Accueil Spiritualité Le vrai soleil

Le vrai soleil

21

Le vrai soleil 18082702190324101015864511

Bonjour à tous,

« Tu sais qu’il y a des personnes qui se demandent ce à quoi peut ressembler la nuit de l’âme au quotidien. », me dit Gabriel.

A un presse-citron.

« Ils s’imaginent que c’est comme une succession de tunnels. »

Non, c’est un presse-citron.

L’idée c’est d’extraire tout le jus. Parce que c’est ce jus qui contient ce dont vous avez besoin, les vitamines si vous voulez.

Donc la nuit de l’âme c’est le presse-citron. Cela vous permet d’aller chercher des ressources que vous ne soupçonniez surtout pas au départ.

Bien sûr à un moment donné vous avez mal partout. Et comme vous êtes pressé jusqu’à la dernière goutte, vous continuez d’avoir mal.

Mais arrive un moment où vous comprenez comment tirer parti du jus. Alors c’est ce que vous faites.

Jusqu’au jour où le jus vient à manquer. Vous vous dites, mince, qu’est-ce que je vais faire ?

Il n’y a donc plus rien à presser ? Vous sentez sincèrement que vous n’avez plus rien à donner.

Vous ne savez plus comment faire un pas de plus dans le désert.

Vous vous retournez donc. Et vous comprenez.

Vous avez tiré assez de jus en réalité.

Et il n’y a plus rien devant. Car vous êtes à la limite du désert.

Vous vous tournez à nouveau et c’est là que vous le voyez.

Le matin.

Et vous réalisez, la vie ce n’est pas que la nuit. Vous aviez fini par le croire.       

Vous êtes soudain perdus, comment c’est de vivre en journée ? Vous ne savez plus.

Seulement vous souriez quand même.

Le matin ne se lève pas un beau jour.

Il se lève parce que vous avez atteint la limite du désert.

Vous êtes un survivant et vous le savez. Même si vous devez être le seul à le savoir, vous le savez.

Dans la nuit il n’y a rien. Et cela aussi, vous savez. 

Il n’y a que l’attente de tout ce que vous voulez. 

De vraiment tout.

Le jour se lève quand on a retrouvé la force de croire au soleil. 

La nuit de l’âme c’est l’épreuve de la foi. Elle nait dans le désert, nous accompagne dans le désert et nous sort du désert.

Le matin ce n’est pas le moment où tous les rêves se réalisent. Ce serait bien.

C’est le moment où la foi en soi rejoint la foi en Il/Elle.

C’est le moment où on voit le soleil. Le vrai soleil.

Bonne journée à tous ;)   

  • Le soleil bienveillant

    Bonjour à vous, Il pleut en ce beau mardi mais vous le savez, le véritable soleil brille d…
  • Il n’y a rien que l’amour…

    « Il n’y a rien que l’amour ne puisse guérir. Il n’y a rien que l’amour ne puisse remplir.…
  • Cette foi qu’on développe

    Bonjour à vous, J’espère que vous avez tous passé une belle fête des pères en compag…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

21 Commentaires

  1. crystallia

    8 septembre, 2018 à 4:09

    Bonsoir,

    J’ai aimé vous lire tous.

    Je ne dirais qu’une seule chose, c’est pour la vie qu’on tient ou qu’on a tenu.

    Vivez un beau weekend.

    Bise ;)

  2. Celia

    7 septembre, 2018 à 21:27

    Coucou,

    Merci du partage.
    Survivante oui, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour ta traversée du désert Sylvie. Ta ténacité et tout ton travail ont payé. Et ça donne de l’espoir pour ceux qui la traverse encore, cette foutu nuit de l’âme…
    Je crois que je suis à l’étape où je n’ai plus de jus… mais je ne vois pas ce que je peux faire de ce que j’ai extrait… lol.

    Bises

  3. passeuse

    7 septembre, 2018 à 20:01

    re

    Oui, une survivante, c’est bien l’effet que ça fait.
    Quand je l’ai eu compris, ma première réaction a été  » youpi, j’ai réussi, je m’en suis sortie ».
    Un sentiment de pure exaltation, puis vient le calme, la sérénité…..
    Tout est différent , plus vrai, plus beau!
    Je me suis sentie en phase, je me sens en phase avec moi_même, avec La Source,tout est bien et le soleil est bien là!

