou pourquoi n’ai-je pas eu moi aussi les bonnes occasions ?

Tu ne penses pas que les bonnes occasions t’ont fait défaut. Tu penses que tu apprécierais sûrement quelques jours dans ce nouvel hôtel à Sainte Lucie en novembre ou même début décembre. »

Il a l’air sympa, on dit que tout y est beau, qu’il y a des restaurants délicieux…

« Tu ne vas pas faire le Black Friday ? »

J’y ai réfléchi, j’ai davantage envie d’aller à Orlando pour les parcs qu’à Miami pour les magasins. 

« Va à Orlando. »

Mais non le copain à qui je voulais proposer le voyage n’a pas de sou ! Seule je fais les magasins mais les parcs, ce n’est pas drôle de porter des oreilles et le nœud de Minnie sans qu’on puisse me prendre en photo avec.

« Tu n’es pas obligée de porter les oreilles de Minnie. »

Tu sais bien que si. Et d’acheter une sucette. Et de poser avec les oreilles sur la tête et la sucette à la bouche.     

« Tu n’as jamais demandé à Camille et Liliane si elles aiment Disney. »

Mais c’est vrai !!! Je vais leur demander. Je te remercie.

Peut-être qu’elles aussi voudront porter les oreilles et le nœud de Minnie. Ca ferait une super photo…    

« Reste comme tu es Sylvie. Et plutôt que cet hôtel sans intérêt à Sainte Lucie, réfléchis à un voyage culturellement plus intéressant. Je te mets au défi de trouver un séjour organisé intéressant pour toi d’ici la fin de l’année. Allez. Il te permettra de travailler plus efficacement sur ton futur site consacré au voyage. »

Merci Astaroth.

Belle journée à tous ;)  

  • Sagesse sombre

    Bonjour à tous, C’est quoi cet endroit, Gabriel ? « C’est un lieu d…
  • Juste bien

    Bonjour à tous, « C’est cool la vie, c’est ce qui te vient ce matin…
  • Laisse la porte ouverte

    Bonjour à tous, « Ca va ? », me demande Elédahiel. Oui, c’est …
Charger d'autres articles liés
  • Spectre de la sincérité

    Bonjour à tous, « Ce n’est pas ce genre de services qu’il faut dema…
  • Le bon moment pour soi

    Bonjour à tous, Gabriel, j’ai besoin que tu m’aides. « Oui ? &…
  • Ni hasard ni chance

    Bonjour à tous, « Moins facile peut devenir facile, tu l’as compris ?&nbs…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Spectre de la sincérité

    Bonjour à tous, « Ce n’est pas ce genre de services qu’il faut dema…
  • Le bon moment pour soi

    Bonjour à tous, Gabriel, j’ai besoin que tu m’aides. « Oui ? &…
  • Ni hasard ni chance

    Bonjour à tous, « Moins facile peut devenir facile, tu l’as compris ?&nbs…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

17 Commentaires

  1. crystallia

    14 août, 2018 à 22:52

    Belle soirée à toi Liliane ;)

  2. jaoni

    14 août, 2018 à 21:27

    Merci Sylvie tes mots me touchent vraiment, j’aurais voulu avoir ce soleil là qui fait le ménage autour moi beaucoup plus tôt pour éviter des histoires désastreuses mais quand j’y pense vraiment je suis également consciente qu’on vit ce qu’on a à vivre comme tu dis. Je suis en pleine introspection en ce moment et ce que tu me dis là vient me conforter dans ce que j’avais déjà à l’esprit. Merci beaucoup
    Belle soirée

    Dernière publication sur Carnet de route : Prendre le temps de guérir

  3. crystallia

    14 août, 2018 à 18:10

    Coucou Liliane,

    En même temps, c’est comme dans Matrix, on a le droit de trouver bon le goût d’un steak appétissant.

    En vérité pour ma part, j’aurais pu choisir une route sans vie sentimentale. Sans que cela ne me manque.

    S’il n’y avait pas eu les rappels de cette histoire non achevée et ces visions qui reviennent doucement, j’aurais simplement gardé les yeux rivés sur mon autre soleil, celui qui ne peut ni bouger ni s’éteindre.

    Il est l’astre qui a percé les nuages sombres et bas du désert de ma longue nuit.

    Le même dont les rayons ont fait reculer la vermine autour de moi et qui concrètement a largement amorti certaines conséquences.

    Tu sais, on sait tous à quoi on croit. Et pourquoi.

    Pourtant, je n’ai pas l’intention d’essayer de fuir l’illusion rassurante.

    On vit ce qu’on a envie de vivre et ce qu’on a à vivre aussi.

    Bise ;)

  4. jaoni

    13 août, 2018 à 20:20

    Bonsoir,
    Je n’ai pas tout Compris de ce que tu as dis dans ta dernière réponse si ce n’est que l’amour inconditionnel n’est pas plus important que l’amour sentimental, que l’illusion rassurante c’est peut être bien pour un temps et que plus on avance moins on en a besoin et qu’on sait qu’on en a plus besoin lorsqu’on on arrive à se dire c’est bon arrêtons de nous mentir.
    Merci beaucoup
    Belle soirée

    Dernière publication sur Carnet de route : Prendre le temps de guérir

  5. crystallia

    13 août, 2018 à 18:38

    Un nouveau blog ! Si tu te sens de le faire découvrir un jour, n’hésite pas.

    Et merci à vous.

    Bise ;)

  6. Amandine

    13 août, 2018 à 15:04

    Bonjour
    Merci Sylvie, en te lisant, dès choses remontent gentillement du coup…..et ça me touche aussi la dernière phrase quand tu évoques l’indulgence envers soi même.
    Je vais méditer encore dessus car ce que tu décris ça été, je crois, la raison de tout mes conflits intérieurs.
    Autrement, j’espere que tu ne vas pas rigoler lol mais j’ai aussi ouvert une sorte blogue sur WP.
    Je n’aime pas trop écrire (je préfère parler et le dessin aussi ) mais ca me fait du bien d’essayer différentes formes d’expressions. Ça me permet aussi de clarifier mes penses. J’illustre certains propos par des petits dessins aussi.
    J’aimerai bien te le montrer, mais je ne sais pas encore si ce n’est juste un tremplin pour autre chose ou réellement quelque chose que je vais avoir envie de développer avec autant de passion que toi. Et puis je ne suis pas vraiment carrée aussi, plutôt figure expérimentale^
    Je te souhaite de toujours continuer à être toi même surtout, c’est tellement inspirant!
    Merci encore Sylvie

  7. Anna

    13 août, 2018 à 12:08

    MERCI Sylvie !!!

    Bise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

La bisexualité

Bonjour à tous, « Tu as l’air en forme ce matin. », me dit Roé…