Accueil Spiritualité Discuter, se parler…

Discuter, se parler…

33

Discuter, se parler... pyc0

Bonjour à tous,

« Ces mèmes au sujet de Manu et Bernadette te font beaucoup rire on dirait.. », me fait remarquer Sammael.

Je ne suis pas une grande fan de mèmes mais j’adore ceux-là oui.

« Comme tous les Millenials ? »

Je ne suis pas une Millenial, je crois que c’est en dessous de 35 ans, ce n’est pas ça ?

« Tu penses comme les Millenials, du moins dans les descriptions qu’on en fait. »

C’est vrai. Mais bon, je trouve normal que d’une génération à l’autre on n’ait pas tous exactement la même façon de voir le monde. Non ?

Attends je viens de regarder, tu as raison, je suis une Millenial…

C’est surtout un truc marketing, on en a déjà parlé je crois…

« Peut-être. Tu n’as pas peur de dire quand ça ne va pas et tu préfères parler plutôt que crier ou fuir. Pourquoi ? Tu ne crains pas ou plus les conflits ? »

Je n’aime pas les conflits. Toutefois, je pense que tout le monde aura compris ici que je suis une tchatcheuse.

Concrètement, s’il faut argumenter, je peux le faire. Je suis une négociatrice professionnelle aussi.

Je ne crains pas les conflits parce que je sais m’exprimer. Je sais parler.

Je sais dire ce que j’ai à dire sans chercher à blesser. Ou l’inverse.

En outre je suis capable de tenir un fil, avec moi ça ne part dans tous les sens. On ne commence pas parler des pommes du jour pour finir sur les poires de l’avant-guerre, comme font certains.

S’il y a bien une chose dont j’ai horreur c’est celle-là. Si tu as un reproche à me faire, fais-le sur le moment, n’attends pas une dispute quelconque pour me balancer tout ce que tu as à me dire.   

Pour ma part je n’attends pas vingt ans. 

« Et donc tu ne te disputes pas ou très peu. »

Ce n’est pas nécessaire les disputes, il faut apprendre à parler. Quand les gens fuient les confrontations directes c’est compliqué parce ce sont ces personnes justement qui ont besoin des disputes.

Néanmoins quand on apprend à dire, je ne suis pas satisfait (plutôt que tu m’emmerdes ou tu me fais chier), je me sens blessée (plutôt que va te faire voir), je ne suis pas d’accord avec toi sur ce point pour telle raison (plutôt que de toute façon quoiqu’on te dise tu t’en tapes), je ne me sens pas bien car je ne cesse de repenser à telle situation (plutôt que tu ne m’écoutes jamais tu t’en fous de moi) ou encore j’ai besoin qu’on mette certaines choses au clair (plutôt que bouder dans son coin).

Ah bouder dans son coin, un de ces jours quelqu’un saura peut-être trouver les arguments pour m’expliquer en quoi c’est une démarche enrichissante et intéressante.

Je ne sais pas pour vous autre mais moi, je n’ai pas envie d’aller vers la personne qui boude. J’ai plutôt envie d’aller n’importe où ailleurs.

C’est donc si compliqué de dire ce qui ne va pas ? C’est tellement mieux de faire la tête ? On a beau me dire ceci cela, je reste peu convaincue par l’intérêt de la chose. Et surtout par le fait que cela puisse arranger une quelconque situation.

Une spécialité de ma mère et de ma sœur.

Concrètement, grâce à elles j’ai compris que les gens finissent pas arrêter de bouder un jour. Il suffit d’attendre, non ? 

Tout aussi concrètement, je ne compte plus le nombre de fois où le fait d’avoir su m’exprimer sans accuser m’a permis de désamorcer une situation.

Il faut toujours partir du principe que quand on est deux à être fâchés, c’est qu’on est deux à penser que l’autre a un ou plusieurs torts.

Alors avant de s’écrier que l’autre est de mauvaise foi, il faut garder en tête que l’autre peut avoir des raisons de penser la même chose de nous.

