Accueil Spiritualité Charybde, Scylla et la joie quand même…

Charybde, Scylla et la joie quand même…

11

Charybde, Scylla et la joie quand même... 18090904234924319815884645

Bonjour à tous,

« La politique de l’entreprise a évolué d’une manière inattendue. », me dit Gabriel.

C’est le cas de le dire. Il vaut mieux en rire. Que dire, quand c’est pour nous c’est pour nous et quand ce n’est pas pour nous…

« Le collègue des ressources humaines t’avait annoncé autre chose. »

Il faut croire que le vent vient de tourner. 

« Cela te fait rire. »

Que veux-tu que je fasse ? Et tu as entendu l’idée qu’on m’a soumise ? Non, c’est à moi de déterminer ce que je veux, je l’ai bien compris. Je ne veux pas de ce que l’on me propose.

Enfin, de l’idée qu’on me soumet.

C’est malheureux ce changement de cap quand même. Bon, tant pis.

« Que vas-tu faire ? »

Je ne sais qu’une seule chose, je ne veux pas passer encore trente ans dans le même service. J’ai bien entendu ce qui m’a été expliqué, je pense qu’il est temps de songer à une reconversion.

Pas dans l’urgence, je ne suis pas dans l’urgence. Mais il faut y songer.

« Tu savais que cela arriverait. »

Je l’ai su quand j’ai senti le jour se lever. S’effondrent les édifices désormais datés…

Il faut en construire de nouveaux.

Mais dans l’intervalle, où est-ce qu’on s’abrite ? 

« Peut-être que les nouveaux édifices sont déjà prêts, là quelque part. Plus très loin. »

Ce serait bien ! 

« Tu te souviens de cette étudiante qui voulait devenir commissaire priseur ? »

Oui. Elle suivait un double cursus. 

« Plus elle avançait dans ses études, plus elle observait que ses amis étudiants en arts devenaient hésitants. »

C’est ce qu’elle nous racontait oui.

« Certains s’étaient engagés dans cette voie pour le plaisir. Sans forcément penser à l’avenir. »

Beaucoup d’étudiants sont dans ce cas. Pas seulement dans cette filière. Je crois que ce sont ceux qui sont dans des écoles ou des formations qui mènent à un métier qui sont les moins lunaires on va dire.

« Beaucoup autour de toi ont le sentiment qu’ils n’auront jamais beaucoup plus que ce qu’ils ont actuellement. »

C’est dommage. 

« Du coup il faut que leur vie sentimentale vaille le coup. Il faut qu’elle leur apporte ce plus qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs. »

J’avais déjà saisi cette réalité-là.

« Quand as-tu compris que le sexe était davantage un besoin psychologique que physique ? »

Je ne sais pas quand. Mais je sais qu’il n’est pas lié à l’amour. On peut le lier à l’amour pour en faire un moyen d’expression. 

« Beaucoup ne distinguent pas ici le besoin psychologique du besoin physique. »

Parce que c’est pratique. On se dit c’est un besoin primaire et nécessaire et voilà on a fini, on ne se pose plus de question. Tout ce que l’on fait et que l’on peinerait à assumer moralement trouve là son explication et on peut continuer tranquillement à faire ce qu’on veut. Assumé ou non. 

« Quand as-tu saisi que la vie sentimentale était un leurre tant que vous ne parveniez pas à être un adulte ? »

Je ne sais même pas quand est-ce qu’on devient adulte. Je sais juste que tant qu’on cherche à combler ses manques, ou quelqu’un qui nous apporte « ce que l’on n’a pas », c’est qu’on est un enfant. Spirituellement.

« Que se passe-t-il lorsque vous devenez adultes ? »

Le sexe devient un besoin spirituel. La vie sentimentale a pour but de combler ce besoin spirituel. Or la Source est pureté. Et donc tous les besoins spirituels tendent vers la pureté.

L’amour apparait sous un angle différent. Il ne s’agit plus de combler. Les manques on les connait, on les assume et surtout on sait que c’est à nous qu’il convient de les gérer. X ou Y n’est pas là pour ça. Personne d’autre n’est là pour ça.

C’est à chacun de gérer ses propres enjeux d’incarnation.