    Alexandre, j’aime ton commentaire et cette chanson, j’adore.Tellement belle!
    Des zoubis à tous

  4. alexandre

    7 septembre, 2018 à 18:49

    Bonsoir Sylvie,
    Ton article m inspiré beaucoup. Je connais la nuit de l âme,je l ai vécu a là mort de mon chat lucifer. Cela a dure deux ans et demi jusqu’au moment ou dans un rêve ,j ai vu mon défunt maitre me dire qu’il prenait soin de lui. En un sens je me sens un survivant. Ma vision du monde a totalement changé. Je dirais que ton article devrait s accompagner de la chanson d amir  » au coeur de moi ».Cette chanson est ma préférée. Je ne sais pas si tu la connais sinon je t invite a la voir sur you tube.Bises

  5. Amel

    7 septembre, 2018 à 16:16

    Bonjour,

    @Sylvie,
    « Le jour se lève quand on a retrouvé la force de croire au soleil. »
    A quel moment peut-on l’avoir perdue ? :)

    @Anna,
    « La nuit de l’âme [...] Ce que j’en entends c’est son insistance son creuset profond agissant en va et vient continu. Encore un tour encore un tour jusqu’à la dernière goutte » on vérifie » non c’est bon plus rien ». C’est ce qui est douloureux je pense, je trouve. Ça ne prend pas forcément des allures visibles de souffrances infinies non ? »
    Cette description associée au « presse-citron », me fait penser au procédé d’extraction par pression à froid qui consiste à presser les citrons, pour en faire sortir une essence et une huile d’une grande finesse et qui a de nombreuses vertus…
    En espérant que ce soit la même finalité pour la nuit de l’âme… parce que sinon : quelle arnaque ! ;)
    La douleur et la souffrance, on les surmonte et cela s’apaise un moment ou un autre, on ne s’en rend pas compte nécessairement tout de suite, le temps fait son oeuvre. Mais durant ces moments douloureux mieux vaut éviter de résister, seulement se laisser submerger, arrivera le moment où l’on se rend compte que l’on ne se noie pas forcément, le temps de digérer toute cette eau probablement :)

    Belle journée,
    Bises

  6. Emilie

    7 septembre, 2018 à 11:09

    Bonjour Sylvie,
    Le titre de ton article rejoint bizarrement un doute !
    En fait je me demandais comment les survivants pouvaient trouver cette paix face au soleil matinal.
    J’ai du mal à admettre que ce qui est arrivé ne peut plus arriver ou que ce ne sera pas grave car il sera possible de relativiser – de prendre de la distance pour voir les choses de plus haut ou sous un autre angle.
    J’ai eu l’image d’une personne qui traversait le désert et faisait demi tour pour le retraverser en sens inverse …
    Pour moi le faux soleil n’existe pas, il vient du doute que le soleil puisse à nouveau se voiler – à moins de parler des mirages qui nous aveuglent et des illusions auxquelles nous nous raccrochons.
    C’est la conscience de sa propre divinité et connexion à la source qui permet de développer cette foie en soi et d’éradiquer tous les doutes et barrages mentaux; c’est un travail énorme.
    Je ne suis pas ce que j’appelle médium et rares sont les messages clairs que je reçois pourtant j’en ai reçu 3 très précis et concis qui sont restés mes soleils dans la nuit :
    - Laisse ton coeur ouvert à l’amour
    - Si tu as foi en moi, aies foi en toi
    - Tout est parfait

    Si le matin n’est pas le moment où les rêves se réalisent et qu’il y aura toujours des nuages, je comprends que c’est notre propre soleil intérieur sur lequel il faut compter.
    Je crois que le doute rejoint ce sentiment d’être désarmé face au soleil car on ne sait plus comment vivre en journée.
    Sans doute qu’il suffit de faire simple et de s’acheter des sandales dorées
    La chanson que l’on m’avait envoyé un matin au réveil (ce n’est pas mon registre habituel)
    https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=03-V4y-giBI

