Archive de l'auteur

Le chemin cohérent

Le chemin cohérent 18020811434917181815545246

Bonjour à tous,

« C’est la semaine du carnaval. », me dit Ariel.

Oui ! J’aime beaucoup le carnaval.

« Tu vas aller voir toutes les parades ? »

Non, je ne descends pas pour le mercredi des cendres et j’aime le dimanche et le mardi gras, le lundi ça dépend…

Je préfère la parade du sud aux autres le lundi. 

« Pourquoi tu n’aimes pas le mercredi des cendres ? »

Ce n’est pas que je n’aime pas mais j’ai besoin d’un jour off à la fin !

« Alors, parle-moi. De ce que tu veux. »

En vérité il y a beaucoup de gens qui s’ennuient au travail n’est-ce pas ?

« Oui. »

Cette fois-ci je pense qu’Elédahiel n’aura pas besoin de venir me couper toute motivation. Je crois que je ne suis pas près de passer l’ITB. Je vois dans quel état sont certains en raison de leurs responsabilités respectives et je vois aussi que je n’aime pas le système hiérarchique.

Ce n’est pas comme ça que je vais finir par diriger une agence…

« Veux-tu diriger une agence ? »

Je crois que ce serait aux antipodes de tout ce qui pourrait me plaire. Pour autant, j’aime bien le travail dit de bureau. Je m’en suis rendue compte également.

Je sais que mon rêve n’est pas de passer toutes mes journées sur un voilier au bout du monde à balader des touristes entre deux virées photos. Je ne suis pas une aventurière. 

Comme je l’ai dit, j’aime être derrière un bureau. J’aime le travail intellectuel. Et contrairement à ce que je pensais j’ai compris aussi que je n’ai pas besoin d’acquérir de nouvelles compétences pour évoluer dans ma vie professionnelle.

J’ai plutôt besoin de trouver le chemin cohérent.

Réaliser que l’ennui au travail joue beaucoup dans les relations que l’on peut entretenir les uns avec les autres m’y a grandement aidée. Car cet ennui est révélateur d’un état général d’insatisfaction.

Je ne parlerai que du mien, j’ai compris que je ne me vois tout simplement pas dans la même configuration professionnelle dans 5 ans par exemple.

J’ai compris que j’étais prête pour une transition douce vers autre chose. Cela m’a pris plusieurs mois lol.

De tâtonnements…

Mais le calme est là. Je suis contente. Je n’ai rien de concret devant moi mais je suis contente. 

J’ai compris aussi pourquoi il ne faut pas avoir peur de voir grand pour soi. Le but n’est pas de devenir le plus riche mais bien de faire grandir en nous l’exigence qui permet de dépasser les plafonds de verre qui parfois nous donnent l’impression qu’un rêve est inaccessible.

Ils sont accessibles, dans le réalisme. Il faut savoir qui on est et ce que l’on aime pour voir apparaitre le chemin cohérent. Surtout quand on est comme moi et que la vocation n’était pas une évidence dès 6 ans.

Moi je fais partie de ceux qui ont besoin d’un vécu pour pouvoir petit à petit prendre conscience de certaines choses.

Au fil d’expériences souvent anodines en plus. 

C’est difficile quand beaucoup de choses te plaisent et t’attirent. Tu ne sais pas vers laquelle te tourner. Puis tu commences à réaliser que tu butes souvent ou depuis longtemps sur certains points dans ta vie. Ou que tu apprécies dans toutes ces activités qui te plaisent certains éléments précis.

« C’est à ce moment-là que le chemin cohérent apparait en effet. Il peut vous faire peur. C’est normal. Il est comme le recoupement de beaucoup d’éléments. Il synthétise vos expériences, vos goûts et vos envies en plus de vous amener face à ce qui représenterait un défi pour vous.

Il faut parfois du temps pour accepter ce chemin et trouver le courage de ne pas fuir devant. L’habitude s’avère très rassurante quand ce chemin se découvre à vous.

Ta tarte pour demain est toute dorée. »

Je suis sure qu’elle sera délicieuse !

« Tu as mis de la liqueur de citron. »

C’est bon dans les gâteaux et tartes, j’aime beaucoup. Merci à toi Ariel.

Au fait, cette semaine on retourne à Sainte-Anne.

Belle journée à tous ;)    

 

Tour du monde ?

Tour du monde ? 18020406291717181815535425

Bonjour à tous,

Bon, je me décide enfin à envisager sérieusement un tour du monde et je commence évidemment par réfléchir à ce que j’aimerais voir, faire, découvrir…

Il sera temps suffisamment tôt de parler budget. Et de se mettre à pleurer ? On verra.

Une vilaine petite voix dans ma tête vient de me dire, il suffirait de ne plus acheter de bijoux et de définir un très strict budget shopping. Maintenant que j’y pense, se pourrait-il que ce soit si simple ?

L’idée de faire le tour du monde en plusieurs (des dizaines !) petits voyages ne me déplait pas. Au contraire. Je me disais qu’un seul grand voyage n’était pas nécessaire. 

