Accueil Spiritualité Le chemin le plus fréquenté

Le chemin le plus fréquenté

20

Le chemin le plus fréquenté 18090904235424319815884648

Bonjour à tous,

« Ton weekend shopping, plages et pizza s’est bien passé ? », me demande Elémiah.

Très bien !

« De toute façon tous les weekends, se passent bien ? »

Oui.

« Il n’y a pas cette angoisse qui prend certains aux tripes à la perspective du temps libre et de la solitude. »

Allons bon, non, il n’y a pas cette angoisse-là. 

« La particularité de cette solitude est qu’elle peut être ressentie même quand vous êtes en couple. »

Je préfère mes weekends ! 

« Tu étais bien sur ces rochers, samedi. Est-ce que tu envisages une journée détente dans cet hôtel où tu es passée ? »

Je ne sais pas, la piscine a l’air petite, c’est un peu fermé. Je serais plus intéressée par un simple déjeuner. C’est le restaurant qui m’attire.

Pour une journée détente, je vois un autre endroit, j’en connais même plusieurs…

« Cet autre hôtel qui était en rénovation a rouvert, non ? »

Ah ? Je songeais à y faire un petit séjour également. Je vais me renseigner.

« C’est davantage les plaisirs du weekend que l’angoisse du weekend. Tu aimes faire comme si tes weekends étaient en fait des vacances. »

C’est ce qui me réussit je vois ! J’aime bien, cela me fait passer deux belles journée à chaque fois.

« Que faire des tâches ménagères ? »

Moi je repasse le dimanche. Ce n’est pas gênant car il y a le plaisir de visualiser les tenues de la semaine à venir. Je fais les courses à un moment où je suis détendue. Et jamais pendant le rush de 10h le samedi matin.

Pour ce qui est du vrai ménage, ce n’est pas moi qui le fais. Mais chez moi, c’est toujours quand ça arrange. Jamais « parce qu’il faut ». Et la lessive c’est dans la semaine. Rarement le weekend.

Et l’ensemble de ces petites tâches chronophages et pas absolument nécessaires comme ré-arranger l’étagère, vider tout ce qu’il y a sur la table et ranger, je fais si j’ai envie.

Et le weekend je fais souvent mon lit plus tard que dans la semaine.

« Ta copine a dit que puisqu’il était interdit de sortir pendant l’alerte rouge de la tempête Isaac, elle a compris qu’il lui fallait faire le ménage. »

Personne chez moi n’a compris les choses ainsi mais si c’était ce qu’elle souhaitait faire…

Pour ma part je crois que je n’ai pas soulevé une serviette ce jour-là. 

« Parfois le weekend il ne fait pas beau. »

Donc une fois qu’on a fini le shopping on peut aller au cinéma, ou regarder un film chez soi.

« On n’enfile pas les émissions ? »

Berk. J’ai de plus en plus de mal à faire ça.

« Et si c’est le dimanche qu’il ne fait pas beau ? »

On se console en allant manger quelque part.

« Pour certains la perspective de se retrouver face à soi est compliquée. »

Et que faire alors ?

« Ils meublent comme ils peuvent. »

Ils devraient essayer leur propre version de la plage.

« Le souci c’est que pour se sentir bien à la plage, il faut se sentir bien tout court. Et avoir une passion, comme toi pour la photo.

Tu étais bien sur tes rochers. D’autres n’auraient pas pu y rester 5 minutes.

Comment faire pour apprécier le calme ? »

Il faut savoir ce que c’est déjà.

« Exact. »

Mais il y a des gens qui ne savent pas alors ?

« La spiritualité est un moyen pour vous de contacter ce calme en vous. Ce n’est pas le seul. Tu sais, il arrive que vous ayez besoin de l’aide d’une personne extérieure à vous.

Dans certains cas, il faudrait l’aide d’un professionnel comme vous dites pudiquement. Dans beaucoup d’autres, c’est sur le plan sentimental que se trouve la solution. »

Vraiment ? 

« Oui, tant et si bien que vous êtes nombreux à penser que c’est l’un des seuls moyens de se sentir toujours bien. A tort. Néanmoins, il arrive qu’il faille l’aide d’un tiers pour sortir du désert.

Pas d’un tunnel, du désert. »

Après m’avoir bassinée combien d’années durant à me dire que je devais croire en moi et avancer par mes propres moyens, tu oses me dire ça ?

« Tu en es sortie seule. »

Et les autres ne peuvent pas ?

« Beaucoup le peuvent. Beaucoup ne le peuvent pas. Et la particularité ici est que cela ne dépend pas du niveau spirituel mais de ce que vous avez besoin de vivre pour pouvoir grandir. »

Je vois. Mais là c’est le tiers providentiel. C’est spécial non ?

« Non, c’est le véritable amour. Il n’y a que cette relation-là qui permet de vous extirper du désert. »

Je te déteste, tu le sais ?

« Tu passes d’agréables soirées, d’agréables weekends et même des journées bien plus intéressantes maintenant. Tu n’es pas dans la peine, la souffrance, l’urgence.