A chacun aussi d’assumer par lui-même chaque pas fait sur le chemin. A côté d’un tiers. Et juste à côté. On ne porte pas l’autre, on l’encourage. On ne se laisse pas gagner par une empathie démesurée et surtout à aucun moment on oublie de s’aimer soi-même.

Quand les besoins spirituels apparaissent, ils nous rappellent l’importance de prendre soin de soi et de s’occuper de son propre bien-être.

Un bon mental s’entretient. Un corps doit rester sain. L’esprit conscient se veut ouvert sur le monde qui nous entoure et non pas replié sur soi.

Est pur pour nous tout ce qui nous permet d’entretenir un bon mental, un corps sain et de nourrir notre esprit.

« L’exigence. »

Voilà.

« Je vois que tu ne te morfonds pas au sujet de cette déconvenue professionnelle. Tu as simplement compris que c’est toi qui tiens le gouvernail. »

Oui, mais pour l’instant je ne vois pas de terre à l’horizon alors je vais voguer encore un peu.

« Quand certains comprennent qu’il est temps de changer de cap, leurs proches les encouragent et les soutiennent parfois matériellement. »

Moi on va m’encourager mais en me rappelant bien de ne surtout pas partir avant d’avoir trouvé quelque chose de sûr ! 

« L’essentiel c’est que tu travailles. »

C’est un peu ça.

« C’est beaucoup ça. »

Oui lol. Je ne compte pas claquer la porte. Je t’ai dit que j’avais des décisions à prendre…

« Tu les prendras sur la plage. »

Sans doute.

« Peut-être en discutant avec un jeune homme face à la mer. »

C’est aux autres que ce genre de choses arrivent. Moi je sais ce qui va m’arriver. Un jour où je n’aurai besoin de rien du tout, où je serai juste bien, je vais rencontrer quelqu’un.

Je sais que c’est ce qui va arriver. 

« Et quand est-ce que vous n’avez plus besoin de rien ? »

Quand on a suffisamment foi en soi pour savoir qu’il y aura toujours  un abri quelque part puisqu’on détient toutes les clés !

« C’est facile de répondre à des questions spirituelles. »

Oui.

« Et lorsque ces questions deviennent matérielles ? »

A défaut de facile, c’est passionnant de tenter d’y répondre.

« Donc tu n’es pas inquiète ? »

Je n’ai pas de raison de l’être. S’il n’y a pas de chemin à gauche, c’est qu’il est à droite.

J’irai à droite.

« Ou tout droit. Essaye tout droit. Parfois, il n’y a que quelques pas à faire. Mais il faut les faire. Essaye tout droit. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

  • Parlons

    Bonjour à tous, « Si tu veux qu’on parle, on parle. Sinon, on peut simple…
  • Entêtée

    Bonjour à tous, « Alors tu déplores le fait que tu n’aies jamais pu voir …
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par crystallia
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

11 Commentaires

  1. crystallia

    22 septembre, 2018 à 17:18

    Oui, tout vient de toi puis de ceux qui t’entourent puis de ce qui nous entoure.

    Et au-delà, tout vient d’une seule et même Source.

    Mais le plus simple, c’est d’identifier d’abord les tiennes.

    Merci Camille.

    Bise ;)

  2. Alone

    22 septembre, 2018 à 12:58

    OK OK je comprends mieux. Je te remercie. Mais les énergies à l’origine d’où viennent elle alors ? C’est nous qui les créont ? Tout ce que l’on a (énergie) vient de nous ?

  3. Cel

    22 septembre, 2018 à 11:39

    Coucou,
    Merci du partage, c’est un article très intéressant.
    Bises

  4. crystallia

    21 septembre, 2018 à 17:54

    Merci pour ta réponse, Anna.