Pourtant je réalise que tout cela pourrait avoir beaucoup de sens pour moi. Et c’est très agréable de m’en rendre compte. Je réalise aussi que je voudrais passer le plus de temps possible sur terre plutôt qu’en mer…

Beaucoup de choses à voir et à penser. Et en plus j’aimerais qu’il dure entre 6 mois et un an.

Plus je me projette plus je comprends pourquoi j’ai envie depuis des mois de dessiner bateaux et cartes du monde.

Que faire, prendre cette envie au sérieux et voir comment tout mettre en place ou attendre qu’elle passe ?

Je crois que je préfère la première option. Ne serait-ce que parce que j’ADORE organiser des voyages.

Je peux au moins faire quelques recherches.

Bonne journée à tous ;)   

Par étapes

Par étapes 18020406172817181815535406

Bonjour à tous,

« Pourquoi n’est-ce pas une bonne idée de placer tous ses espoirs en un tiers ? », me demande Astaroth.

Parce que ce n’est pas à un tiers de nous rendre heureux. On peut être heureux ensemble. Mais c’est dangereux de n’être heureux que grâce à un tiers.

Je pense qu’il faut se réaliser soi-même. Parce qu’en réalité on a autant à apporter à l’autre qu’il a à nous apporter. Seulement il faut avoir conscience de cela.

Il faut avoir conscience de ses propres qualités et de ce que l’on a à offrir. Pas uniquement à l’autre, aux autres également.

« On vous enseigne que pour être heureux il vous faut trouver une personne qui vous rendra heureux. »

On nous enseigne beaucoup de choses, on n’est pas obligé de tout prendre.

« Pouvez-vous vous satisfaire de ne pas vivre selon le modèle accepté ? »

On peut. Heureusement qu’on le peut. L’idéal reste de parvenir à établir son propre modèle après avoir délaissé la culpabilité et la honte. Mais cette route-là est longue.

On veut être accepté par nos semblables. On veut avoir le sentiment qu’on a nous aussi notre place. Et que cette place correspond à ce qui permet normalement d’être heureux.

C’est pour un ensemble de raisons qu’il est préférable d’être en couple par exemple. Ce n’est pas qu’une question de sentiments.

Beaucoup de choix sont dictés par le besoin (créé au cours de notre éducation) de trouver notre place dans la société. Nous ne cherchons pas souvent à créer de nouvelles cases. On peut essayer d’élargir celles qui existent mais c’est difficile d’aller dans cette direction-là et plus encore d’aller au-delà.

Le besoin d’être accepté fait que lorsqu’on a une vision différente, on ne rêve que de la partager avec le plus grand nombre et d’y faire adhérer le plus grand nombre de personnes possibles.

On a besoin de savoir qu’on pourra se trouver une nouvelle place dans la société. En ne restant pas tout seul sur notre ile déserte.

J’ai bien créé un blog parce que j’en avais assez qu’on me dise que j’étais une menteuse, que je ne pouvais pas parler avec des anges.

Je savais ce que je vivais. J’en avais assez que personne ne veuille me croire, je me suis dit, je vais aller chercher des gens qui me croiront.

En tant que médium j’ai contribué à élargir des cases. Je le sais grâce aux nombreuses personnes qui sont venues me dire qu’elles étaient heureuses que l’on parle enfin du Milieu et de l’Ombre.

A moi aussi on avait enseigné que la Lumière. Alors j’ai compris ces réactions.

Je ne suis pas une menteuse. Toutefois je ressens nettement moins le besoin d’être approuvée en tant que médium et je ne me voile pas la face, c’est grâce à ce blog et au chemin que j’ai pu parcourir grâce à lui.

« Donc tu t’es dit, je vais aller chercher des gens qui me croiront. Savais-tu où les trouver ? »

Non, je savais seulement que tout le monde pouvait s’exprimer sur le net. Moi aussi donc. Je me disais que si les gens me lisaient, ce serait parce qu’ils se retrouvent aussi.

J’ai lancé ma canne à pêche en quelque sorte. Je ne savais pas ce qui se passerait quand j’ai créé ce blog. 

« Et créer une nouvelle case ? »

Je n’ai ni l’envie ni le courage. Si je devais le faire j’en créerais une, juste pour moi. 

« Qu’y aurait-il dedans ? »

Je ne sais pas, des tas de couleurs et beaucoup de foi et de courage je pense. 

« Et une vision ? »

Je vois ce dont tu parles. C’est difficile de suivre ce type de projections sans passer pour un fou. Ou une folle.

J’ai déjà eu de telles visions. Je n’ai jamais pu m’en servir. Ou plutôt, jamais littéralement. Il faut faire plein d’ajustements. On ne peut pas créer une case qui restera dans l’espace. Il faut pouvoir lui trouver une place dans le monde.