Qu’est-ce qui ne te convient pas ? »

Présenté ainsi…

« C’est l’amour qui sauve et notamment celui qui vous donne envie de donner le meilleur de vous au quotidien. De vous dépasser. Parfois pour vous-mêmes, cela n’est pas suffisant.

Vous partez de trop loin.

Est-ce que tu comprends ? »

Je comprends.

« Parfois, c’est pour un tiers que vous avez envie de vous battre et d’exister. Exister vraiment. »

Je comprends.

« Ce n’est pas le chemin le plus courant, mais il est assez fréquenté. Tout le monde ne reçoit pas un enseignement direct comme le tien.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on te lit. Toi et d’autres.

Le chemin le plus fréquenté est celui où vous cherchez à vous dépasser pour vos enfants. C’est de loin le cas de figure le plus courant.

Sur le plan spirituel ce qui a été réalisé n’est plus à faire. En tout cas pas dans une même existence. Tu ne connaitras pas ce chemin-là. »

Mais ma sœur le connaitra, n’est-ce pas ?

« Oui. »

Je me doutais…

« Toi tu as fait sans rien. »

Je croyais que c’était comme ça qu’il fallait faire.

« Pour toi. Que vas-tu faire mercredi ? Tu veux aller à Sainte Luce ? Il y a moins de monde en semaine. »

Peut-être que j’irai au Carbet. J’ai bien envie.

« Tu verras. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)    

  • Le néant et la grâce

    Bonjour à tous, « Certaines personnes se demandent ce qu’est le désert.&n…
  • Le vrai soleil

    Bonjour à tous, « Tu sais qu’il y a des personnes qui se demandent ce à q…
  • C’est le matin !!!!

    Bonjour à tous, Elémiah, c’est le matin ! « Le matin ? Pourquoi penses-tu…
Charger d'autres articles liés
  • Une occasion d’apprendre le bonheur

    Bonjour à tous, Sélène, j’ai décidé de teindre mes cheveux en rose. « Vra…
  • Un de ces matins

    Bonjour à tous, J’aime les matins où tout semble simple, clair et accessible. Ces ma…
  • Une mer un peu agitée

    Bonjour à tous, « Que faire quand tu rencontres quelqu’un et que cette pe…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une occasion d’apprendre le bonheur

    Bonjour à tous, Sélène, j’ai décidé de teindre mes cheveux en rose. « Vra…
  • Un portrait de moi

    Bonjour à tous, « Cette vision t’a touchée. », me dit Elédahie…
  • La maison du parc

    Bonjour à tous, Alors vous me chassez du ciel ? « Non. Nous t’aimerons to…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

20 Commentaires

  1. crystallia

    25 septembre, 2018 à 18:38

    Ok, merci à toi Johan.

    Bise ;)

  2. Johan

    25 septembre, 2018 à 10:23

    Ah d’accord :) . C’est un livre intéressant qui prend à contre pied on va dire. Son accroche principale est que la souffrance est naturelle; son axe fort est qu’être amoureux n’est pas l’amour. Il « définit » l’amour en couple comme son ouverture personnelle vers le divin il me semble. Il ne parle pas que de ça.

  3. Anna

    25 septembre, 2018 à 6:24

    Lol. Oui.

    Bise !

  4. crystallia

    25 septembre, 2018 à 1:38

    Ce qui compte, ce sont les portes qui s’ouvrent.

    Même si ce doit être celle du congélateur.

    Bise ;)

  5. Anna

    24 septembre, 2018 à 22:32

    Coucou

    Je crois bien que oui ;)
    envies successives = objectifs
    Qui se révélent toutes liées = enjeux ?
    Pourrais-je dire alors qu’exister vraiment c’est accomplir son Destin ? Celui de son âme et ses choix d’incarnation ?
    Si oui, il faut se faire confiance que c’est bien elle qu’on écoute quand on avance et garder la Foi qu’elle nous mène d’envies en envies vers le seul Destin parfait pour soi.
    Je me demande des fois si je ne la tiens pas au congélateur mon âme à ne pas suivre toutes mes envies :/..mais j’en ai des tonnes !!!

    Merci Sylvie de ta traduction ;)
    Souhaitant que je l’ai comprise.

    Bise !

  6. Fleur

    24 septembre, 2018 à 18:57

    Bonsoir Sylvie,

    Je te remercie chaleureusement pour ta réponse.

    Je comprends, si cela sous entends que même si je sais avoir les ressources et que je suis consciente de ce dont je suis capable, ce n’est pas pour ça que cette connaissance remonte de suite. Mais après mûrissement face à certaines situations.

    Encore Merci Sylvie, c’est comme une porte qui s’entrouvre.

    Bises

  7. crystallia

    24 septembre, 2018 à 10:59

    Tu comprends mieux, envies successives qui se révèlent toutes liées ?