Voilà pourquoi il est plus simple de commencer par Je ressens.

Encore une fois, tu me fais chier ou tu m’emmerdes sont à proscrire. Il y a des manières nettement plus productives d’exprimer son ressenti.

Après je ressens, J’ai constaté. Restez sur des faits. Ne partez pas sur on m’a dit (On c’est qui ? Combien de personnes sont impliquées ?), il parait (ah bon ?), ne prêchez pas le faux pour savoir le vrai. Restez sur les faits connus de vous.

Ensuite, J’aurais apprécié ou Je voudrais. Faites part de ce qui vous a déçu sans partir sur des reproches. Tu n’as pas fait, je ne peux pas compter sur toi tu me le prouves encore, une fois de plus il faut que je fasse les choses moi-même…

Bannissez ces phrases. Pensez que  vous êtes en train d’éteindre un feu. Ce n’est pas en jetant de l’huile dessus que vous y parviendrez, vous le comprenez.

Enfin, J’ai besoin de me sentir entendu. Si vous vous exprimez ce n’est pas juste pour le plaisir de parler. Vous exprimez quelque chose qui vous tient à cœur. Sachez expliquer pourquoi le sujet vous tient à cœur et pourquoi il vous semblait important de vous attarder sur ce point. 

Alors me direz-vous, que faire quand on ne se sent pas capable de s’exprimer ainsi ou si l’autre n’en est pas capable ?

Il faut essayer, essayer et essayer encore. Vous finirez par trouver de quelle manière vous parvenez à vous exprimer sans avoir pour autant besoin de crier ou de créer une dispute.

« Et lorsque vous tombez sur une personne manipulatrice qui se sert de ces discussions pour vous faire prendre des vessies pour des lanternes ? »

Cette personne s’efforcera toujours de tout vous mettre sur le dos, même avec de la pommade.

Les personnes sincères sont capables de voir leurs torts et même si elle ne les admettent pas d’entrée, elles ne chargent pas.

Méfiez-vous toujours de la personne qui vous charge systématiquement et parvient à vous démontrer par A + B à chaque fois que vous êtes l’unique responsable de la situation.

Et cela on s’en rend compte en se repassant le film. Ou en revenant sur les petits points qui nous ont heurté et qu’on avait plus ou moins laissé de côté au cours de la discussion.

« Tout ne peut pas toujours être de la faute de l’autre. Comment l’as-tu compris ? »

J’ai des torts aussi. Quand j’ai raison je le vois. Il faut voir le reste également.

« On dit que les Millenials verraient le travail autrement… »

Je ne sais pas pour les Millenials. Je sais que je pense que ce devrait être un moyen de s’épanouir et pas uniquement un moyen de gagner sa vie.

« Beaucoup de personnes pensent que les disputes sont nécessaires notamment dans le couple. Que ça permet de mettre les choses au clair. Toi tu privilégies toujours la discussion.

Il y a des tas de choses que tu vois autrement parce qu’elles t’apparaissent différemment.

Tu as oublié un point, Je t’en veux aussi car.

Il ne s’agit pas d’accuser ou de faire des reproches mais bien d’exprimer, à la fin, quand les arguments ont été avancés de part et d’autre.

Je t’en veux pour telle raison mais j’ai entendu tes arguments, ce qui m’amène à…

Si vous ne parvenez jamais à ce point parce que la situation a mal tourné plus tôt, demandez-vous ce qui vous amène à rester dans une relation où le dialogue et la communication ne sont pas possibles.

La bonne personne est toujours celle qui entend Je ressens. Et lorsque la discussion tourne au vinaigre, c’est TOUJOURS sans doute possible parce que Je ressens n’est pas compris ou accepté. »

Merci Sammael.

Par ailleurs cette semaine on se promène à Fort de France.