C’est un long travail. Et la vision ne te quitte pas tant que tu n’as pas trouvé un moyen de la concrétiser. Elle reste dans ta tête et se remanifeste régulièrement.

Je vois tout à fait ce dont tu parles.

« Ni l’envie ni le courage ? »

Bon, peut-être un peu l’envie…

« Où est le courage ? »

Mobilisé ailleurs.

« Cela, tous peuvent le comprendre. Le courage est parfois mobilisé ailleurs. Pourquoi en as-tu besoin ailleurs ? Et où ? »

J’en ai eu besoin ces derniers mois pour aller au travail. Ca commence à aller mieux.

« Bon. Dans de tels moments, vous aimeriez qu’un tiers puisse vous aider ? »

Oui.

« Un tiers est-il venu à ta rescousse ? »

Non. Mais c’est pour ça que le courage m’a été utile.

« Peux-tu mobiliser ce même courage pour donner vie à ta vision ? »

Non, elle est encore trop floue. Je ne pense pas avoir déjà ce qu’il faut. Je ne la cerne pas, ou j’aurais déjà trouvé un moyen. 

Et je sais aussi qu’il arrive qu’on voit des choses que l’on ne sera jamais capable de réaliser.

« Il n’y a qu’une façon d’en avoir le cœur net. »

Lol ! Je ne la cerne pas bien. J’ai une vision d’ensemble beaucoup trop large.

« Rome ne s’est pas faite en un jour, dites-vous. Certaines réalisations se font par étapes. La bonne question à te poser est, que pourrait-être la première étape. Ce n’est pas le courage qui te guidera ici mais bien l’envie. »

Merci Astaroth.

Belle journée à tous ;)     

L’amertume

L'amertume 18020404265917181815534995

Bonjour à tous,

« Alors hier tu me disais avoir vu poindre de l’amertume tandis que tu te penchais sur l’organisation de ce voyage. », me rappelle Elémhiel.

Effectivement. Tu sais, quand on veut on peut ne signifie pas, sur le moment. Pas pour tout le monde. Et ces quelques mots, cette nuance, ont de l’importance.

Si je veux quelque chose, je sais que je peux me mettre en mode, je fais en sorte. Mais concrètement ça veut dire quoi, ça veut dire que si je sais que j’ai  700 € de prélèvements qui doivent passer comme le mois prochain, il va falloir que cet argent-là soit sur mon compte. Sans que cela ne déséquilibre mon budget alors que c’est justement le mois prochain que je pars en vacances. Et que je ne conçois pas de vacances sans dépenses, ce que tout le monde aura surement compris.

Aussi, ce mois-ci je n’envisage pas de virée shopping par exemple. Et je suis contente que ce traitement dermatologique soit pris en charge par ma mutuelle.

La vérité est que si je veux payer ce que je dois et profiter de la croisière, je ferais mieux de mettre mes dépenses en mode, juste la nécessité.

Parce que je me vois déjà profitant d’une excursion sur une ile que je ne connais pas encore…

Cela me motive à être carré ce mois-ci. Cela et le fait que j’ai déjà dilapidé ma récente prime. Bref.

De toute manière je suis habituée à orienter calculs et dépenses pour faire en sorte d’avoir ce que je veux. Et j’aime bien cette façon de procéder.

« Tu vois que tu te sens mieux depuis que tu as ce nouvel ordinateur. »

Je revis, c’est le jour et la nuit !

« Cette bague était moins nécessaire mais tu la voulais. »

J’avais dit que je ne faisais que regarder ! Mais j’ai voulu l’essayer…

« Elle te va bien, tu l’aimes bien, tout va bien. Pas d’amertume, donc ? »

Oui, c’est vrai que c’est le thème du jour ! Non, je n’ai pas d’amertume. Parce que cela ne m’ennuie pas de compter. Si j’ai décidé que je vas acheter quelque chose, il faut que ça passe. Parce que je suis une capricieuse, rappelons-le. Si devant la bague je pense, je la veux, je repas avec.

Du coup, je fais en sorte que l’achat passe. Il faut à un moment donné se rappeler des réalités lol.

Mais quand je veux vraiment quelque chose (même sur un coup de tête) je ne commence pas par me dire, c’est trop cher.

Je peux me dire, ce n’est pas le bon moment. Toutefois si je tiens à un achat, si ce n’est pas ce mois-ci ce sera le mois prochain et je ferai en sorte que ça passe.

Parce que, non c’est trop cher, ça ne me permet pas de ne plus penser à l’objet. Au contraire j’y pense et je me dis, j’aurais bien aimé quand même. Et je pense que c’est là le terreau de l’amertume.

Je préfère les autres options, puis-je trouver une alternative ? Puis-je différer cet achat ? Puis-je penser mon budget autrement ce mois-ci ?

Qu’est-ce qui à mes yeux est plus important, ceci ou cela ? Je préfère étudier d’autres possibilités avant, non c’est trop cher.