  8. Anna

    24 septembre, 2018 à 7:49

    Coucou

    Je ne comprends décidément pas la notion d’enjeux dans le fait d’exister…. ça ne me parle pas. Ça sonne comme défis et mission de vie. Du coup forcément la notion de fixer des objectifs ça coince aussi. C’est très à la mode quand j’y pense. Dans mon activité pro c’est le maître mot : projet individuel, objectifs pour l’atteindre.
    Spirituellement ça relève sans doute d’autre chose mais personnellement ça ne passe pas ce vocabulaire acoller à la question d’exister. Peut-être suis-je trop emprunte de questions existentielles plutôt que matérielles. La spiritualité et la façon de la vivre s’inscrit sans doute aussi dans une époque et les concepts qui la dirigent plutôt materialistes avec lesquels je ne fonctionne pas bien.

    Si tu as d’autres vocables pour que j’entende ce que tu me dis je veux bien. Pour qui et pourquoi j’existe sont des questions que je ne me pose plus. La première je ne me la suis jamais posée non plus pour une éinverse à la tienne. Non pas je suis aimé mais j’aime. Le pourquoi a fini par me sembler vain. J’existe et ça n’a pas de sens m’a suffit. Je comprends que ta médiumnité t’es donnée des réponses au pourquoi mais tu le dis toi-même ce n’est pas ce qui fait toute ton existence. Heureusement pour moi qui ne suis pas médium :)

    .
    C’est le comment j’existe qui n’est pas évident quand j’en arrive à il suffit d’être. Et me donner des objectifs, préciser ce que je serais venue faire ne vient rien apaiser à l’histoire car ça ne me dit rien ces concepts. J’aimerais bien les comprendre.
    Pour moi, c’est un jour après l’autre. Et chaque jour le but d’être heureuse. C’est pas réussi tous les jours mais c’est le total qui comptera à la fin. C’est pas mal parti ;) Des objectifs et des enjeux (gagnants j’espère !) ça doit être différent. Ça doit changer le mode d’existence.

    Belle journée à toi.

    Bise !

  9. crystallia

    23 septembre, 2018 à 18:26

    Coucou !

    Sur le plan spirituel dès lors que l’on a atteint quelque chose, c’est fait donc c’est fini. En clair, une première fois tu as dû aller chercher en toi des ressources que tu ne soupçonnais pas. Eh bien, si un autre enjeu se présente dans ta vie, les ressources tu sais les avoir.

    Il n’y a plus de désert car tu as conscience de ce dont tu es capable. Tu comprends mieux, Fleur ?

    Anna, pour qui j’existe ? Une question que je ne me suis absolument jamais posée. Jamais.

    Pour moi la réponse est si évidente. J’existe parce que je suis aimée.

    En fait je crois à te lire que la dimension physique de Pourquoi j’existe n’a jamais représenté un enjeu à mes yeux. Le temps que je me pose la question j’ai découvert que j’étais médium et tout s’est enchainé…

    Comme le rappelle Carène, nous n’avons pas tous les mêmes enjeux. Tenir ce blog me permet en outre de réaliser un de mes objectifs d’avant-incarnation. Quand on les réalise il reste moins de questions existentielles.

    Malgré tout un de mes enjeux est de trouver une raison concrète de me réincarner. Comme en fondant une famille.

    Camille, ces questions je me les pose aussi. Voici la réponse que moi j’obtiens, construis un foyer aimant, tu sauras le reste !
    Émilie, j’aime beaucoup ton témoignage. Plus le temps passe et plus je réalise que je ne vais pas pouvoir partir de chez mes parents sans savoir qu’il y a ailleurs un autre foyer.

    Au début je me disais, mais non c’est stupide. Cela ne l’est pas toutefois. J’ai eu le temps de le comprendre.

    Ma petite sœur aussi sait créer des foyers, comme toi.

    Passeuse, Alexandre, se dépasser pour les autres autour de soi, ce n’est pas mon propre chemin. Mais se dépasser pour d’autres, je l’ai fait ici même avec des articles que j’ai écrit en ne me sentant que peu touchée par leur sujet.

    Comme les articles du Milieu au début.

    C’est aujourd’hui, dans ma vie de tous les jours que j’ai mille exemples qui m’aident à visualiser, toucher ce qu’est réellement le Milieu.

    Au départ, c’était comme si mes guides me parlaient d’un pays lointain où je n’avais jamais mis les pieds.

    Et que je n’arrivais même pas à situer !

    Johan, j’ai entendu parler de ce livre mais je ne l’ai jamais lu.

    Merci à tous.

    Bise ;)

  10. alexandre

    23 septembre, 2018 à 12:45

    Bonjour Sylvie,
    Ta réaction m a fait bien rire a propos de l enfilade des émissions télé le dimanche après midi. Suis mort de rire car c est ce que je fais en ce moment. Il pleut dans ma région des hauts de France,un véritable déluge. Du coup,j éprouve une grande paix a regarder la télé assis en tailleur dans mon fauteuil avec Lilith qui dort sur mes genoux. Chipie dort dans le fauteuil d a cote. Tu vois cela m étonné quand tu dis te dépasser pour toi, car pour moi,ce qui permet de vivre et de me battre c est l amour de mes chattes au quotidien. Même dans l ombre, je crois que l amour est nécessaire bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

La lumière du coeur

Bonjour à tous, « Il est temps à présent de rappeler trois points fondamentaux.…