    Bise ;)

  5. Anna

    21 septembre, 2018 à 13:12

    Bonjour Sylvie

    Freud a expliqué tout ça très bien…en plusieurs volumes loll Tu le résumes très synthétiquement et simplement ce qui ne veut pas dire facile à comprendre. La question de la libido en psychanalyse (qui n’est pas le sens commun mais bien celui que tu résumes par « tout est énergie ») reste complexe mais passionnante !! Enfin pour moi :)
    C’est avant tout une expérience dont Freud nous parle. On l’oublie trop vite comme si connaître était égal à savoir. Il fût le premier expérimentateur-cobaye qui voulut rendre compte de son expérience. Un messager en quelque sorte. ça ne nous dispense pas de faire nos expériences, bonnes comme mauvaises, d’avoir reçu un message. ça nous en donne peut-être une meilleure lecture, après-coup. Toujours après-coup. C’est déjà ça !
    Merci des tiens Sylvie.
    Ta réponse à « quand est-ce n’avons nous plus besoin de rien ? » reste la réponse à expérimenter pour moi. C’est chouette de savoir qu’il y a une réponse à une question qui est essentielle au domaine important pour soi. Je sais aussi que sans avoir réalisé pleinement cette réponse « J’ai la Foi, j’ai toutes les clefs » pas de relation sentimentale à laquelle j’aspire. Être « juste bien » ne m’arrive que par intermittence. Et, quand cela à certes ouvert à une rencontre le rester après la rencontre devient un défi d’envergure à cause de la question op-cit non résolue (de toute part, évidemment !). Il me faut alors me réconcilier avec la passion. Celle de tenter de répondre à des questions plus complexes pour moi.

    Quand je regarde mon parcours professionnel sous cet éclairage, je vois combien les questions sont vite résolues pour moi dans ce domaine. En fait, avec ce post, dans nos différences, je vois où et comment la passion est nécessaire et comment la Foi fonctionne. Ce qui fait que les choses sont faciles alors que d’autres demandent à être simplifiée…avec le sourire, sans précipitation, dans une Foi sans faille qui nous assure que tout ce dont nous avons besoin va advenir et ce dont nous n’avons plus besoin se finir.
    Tiens ! La fonction lecture automatique m’invite à lire au hasard lol , « les pancartes dans les rêves (la vie sentimental dans les songes). Il est rappelé que le moment de transition n’est pas des plus confortables….Certes :/ Il reste qu’il est transitoire :) )

    Belle journée à toi.

    Bise !

  6. crystallia

    21 septembre, 2018 à 11:54

    Bonjour Emilie,

    Les miennes aussi !

    Bise ;)

  7. Emilie

    21 septembre, 2018 à 11:29

    Bonjour Sylvie,
    Merci pour cette remarquable synthèse : « Je sais juste que tant qu’on cherche à combler ses manques, ou quelqu’un qui nous apporte « ce que l’on n’a pas », c’est qu’on est un enfant. Spirituellement. » C’est pratique d’aller chercher celui ou celle qui aurait la réponse et de se dire que l’on fait ce qui est bien en s’appuyant sur l’avis reçu. Je crois que l’on apprend aussi des nos erreurs – en tous cas, les miennes m’ont beaucoup appris !

  8. crystallia

    21 septembre, 2018 à 10:42

    Bonjour,

    Tout est énergie, vraiment absolument tout.

    Donc, on a le choix de la façon dont on souhaite gérer ces énergies. On en a toujours le choix et ce depuis l’instant où l’on s’incarne.

    Dans les faits toutefois, on fait en fonction de ce que l’on croit connaitre, de ce que l’on croit juste, de ce qui nous parle et tout cela peut évoluer tout au long de notre vie.

    Il n’existe pas de besoin purement physique.

    J’entends d’ici, oui mais la nourriture ?

    Concrètement, selon ce que vous mangez, au moment où vous le faites vous pouvez vous vous sentir plus ou moins bien.

    Pourquoi si le seul et unique but derrière le fait de se nourrir est juste physique ?

    Rien ne devrait influer.

    Merci à vous.

    Bise ;)

  9. passeuse

    21 septembre, 2018 à 7:41

    Bonjour Sylvie

    Passionnant, oui vraiment!
    Ce message est une parfaite synchronicité Avec ce que j’ai vécu et ce que mon mari vit en ce moment!.
    La spiritualité , c’est toujours enthousiasmant pour moi de te lire.
    belle journée

  10. Alone

    21 septembre, 2018 à 7:05

    Bonjour j’aimerais comprendre en quoi le sexe peut être un besoin psychologique ? Je n’avais jamais vu les choses comme ça. En tout cas merci pour ton article il m’a fait prendre conscience de certaines choses. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

De la grâce

  Une certaine idée, qui vire à l’obession, Moins envie de donner, de paraître genti…