C’est ce qui s’est passé quand tout le monde m’a dit, pas cette année mais l’an prochain pour le voyage envisagé. Personne ne voulait s’arrêter à, non c’est trop cher.

Après, un achat peut représenter un véritable effort. Il faut réfléchir. N’allez pas croire que je ne le fais pas. Mais justement, ce sont ces efforts-là aussi qui nous rappellent pourquoi la vie vaut la peine.

On est content quand on réalise qu’au bout de nos efforts on a obtenu ce qu’on voulait. C’est aussi la raison pour laquelle je dépense différemment en vacances maintenant.

Je n’ai pas dit moins, je ne vais pas vous la raconter. Mais je suis plus attentive à ce que j’achète ou aux choix que je fais. Parfois je privilégie une expérience à une acquisition.

Cela a du sens pour moi car je voyage d’abord pour découvrir.

Je pense que l’amertume n’est pas une fatalité. Je pense qu’il faut être conscient de ses propres besoins et envies pour pouvoir la tenir éloigner de soi.

Je pense qu’il faut notamment apprendre à assumer des choix différents ou difficiles à comprendre pour autrui. Ou savoir faire des choix courageux parfois.

Et puis surtout, il faut avoir à l’esprit que non c’est trop cher fait également partie de la vie. Il arrive qu’il n’y ait pas d’alternative ou que l’on ne puisse dégager un budget pour l’investissement envisagé.

Dans ce cas-là, il est bon de se souvenir qu’il y a à portée de mains quelque chose qui rentrera dans notre budget. Alors on pleure cinq minutes et on repart. 

Avec le temps, même si la situation n’évolue pas comme on le voudrait, le regard que l’on porte sur notre vie peut changer positivement. Notamment grâce aux efforts que l’on aura réalisé pour continuer à se faire plaisir dès que possible.

Cela peut nous amener à découvrir de nouvelles opportunités.

« Ton frère envisage la Nouvelle-Zélande ? »

Oui mais lui il grillera en enfer. Ce n’est pas pareil.

« Ou vous continuerez de vous raconter vos voyages respectifs. »

Aussi ! Merci à toi.

Belle journée à tous ;)

La fameuse promotion

La fameuse promotion 18020402101917181815534754

Bonjour à tous,

« Tu es davantage déçue par la réponse apportée au sujet de cette promotion qui a dégénérée que choquée par le comportement de ceux qui se sont précipités sur cette pâte à tartiner à – 70%. », me dit Elémhiel.

Un jour une entreprise pour faire du buzz a proposé une distribution de billets en plein Paris. Ils ont dû reculer devant « le succès » de cette opération.

Une autre fois une compagnie aérienne a proposé des billets pour les Antilles à 50 €. Là encore devant le succès de l’opération, la compagnie a dû faire marche arrière.

Je ne suis pas surprise que tant de personnes se soient jetées sur du Nutella. Je n’aime pas le Nutella, il contient du lactose en outre.

Je ne ferais pas la queue pour ce type de produit. Quand j’habitais Marseille la SNCF avait proposé des billets pour toute la France à 5 ou 10 €. J’ai voulu en acheter. Devant la queue qui commençait loin à l’extérieur du centre commercial où était située l’agence que j’avais choisi, j’ai renoncé. 

Ils n’ont jamais réitéré cette opération non plus.

Je suis déçue par la réponse apportée parce qu’elle ne solutionne pas le vrai problème. On a parlé très vite de ces petits commerçants venus se fournir à bas prix.

Ils n’étaient pas la majorité de ces personnes qui se sont battues pour de la pâte à tartiner.

« Tu sais que quand tu vivras seule tu paieras la taxe d’habitation. Tu fais partie des 20% qui ne seront pas exonérés. D’ailleurs, tu n’as droit à aucune aide ni aucune sorte d’exonération. »

Moi je fais partie de la mauvaise tranche. Il faut qu’il y ait quelqu’un qui paye lol, c’est moi !

J’étais contente le jour où on a diffusé ce reportage sur la classe moyenne qui n’a pas droit à des aides. Pour une fois on parlait des gens comme moi.

J’ai bien aimé ce reportage d’ailleurs.  

« Ces planchers et ces plafonds ne t’arrangent jamais. »

Attends, ces plafonds souvent…

Moi je n’ai pas d’enfant et je ne suis pas au SMIC. Et voilà pourquoi ils ne m’arrangent pas ces plafonds. 

« Ta mère avait le même problème quand tu étais enfant et qu’elle devait payer la cantine. »

Oui, elle était au taux le plus élevé. Et pourtant, n’allez pas croire qu’on soit riche.

C’est exactement le problème exposé dans le reportage, la classe moyenne qui n’a droit à rien. On fait partie de ceux qui gagnent de quoi vivre mais qui n’ont pas les moyens d’investir dans tout ce qui permet de bénéficier d’exonérations intéressantes.

En fait il y a deux façons de bénéficier d’exonérations diverses (et différentes). Il faut être soit trop pauvre soit riche.

Bref.   