Bonne journée à tous ;)  

  • Faire face

    Bonjour à tous, Alors, je me plains de semaines difficiles, mais heureusement les occasion…
  • Équilibre – Égalité

    Bonjour à tous, « La beauté des échanges et la richesse des partages ne se renc…
  • L’échange spirituel

    EDIT : cet article devait être publié dimanche, Elédahiel m’a demandé de le mettre a…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

33 Commentaires

  1. Djayanna

    30 septembre, 2019 à 22:16

    Coucou

    Sylvie il est génial ton blog. Cet article me paraît tellement plein de sagesse et d’intelligence. Quand on y réfléchis bien c’est surtout du bon sens ! Mais selon où l’on en est dans son cheminement on y a pas toujours facilement accès.
    Tu nous partage là un super enseignement avec des conseils clairs et simples.
    Moi j’ai toujours été pour la communication, mais j’ai aussi eu des phase où il m’est arriver de hurler… J’ai croisé des personnes dans ma vie pour qui c’était comme inaccessible. De communiquer clairement et calmement sur ses émotions, ses ressentis, ses états d’âme.
    C’est important de garder son calme et de gérer ses émotions mais pour ça il faut bien se connaître soi-même.
    Les mots peuvent être tellement apaisant ou même guérisseur parfois. Quand ils sont sincères et qu’ils viennent du cœur.
    C’est précieux et enrichissant ce que tu nous partage aujourd’hui. Merci !

    Bonne soirée
    Bisous

    • crystallia

      1 octobre, 2019 à 22:22

      Bonjour Djayanna,

      Merci à toi.

      Bise ;)

  2. Anna

    30 septembre, 2019 à 20:38

    Bonjour Sylvie

    Cet article me rappelle une petite discussion avec Carène ici même…je n’ai rien à faire valoir pour ma défense lol
    Je prends note des bons conseils de cet article souhaitant ne plus en avoir besoin…. si possible :)

    Belle soirée à toi.

    • crystallia

      1 octobre, 2019 à 22:19

      Bonsoir Anna,

      Belle soirée à toi aussi.

      Bise ;)

  3. Emilie

    30 septembre, 2019 à 14:13

    Bonjour Sylvie,
    « Il n’est pire sourd, que celui qui ne veut pas entendre ». J’ai adopté un truc pour m’éviter de crier quand je veux appeler à table : je me sers d’une cloche. On peut aussi lever la main quand quelqu’un vous coupe la parole car certains gestes parlent deux même et puis écrire quand nos paroles s’envolent.

    • crystallia

      30 septembre, 2019 à 15:43

      Bonjour Emilie,

      Ecrire, cela m’aide bien.

      Merci à toi.

      Bise ;)

  4. passeuse

    30 septembre, 2019 à 13:53

    Re Sylvie

    Bien sûr que je le vois!
    Mais pour moi, ce n’est pas du tout des leçons
    Mais juste des expériences de vie _ que j ‘écris .
    Comme n’importe qui peut en écrire.
    Mais si ça te gène, je passe.
    bises

    • Emilie

      30 septembre, 2019 à 20:52

      Bonsoir Passeuse,
      Ce sont des expériences ou des observations personnelles, qui sont citées en exemple (comme des règles que l’on pourrait suivre). C’est ainsi que je perçois tes commentaires toujours enthousiastes mais je suppose que tu as conscience que ton parcours est on ne peut plus atypique . Pour que tu comprennes ma remarque, j’ajouteraij que manquant de force et d’abnégation, j’ai choisi de m’enfuir et tes mots

  5. Atellys

    30 septembre, 2019 à 10:30

    Hello Sylvie,

    J ai plutôt tendance à être une spécialiste de la bouderie. J ai commencé très jeune. Enfin, je tâche de moins le faire car le principal impacté est celui qui boude au final et cela n est pas productif. Je dois avoir le syndrome de l huître et celui de la cocotte minute. Quand je suis heurtée, je me ferme tout simplement. Pas envie de discuter, ajouté à une horreur des conflits ( mais le temps m’a permis de réaliser que parfois c était nécessaire, s exprimer l’est ) mais c’ est vrai cela ne dure jamais. Bon je vais reconsidérer certaines choses, merci pour l article en tout cas,il tombe vraiment à pic.