  7. Anna

    7 septembre, 2018 à 9:40

    Bonjour Sylvie ☆☆

    Au cours d’un atelier d’écriture, il y a 15 ans déjà, nous devions imaginer quel livre nous aimerions écrire le thème son titre et choisir parmi des cartes postales l’illustration de sa couverture. Puis, en écrire la première page.
    J’avais choisi une photo quasi identique à celle que tu donnes aujourd’hui. J’avais imaginé écrire un récit philosophique ou peut-être spirituel disons qui parlerait de l’intrinsèque solitude, du sentiment d’être seul et ce qui l’en est ou pas de sa réalité. Qu’est-ce qu’être seul ? La nuit de l’âme apporte cette réponse non ? N’est ce pas ce qui conduitrait à la Foi totale que d’y avoir répondu ?

    Je me souviens d’avoir évoqué dans ce texte le ressac des vagues, l’écume et les traces sur le sable. Un ressac d’une mer calme et toujours ce va et vient jusqu’à mes pieds de ses vagues et vaguelettes sur la plage où  » je marche seul  » (air connu). Je joue avec Je les esquive, les fuis ou les ignore. Dans le fond, un texte mélancolique.

    Vient un moment où l’on se lasse de regarder ses pieds et admirer le sable comme fasciné et on relève la tête. Chacun connaît cette sensation où s’élargi alors notre chant de vision où l’on redécouvre l’horizon autrement qu’avant qu’on ait baissé la tête jusqu’à oublier où l’on est.
    Est-ce que ton ressenti de « C’est le matin ! Il y a le soleil » ressemble à cette sensation ?

    La nuit de l’âme dans ce que j’entends de ta métaphore du presse citron n’est pas a entendre juste (et seulement) comme douloureuse et phase de LA souffrance ultime. Le noir étant toujours associé à la dépression je pense qu’on peut confondre. Ce que j’en entends c’est son insistance son creuset profond agissant en va et vient continu. Encore un tour encore un tour jusqu’à la dernière goutte » on vérifie  » non c’est bon plus rien ». C’est ce qui est douloureux je pense, je trouve. Ça ne prend pas forcément des allures visibles de souffrances infinies non ?
    Et ce n’est pas l’éveil la fin de la nuit de l’âme ? Ton éveil étant antérieur. Je me trompe ?

    Beau jour et belle vue sur le soleil à toi.

    Bise !

  8. Fleur

    7 septembre, 2018 à 8:00

    Bonjour Sylvie,

    Merci !

    Pourquoi cette résonance, cette compréhension de tes mots ? Des ressentis. je vois des levés de soleil souvent, c’est bizarre. Pourtant aucun vécu comme le tien… Un paysage enneigé peut-être.

    Bises et de belles aventures pour toi hors du désert ! Tu vas en forêt ? dans une maisonnette ?
    Je t’embrasse

  9. passeuse

    7 septembre, 2018 à 7:34

    Bonjour Sylvie

    J’aime bien l’id du citron pressé!
    Bien vu.
    Encore une fois, si juste!
    Bien belle journée à toi

  10. Evelyne T

    7 septembre, 2018 à 1:13

    Bonjour ou bonsoir Sylvie,

    Ça fait un petit moment que je lis votre blogue et vos messages m’inspirent beaucoup. J’aimerais vous en remercier. Je suis Québécoise (Canadienne francophone) et je suis en train de comprendre plusieurs choses sur ce qui m’arrivent en ce moment ou qui sont arrivées dans le passé, tout cela grâce à vos messages. Celui-ci m’a beaucoup interpellé.

    Au plaisir de continuer à vous lire et encore une fois merci d’éclairer la voie.

    • crystallia

      7 septembre, 2018 à 1:30

      Bonsoir Evelyne,

      On est dans le même fuseau horaire.

      Merci à vous pour vos mots.

      Ne sachant pas si vous aviez utilisé votre véritable nom de famille, je me suis permise de l’effacer.

      Bonne journée.

Consulter aussi

La joie doit demeurer

Bonjour à tous, « Douce enfant, les larmes, la peine, le chagrin ne sont pas de…