« Comme tu l’as dit, vu le système en place il faut que quelqu’un paye. »

Oui, dommage que ce soit ma tranche.

« Donc tu comprends que certains se soient jetés sur du Nutella ? »

Les supermarchés que je fréquente ont choisi de ne plus centraliser les promotions sur un stand car il y a des clients qui ne venaient que pour cela. Tu sais le stand tout à 1€ en raison de dates courtes. Maintenant, les promotions sont dans les rayons, on les voit ou pas.

« Tu ne les cherches pas. »

Je mange sans lactose sans gluten, ce n’est pas souvent pour moi ces promotions. Et quand c’est le cas, je les trouve au rayons où j’achète ce dont j’ai besoin.

« Pour toi beaucoup de choses sont chères, les produits sans gluten et sans lactose sont vendus plus chers en Martinique. Mais justement tu sais t’en passer. »

Voilà.

« De toute façon, tu préfères cuisiner. Pour plusieurs raisons. »

Oui.

« D’autres ont finalement peu de choses pour se faire plaisir, dirait-on. »

Les mêmes autres qui me lancent de drôles de regards quand je dis, je fais une croisière bientôt ? 

La vérité c’est que le président de Ford avait trop bien prévu les choses. Donnez aux gens de quoi survivre, cela suffira à faire fonctionner l’économie. Mais avec de quoi payer les factures, il reste trop peu pour te faire plaisir quand tu voudrais.

C’est le problème de la classe moyenne qui n’a droit à rien. Tu vois que tu travailles, que tu as un salaire correct mais si tu n’es pas en couple, tu galères à certains niveaux. Et même en couple, il faut être locataire sans enfant pour pouvoir se faire plaisir quand on voudrait.

Donc c’est spécial. 

A certains moments tu te poses des questions et c’est normal. Tu fais des constats par forcément agréables. Tu regardes autour de toi aussi.

Cela ne t’aide pas car ton regard est biaisé mais tu le fais.

Parce qu’en fait tous les mois tu fais des choix. Certes tu ne fais pas parti de ceux qui doivent choisir entre payer l’eau ou l’électricité. Mais par contre tu as le choix entre un truc sympa pour toi ou un truc sympa pour ton enfant. Par exemple. Ou alors tu as le choix entre te mettre dans le rouge et mettre de côté pour un truc qui te plait vraiment.

Pouvoir payer les factures c’est bien. Mais personne ne peut être heureux en ne faisant que payer ses factures. J’ai pléthore d’exemples autour de moi pour me le rappeler tous les jours…

Le problème dans cette configuration est qu’on vit au taquet. S’il y a 4 000 € dans le foyer, les gens vont vivre avec 4 000 €. Et donc il suffit qu’il y ait un souci inattendu pour que tout le budget soit déséquilibré et que la famille soit en danger.

Alors à ce moment-là on regarde de quoi il est possible de se passer et surprise, on s’aperçoit que beaucoup des dépenses ne sont pas superflues.

Le superflu étant minoritaire, les gens sont vite frustrés. 

« Ce que tu vois tous les jours. »

Voilà. Un enfant à la crèche, un autre à la fac, la taxe foncière plus élevée que prévue, la fin du crédit d’impôt, le frigo en panne, la voiture en panne…

En fait je remarque que quand le budget vacances saute les gens ne sont pas contents. Mais c’est la première chose à laquelle on renonce.

Quand on ne fait que payer des factures on a l’impression de ne pas vivre. Renoncer à ce qui nous plait contraints et forcés, ce n’est pas la même chose que d’y arriver suite à un travail sur soi.

Et par ce chemin-là on n’a pas forcément envie d’effectuer un travail sur soi. Dans un premier temps en tout cas.

Un peu comme quand on découvre à 30 ans que l’on ne doit plus manger de lait ou de gluten. On n’avait rien demandé, on était bien comme on était, on n’est pas content. 

Après on a le choix, on peut rester aigri ou alors on cherche d’autres solutions. On peut apprendre à poser un autre regard sur sa situation. Mais cela ne se fait pas du jour au lendemain et c’est d’autant plus difficile quand il y a toute une famille autour de nous.

Les autres ne seront jamais obligés d’adopter notre point de vue. Ni de s’ouvrir à la spiritualité.

On choisit le moyen qu’on veut pour supporter sa vie ou alors y trouver du sens. Je n’ai pas besoin de vous donner d’exemple dans un cas ou l’autre, je suis certaine que vous en avez.

En voulant organiser ce voyage dernièrement, je me suis rendue compte qu’il pouvait y avoir beaucoup d’attentes à certains niveaux. Et avec les attentes il y a parfois de l’amertume.

Cela arrange tout le monde de viser plutôt 2019, je l’ai compris.

Comme j’ai compris que ce Ford était un imbécile cupide et totalement dénué d’humanité.

Je ne ferais pas la queue pour un produit d’alimentation à 70%. Surtout parce que je n’en ai pas besoin à l’heure actuelle.