    • crystallia

      30 septembre, 2019 à 12:13

      Bonjour,

      Je comprends l’envie de se fermer au moindre heurt.

      Il faut trouver ce qui nous permet de nous libérer, c’est ce que j’ai finalement compris.

      Bise ;)

  6. Johan

    30 septembre, 2019 à 10:17

    Salut,

    Oula, c’est l’article qui va libérer les Krakens :p. En tout cas je le prend de plein fouet, je me suis embrouillé hier avec ma dernière ex. Je passe les détails. La cure ici vient de cette phrase « Et lorsque la discussion tourne au vinaigre, c’est TOUJOURS sans doute possible parce que Je ressens n’est pas compris ou accepté ». Après la phrase « La bonne personne est toujours celle qui entend Je ressens. » sonne plus salée à mes oreilles. je vais me pencher sur la question.

    Merci Sylvie.

    ps: Si il y a des magiciens parmi vous, y en a t’ils qui puissent magnétiser ma carte pro à distance car je suis bloqué ce matin..? :p

    • crystallia

      30 septembre, 2019 à 12:11

      Bonjour Johan,

      C’est le signe que tu iras plutôt bosser demain, non ?

      Je sais, je sais…

      Bise ;)

    • Johan

      30 septembre, 2019 à 18:56

      ahah. Remarque j’ai un chef cool, ça aurait pu se faire :) . Elle a remarché la coquine.

    • crystallia

      1 octobre, 2019 à 22:17

      Il faut rigoler !

      Bise ;)

  7. Eve

    30 septembre, 2019 à 9:19

    Bonjour Sylvie,

    Je te remercie pour ce partage.
    Je ne sais pas parler ou discuter des choses qui heurtent. Alors, je ne dis rien, ensuite j’explose et après je culpabilise. Je crois que c’est un tout, manque de confiance en moi et quand j’étais enfant, mes ressentis ne comptaient pas. Mais maintenant que je suis adulte, je peux apprendre et changer ça, n’est-ce pas? J’ai envie de le faire pour moi et aussi pour pouvoir apprendre à mon tour à mes enfants.

    Autrement, je vais regarder ce que sont « les millenials » et « les mèmes » parce que je ne connais pas ces mots.

    Merci Sylvie,
    Bise

    • Johan

      30 septembre, 2019 à 10:08

      Eve, tes enfants ont grandis, il faut que tu te lève. J’ai un peu honte t’inquiète…

    • crystallia

      30 septembre, 2019 à 12:10

      Bonjour Eve,

      En premier lieu tu sais que pour toi-même, tes ressentis comptent.

      Par de là.

      Bise ;)

    • Eve

      1 octobre, 2019 à 1:30

      Bonjour Sylvie,
      Oui tu as raison, je vais m’en souvenir à chaque fois que j’essaierai de fuir ou de ne rien dire.
      Bise

      Bonjour Johan,
      Je ne comprends pas ton commentaire car ni mes enfants ni moi te connaissons.
      Bonne journée

  8. passeuse

    30 septembre, 2019 à 8:50

    Et je finirai par un autre exemple, que je rencontre beaucoup en consultation_ des hommes , des femmes viennent me voir
    par ce qu’il y a des noeuds dans leur vie à cause de ne rien dire _ de tout garder pour eux.
    Mais ils ne le voient pas : ils me disent , je ne suis pas heureux ou heureuse mais je ne sais pas pourquoi, j’ai un bon travail,
    une bonne vie de couple_ avec mon mari ou ma femme , on ne se dispute jamais.
    Et quand je creuse, je m’aperçois qu’ils sont remplis de frustrations et dans 80 pour cent des situations, il se trouve que l’un ou l’autre ou les deux préfèrent ne pas se parler par ce que « si je dis quelque chose , il ou elle ne m’aimera plus »
    Par peur de se montrer tel que l’on est , on préfère se taire.
    Rien ne vaut le dialogue!
    Merci Sylvie de nous , de me permettre le dialogue
    Et bonne journée à toi

    • crystallia

      30 septembre, 2019 à 12:08

      Bonjour Passeuse,

      Tu es la seule personne ici, la seule, qui répond systématiquement en mettant en avant ce qu’elle a su faire pour X ou Y ou ce qu’elle sait faire tout court.

      Tu t’en es rendue compte ?

      Tu ne contentes pas souvent de répondre à un article.

      C’était pour cette raison que je te disais que tu faisais la leçon.

      Est-ce qu’ici par exemple, tu es capable de le voir ?

      Bonne journée à toi :)

  9. passeuse

    30 septembre, 2019 à 8:38

    Dans ma famille, j’ai également était confrontée à un autre genre de situation.
    Un couple, un homme , une femme _ sans problème particulier_ un bb.
    Monsieur à créer sa petite entreprise de réparation d’ordinateur et Madame, élève le bb.
    Ils ont beaucoup d’amis(e), sont bien entourés , une vie somme tout épanouissante, pas de soucis financier.
    Je dois préciser que ce couple nous était et et encore très proche dans notre famille et nous les voyions très souvent.
    Un couple qui s’entendait très bien, riait beaucoup et jamais, jamais un mot plus haut que l’autre.
    Un bonheur sans nuage …….et pourtant.
    Quand l’enfant eu neuf ans, patatras, Monsieur demande le divorce.
    Un coup de tonnerre!
    Personne, personne n’a vu venir la chose.
    Ils ont divorcé à l’amiable et on fait en sorte de s’entendre pour l’enfant.
    Et quand le juge à demander au mari pourquoi, il voulait divorcer, il a réondu
     » je n’ai rien à reprocher à ma femme, c’est une mère exemplaire et une épouse modèle mais
    trop de dissonance dans notre façon de vivre_ ma femme est casanière, moi, non, j’aime sortir et
    voir du monde, j’aime aller au cinéma, voir des musées, bref, m’enrichir, ma femme préfère
    s’occuper de notre enfant, moi aussi, mais je ne veux pas que ça dans ma vie et je ne suis pas heureux.
    Alors , je dis attention aux Non dit et à tout ce qui se tait , ce que l’on croit normal mais qui ne l’est pas, aux ressentis
    que l’on a ,
    Le dialogue est une des meilleurs clés que l’on ait , ne l’oublions pas
    Bises

  10. passeuse

    30 septembre, 2019 à 8:03

    Bonjour Sylvie
    Entièrement d’accord avec ces paroles.
    Pendant des années, je n’ai eu qu’un « mur » en face de moi, pour interlocuteur.
    Un mur , ça ne parle pas _ jamais ou quand ça le fait, ce n’est que pour vous soumettre par les cris et les hurlements, sans
    oublier les grossièretés .
    Le mur que j’avais en face, ne savait s’exprimer que dans et pour la violence.
    OH, ce n’est pas venu d’un seul coup mais insidieusement et petit à petit.
    J’ai toujours vu clair néanmoins et je suis restée maître de moi_même.
    Je savais que rien ne s’arrangerai par de la violence de ma part.
    J’ai donc instaurée un langage de « sourd » on n’aurai pu croire.
    Car mes paroles de tendre la main et d’ouverture semblaient tomber dans le vide.
    Je savais qu’il n’en était rien.
    Je me suis accrochée ( merci Sylvie), et au fur et à mesure, le mur s’est petit à petit fissuré,
    puis lézardé et d’un seul coup , il a explosé laissant voir , au jour , ses souffrances intérieurs.
    Il m’a fallu du temps , de la patience, de la volonté et du courage mais j’y suis arrivée.
    Et le mur , malgré tout s’est laissé faire.
    Aujourd’hui, c’est un respect et une confiance sans borne que nous partageons.
    Tout ça pour dire qu’on peut y arriver mais si vous ne vous sentez pas la force et l’abnégation pour un tel chantier ,
    il y a toujours la possibilité de …..fuir.
    Bonne journée à tous

Consulter aussi

La mauvaise quête

Bonjour à tous, Il faut que je refasse ma garde-robe. Le problème c’est que comme je…