Mais je comprends.

« Et tu comprends également pourquoi la voie du Ce monde est injuste il faut le faire brûler, n’est pas la bonne. Pas plus que De toute façon c’est comme ça. 

Tu comprends que c’est à vous de trouver le sens de votre vie individuellement et que rechercher un sens collectif ici est un leurre ? »

Je le comprends aussi, je l’ai compris petit à petit.

« Tu vas à Las Vegas avec ta copine finalement ? »

On va voir. J’attends les détails. Parce que j’ai un autre plan…

« Passe une belle journée, ma douce enfant. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

   

Juste bonnes pour nous

Juste bonnes pour nous 18020303280717181815532831

Bonjour à tous,

« Il fait beau, il fait chaud, les cadeaux tombent du ciel et les jours chantent, enfin,

Comme les oiseaux chantent dans la lumière du matin,

Les cadeaux tombent du ciel et la vie change du jour au lendemain.

Mais qui mieux que ceux à qui ils sont destinés comprennent le mieux que ce qui est pour l’un n’est pas forcément pour l’autre…

La vie peut prendre un tour différent selon que vous acceptez ou non ce qui est bon pour vous.

Le cadeau pour l’un ne l’est pas pour l’autre,

Parfois, les choses sont juste bonnes pour vous. », me chantent les Fées, avant de s’en aller lol.

Belle journée à tous ;)   

Immaturité

Immaturité 18020302471317181815532782

Bonjour à tous,

« Alors tu n’as plus de crème ? », me demande Elémiah.

Je suis surprise de me retrouver à court mais c’est bien le cas, je vais aller en acheter.

« Qu’est-ce que tu vas prendre ? »

Je ne sais pas, je ne sais même pas si je rachète la même ou non. Je vais voir. J’aime bien acheter de la crème ou des produits de soin d’une manière générale.

« Qu’est-ce que tu n’aimes pas acheter ? »

Je n’aime pas renouveler le maquillage. C’est une corvée, c’est cher, ce n’est pas amusant.

« Et acheter un produit de maquillage pour la première fois ? »

Ca j’aime, c’est sympa !

« C’est une preuve d’immaturité. Faire ce qu’il y a à faire et qui ne relève pas de l’obligation devrait résulter d’un choix conscient et assumé.

Si c’est une corvée, c’est parce que cela mobilise du temps et de l’argent que tu ne dépenseras pas en amusement. 

Tu ne peux pas acheter n’importe quel produit car tu as une peau très sensible. Le sachant, ce devrait être une joie de constater que tu peux renouveler ton stock régulièrement.

Ta réponse est la preuve de ton immaturité.

Faire ce qu’il y a à faire et qui ne relève pas de l’obligation est une part importante de la vie d’adulte.

Tout n’est pas drôle ou agréable. Ce n’est pas drôle ou agréable d’attendre dans les embouteillages en sachant que c’est la queue qui vous attend une fois arrivé au supermarché.

Apprends à voir certaines choses autrement. Comme tu l’as fait avec les courses. 

Comme quand ta mère te disait d’aller acheter le pain et que tu pouvais dépenser la monnaie en bonbons.

Tu sais pourquoi tu as besoin du maquillage. Pense à de nouvelles combinaisons, de nouvelles réalisations. Tu as la chance de pouvoir porter n’importe quel fard par exemple.

Quand tu rachètes un produit, penses-y. Cela te fera sourire et te motivera.

Il ne s’agit pas de se dire, je dois donc je fais. Tu n’es pas un robot, il est normal que certaines tâches t’ennuient plus que d’autres.

L’attitude mature est celle de l’acceptation qui permet une autre compréhension. Certes, je dois manger plus de légumes. Je vais faire une salade de tomates et la mangerais avec des potatoes. Par exemple.

Ce n’est pas, j’ai tel âge donc je dois faire telle ou chose ou réagir de telle façon.

Faire preuve de maturité c’est réaliser de quelle façon il est possible de tourner une situation à son avantage. »

Des légumes avec des choses que j’aime, même incongrues…

« Dans ton cas c’est la seule option viable. Tu ne manges des haricots verts qu’avec du riz ou des pommes de terre. Te forcer à manger des légumes à l’eau serait une autre preuve d’immaturité.

Vous êtes les seuls à pouvoir décider de ne pas subir votre vie. »

Je t’entends…

« Alors, les préparatifs pour le tour du monde en croisière ? »

Je vais me pencher un peu plus dessus. Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)        

Ailleurs, hors du temps

Ailleurs, hors du temps  18020302193017181815532398

Bonjour à tous,

Cette semaine on retourne à Schoelcher, pour profiter d’un autre coucher de soleil. 

J’adore les couchers de soleil, je trouve qu’ils ont le pouvoir d’arrêter le temps et de nous transporter dans une autre dimension. Non ?

Une dimension de calme, de douceur et de couleurs enveloppantes et agréables. Et lorsque le soleil touche la mer, c’est comme un clin d’œil de l’univers qui nous rappelle que tout est là et que tout est possible.

Car tout peut devenir accessible.

J’ai acheté il y a un bon moment Les 4 accords Toltèques car j’en entendais parler, je lisais des tas d’avis positifs dessus et donc je me disais que cette lecture me serait sûrement bénéfique à moi aussi.

J’ai évidemment entamé la lecture très vite et j’ai abandonné aussi vite. Je ne suis pas entrée dedans, rien ne me touchait.

Ce n’est que cette année, suite à un commentaire de Carène, que j’ai rouvert ce livre. Je ne le regrette pas. J’ai décidé que ce serait mon livre du mois.

Je suis incapable de le lire d’un coup ou beaucoup de pages d’un coup alors je sens que je vais prendre mon temps.

En outre curieusement, rien ne me reste quand je pose le livre. Aucun passage précis. C’est drôle. Quand j’apprécie une lecture, je suis marquée par des phrases, des mots, des situations, des sentiments. 

Les livres pour moi reflètent la vie.

Celui-ci traite d’un sujet que je connais et comprends, dans lequel je me retrouve mais peut-être est-ce trop proche justement.

On dirait un discours très familier et rassurant parce que familier.

On verra si cette sensation évolue. Ou si arrivera le jour où je déciderai d’abandonner cette lecture pour débuter un roman en lieu et place.

Avec les livres aussi on peut se retrouver ailleurs, hors du temps. J’adore ces moments où ni l’espace ni le temps n’existent plus et où j’apprécie juste le fait d’être.

Je ressens cela devant un coucher de soleil, en lisant un bon livre ou juste en appréciant un instant calme.

J’aime encore plus quand cette sensation a été rendue possible par un travail personnel qui a porté ses fruits.

J’aime le fait d’avoir compris que ce qui compte ce n’est pas ce que les autres pensent mais bien la façon dont j’accueille ce qui m’est proposé.

Tout comme est importante la conscience de ce qui peut être offert ou non, en fonction de ce qui me semble juste.

Ce qui me semble juste ne sera jamais exactement ce qui semblera juste à mon voisin, mon frère, n’importe qui d’autre.

Et ce n’est pas grave. L’inverse est aussi vrai.

Et quelque part en moi, cet ailleurs hors du temps, s’étend.

Belle journée à tous ;)           

Renouveau

Renouveau 18012902393917181815513868

Bonjour à tous,

« Je vais te donner les chiffres du prochain tirage du loto. », m’annonce Elémiah.

C’est vrai ?

« Oui. Nous avons bien retenu ta réponse le jour où nous t’avons demandé ce que tu ferais si tu gagnais. Tu pensais ce que tu disais, nous le savons.

Tu n’as pas dit, je quitte mon travail pour partir en vacances. Tu n’as pas dit je vais acheter ceci ou cela. 

Tu as dit, j’en profiterai pour faire des études artistiques. Et trouver un nouveau métier. 

Nous avons entendu ces paroles. Nous avons entendu que ton désir n’est pas de fuir mais bien d’être en phase avec toi-même.

Nous encourageons ce type de projet. Tu le sais.

Nul besoin de gagner au loto toutefois, tu l’as compris, n’est-ce pas ? »

Je l’ai compris. 

« Par le dessin tu te détends. Mais ton véritable don ne se trouve pas là. »

Je sais.

« Tu as coupé tous tes ongles au début de cette année, pourquoi ? »

J’ai ressenti l’envie de le faire.

« Une envie de renouveau peut-être, en coupant symboliquement tes griffes pour te recentrer sur ce dont tu es capable. Pour avancer dans ce monde.

Tu veux reprendre le livre sur les rêves. Tu as finalement trouvé comment aborder ce sujet extrêmement vaste. Surtout pour quelqu’un qui a le don de connaissance. »

J’ai voulu faire un dictionnaire classique mais je ne voyais pas le bout. Il y aura absolument toujours des choses à ajouter. Il me fallait choisir un angle et pouf, il est apparu tout seul dans ma tête après que ma mère m’ait suggéré de reprendre. J’ai trouvé drôle qu’elle le fasse d’ailleurs…     

  »Il y a un aspect des rêves qui vous est souvent très difficile à capter. »

Oui, l’aspect spirituel. Je sais en effet. C’est une galère tant que l’on n’a pas cheminé soi-même. Et encore, il faut être médium. 

« Tu peux écrire un ouvrage sur les rêves spirituels ? »

Je peux parce que j’ai eu la chance de tenir un blog en plus d’être médium. Il faut du vécu en réalité.

« Oui effectivement, il faut de l’expérience pour pouvoir pleinement tirer profit du don de connaissance. Et maintenant tu comprends pourquoi ce sens-là plutôt que l’inverse, bien plus répandu.

Le messager n’est pas celui qui transmet des messages venus de guides plus ou moins fiables. C’est celui qui sait de quoi il parle parce que ses jambes l’ont porté en toutes sortes d’endroits.

Les personnes qui te lisent sont comme toi. Elles ont des vies à vivre et des enjeux à honorer.

Elles ont des envies, des rêves et connaissent succès et déceptions aussi.

Tout comme toi.

C’est la vie incarnée qui présente de l’intérêt. Tu l’as compris tôt. Vous n’êtes pas là pour trouver le moyen le plus rapide de fuir.

Mais bien pour profiter et être satisfait.

Il y a des tas de pages que tu écrirais bien autrement si tu les rédigeais aujourd’hui. Cela te fait sourire, ne les modifie pas.

Ton évolution est aussi valable que celle des autres. Il n’y a aucune honte à avoir.

Toi tu te vois comme une personne normale et tu n’aimes pas lorsque les gens veulent mettre l’accent sur ta médiumnité. Juste un aspect de ta vie, pas toute ta vie. Jamais toute ta vie.

Nous te le disons, reste ainsi. Continue de voir les choses ainsi.

Vois si tu as envie et si tu arrives à écrire cet ouvrage sur les rêves spirituels. 

Vois si cela a du sens pour toi. Tu le sauras vite.

Tu sauras si tu as trouvé le moyen, dans le respect de la personne que tu es, d’exploiter ton véritable don. »

Merci Elémiah.

Belle journée à tous ;)         

Les inséparables

Les inséparables 18012811552817181815513576

Bonjour à tous,

« Tu as déjà vu des messagers animaux, n’est-ce pas ? », me demande Ariel.

Oui.

« Des oiseaux ? »

Oui, des corbeaux, un merle, une corneille…

« Des inséparables ? »

J’en ai vu dernièrement. Les inséparables, ils sont mignons…

« Tu as bien davantage l’habitude des corbeaux. Tu te souviens du corbeau blanc ? »

Oui !

« Tes inséparables ont l’air âgés. »

C’est ce que je ressens oui…

Ce sont des totems ? Ce sont ceux de qui ?

« Alors, tu ne t’es jamais intéressée aux énergies karmiques des couples que vous formez sur Terre ? »

J’aurais dû ?

« Ce n’est pas ton sujet préféré, ça me saoule viens-tu même de penser. D’autres trouvent ce sujet passionnant. »

Alors je suis sure qu’en faisant une recherche google je vais trouver plein de choses. Les énergies karmiques des couples tu as dit ?

« Je ne vais pas te proposer de développer un sujet qui t’inspire si peu. Que penses-tu des inséparables ? Les perroquets. »

Ils sont attendrissants, c’est pour ça que les gens les aiment. On dit même que si l’un meurt, l’autre se laisse mourir aussi.

Ils représentent l’amour qui dure. Au moins leur symbolique est très simple à comprendre lol.

« Rien à voir avec le comportement solitaire du jaguar. »

Lol.

« Tu n’as jamais eu envie d’avoir des inséparables chez toi ? »

La place des oiseaux n’est pas dans une cage. Je n’ai pas d’endroit où accueillir des inséparables chez moi. Je n’ai pas l’espace qu’il faudrait.

« Les oiseaux qui te rendent actuellement visite semblent avoir une longue histoire. »

C’est ce que je ressens. Il y a une chose qui me vient, les couples ont des totems propres ?

« Certains couples. Ceux dont les liens sont profonds. »

C’est drôle, je ne les sens jamais. 

« Si le sujet t’intéressait un peu plus, ils se manifesteraient. »

Et ces oiseaux ? 

« Tu aimes ce qu’ils dégagent ? »

Ils me rappellent Lauviah. 

« Lauviah n’est plus incarné. »

J’entends ce que tu me dis mais ils me font quand même penser à Lauviah.

« Ils te font penser à ce qu’il y a entre Lauviah et toi. Ils ne t’évoquent rien n’est-ce pas ? Rien de plus du moins. »

Non, ils devraient ? 

« Peu importe. »

Ils ont un beau chemin, je vois une route dorée qui surplombent toutes les routes terrestres…

« Ils ont un beau chemin c’est vrai. Tous les couples n’ont pas des inséparables pour totem. Et en fait, les personnes concernées ne sont pas souvent réunies sous cette configuration en incarnation.

C’est un totem très lourd de sens, à l’influence importante.

D’autres associations sont plus courantes comme des animaux d’espèces différentes. Ou au tempérament moins fusionnel.

Mais ces oiseaux ne te rappellent absolument rien n’est-ce pas ? »

Rien du tout. Je les connais ?

« C’est beaucoup dire. Peu importe. Tu les trouves attendrissants eux aussi ? »

Non, il y a une sorte de profondeur chez eux, il n’y a pas le côté attendrissant. Ils ont l’air, en paix. Parce qu’ils sont ensemble.

« C’est bien que tu le ressentes. Ils sont en paix. Ils incarnent l’amour qui révèle le sens de la vie.

Tu auras l’occasion de les revoir. »

Ok, merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)    

  

12345...362

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause