Archive de l'auteur

Lundi prochain ? (ou plus tard…)

Lundi prochain ? (ou plus tard...) dans Créations 17100707292017181815305432

Bonjour à tous,

« Alors, tu as compris ce que pouvait représenter le chiffre 2 pour toi ? », me demande Elédahiel.

Oui c’est le partage ! 2 c’est le partage. On sort du double 1 du 11 qui représente le maître en soi et on va vers le partage de ce qui nous touche et nous intéresse !

« Le partage, pas la guidance. »

Oui, c’est bien ce que j’ai compris aussi ! Finalement j’aime bien !

« Bon, c’est bien d’avoir réalisé cela. Maintenant que tu as créé le blog culinaire, enfin, tu peux créer le blog déco aussi. »

Plus tard.

« Tu te fermes encore. »

Pas du tout.

« Mais si. N’avons-nous pas dépassé, je suis nulle je ne sais rien faire de mes dix doigts ? »

Oui, on l’a fait.

« Alors tu peux montrer ce que tu sais faire. »

Plus tard.

« Tu ne veux  pas vivre ce 2 dans l’harmonie de ton cœur ? »

Je n’ai pas dit non, j’ai dit plus tard !

« La semaine prochaine ? Quand tu auras trouvé un joli nom ? »

Je pensais encore un peu plus tard…

« C’est bien la semaine prochaine. Dans plusieurs années, tu créeras à nouveau autour de la spiritualité mais cela est dans longtemps. Pour l’instant, tu peux lancer ton blog déco. »

 Je vais voir ce que je décide.

« Tu me dis non ? »

Pas du tout, cela fait des années que tu sais que j’aime la déco. Je te dis plus tard.

« Tu aimes la décoration intérieure depuis l’adolescence. Par quoi vas-tu commencer ? Tu vas créer un DIY pour unes des jolies sculptures qu’il y a sur ta table ? Celles avec les roses en papier ? »

Je ne sais pas lol…

« Tu aimes bien faire des fleurs en papier et les intégrer à un décor, un cadre. Tu vas proposer une couronne ? »

Je verrai.

« La semaine prochaine ? Tu peux commencer par une couronne. Ou te décider enfin à créer cette carte du monde qui t’intéresse. Tu la proposeras en DIY. 

Tu pourrais commencer lundi. Pour que l’expression comme un lundi prenne enfin un autre sens pour toi. Comme un lundi, un beau lundi créatif pour une semaine pleine de promesses. »

J’ai trouvé le titre, ce sera Comme un lundi. Et le slogan ce sera, un beau lundi créatif pour une semaine pleines de promesses. Merci pour ton inspiration.

« Donc lundi prochain ? »

Celui qui arrive tu veux dire ? Je n’ai rien de prêt !

« Fais une couronne. Ou ce que tu voudras. Fais juste quelque chose, pour t’amuser comme d’habitude.

Tu publieras tes créations sur ton nouveau compte instagram. Tu aimes bien instagram. »

Oui, cela faisait longtemps que je voulais ce compte par contre. J’adore partager mes photos !

« La photo, c’était une porte d’entrée, comme le scrapbooking. Elle se trouvait juste derrière en fait. Toutefois ce n’est pas LA vraie porte vers le changement durable et productif.

C’est une porte. Et tu prendras des photos encore très longtemps. 

Donc la semaine prochaine tu lances, Comme un lundi ? »

Lol !!!!! Je vais voir ce que j’arrive à faire.

« Passe une belle semaine. »

Merci Elédahiel.

Belle journée à tous ;)    

Le vide quand tout va bien

Le vide quand tout va bien 17100212360617181815297662

Bonjour à tous,

« Le soleil décroit et il sera bientôt l’heure de ton rituel du soir, tu aimes les résultats sur ton visage n’est-ce pas ? », me demande Elédahiel.

Je me méfiais des démaquillants qui s’enlèvent à l’eau mais celui-ci a changé l’aspect de ma peau, je suis très contente de l’avoir testé.

« Et tu n’as plus du tout d’acouphène, même pas le petit fond. »

Ouf !!!! Je ne lisais que des choses affreuses sur internet, si on ne prend pas vite un traitement aux corticoïdes ils restent, si on ne court pas chez l’ORL au bout de trois mois ils ne peuvent plus disparaitre, ils sont le signe qu’on est en train de perdre l’audition…

Pourquoi est-ce que les gens écrivent ce genre de choses ? Il faut consulter c’est sûr, mais paniquer n’aide vraiment pas, je peux vous dire. 

« Le silence ne fait plus peur ? »

Presque…

« Pourquoi presque ? »

Il reste une petite appréhension. 

« Ton seuil de tolérance au bruit est remonté. Pas au niveau que tu connaissais mais il est remonté. »

Oui c’est vrai. Mais je ne peux toujours pas assister à un concert ou aller au cinéma sans bouchons d’oreille.

« Évite les concerts encore quelques temps, mets les bouchons au cinéma, ce n’est pas un drame. »

Je sais bien.

« Beaucoup de personnes refusent de changer leurs habitudes au départ devant l’hyperacousie. »

C’est une erreur, c’est tout ce que je peux dire. Croyez quelqu’un qui doit gérer cela depuis l’enfance, si on l’ignore elle s’aggrave. Il faut accepter certains compromis. Mon casque intra-auriculaire prend la poussière sur la table. Le téléphone demeure désagréable. Si bien que je dois être seule pour utiliser le portable car j’enclenche le haut-parleur à chaque fois.

Je suis contente de voir que cette situation s’améliore doucement malgré tout. Même mon médecin traitant ne me croit pas quand je lui dis que j’ai mal.

Par contre, tu sais comment je pourrais me débarrasser de l’allergie respiratoire ?

« Avec un traitement lourd, comme beaucoup d’autres. Tu te souviens de ta réaction face au dernier que tu as suivi ? »

Et en changeant d’allergologue ? La brume de sable est revenue il y a peu et j’ai bien senti que ce n’était pas une bonne chose pour moi.

« Le stress accroit l’allergie. Et l’hyperacousie. Continue d’avancer sur ton projet. »

Ok je vois…

« Est-ce que tu vois aussi qu’à mesure que le nouveau chemin se découvre l’air devient moins lourd ? »

Oui !!!

« Tu n’as jamais repensé, je n’en peux plus ? »

Non…

« Cette phrase, cette pensée t’était venue il y a plusieurs mois maintenant, presqu’un an. Et tous ces ennuis de santé se sont enchainés puis d’autres.

Comment savais-tu qu’il ne suffisait pas que tu trouves un petit ami ? C’est ce que beaucoup d’autres auraient pensé. »

Parce que je ne souffre pas à ce niveau-là. Je souffrais ailleurs. Je souffre bien moins. Ailleurs.

Je te rappelle que ma façon de voir les choses est très simple. C’est à l’endroit où se trouve le problème que je veux que la solution apparaisse. Je ne savais pas où il se trouvait au départ. Pendant longtemps je n’ai pas su.

Alors que je savais que j’avais choisi de ne pas sortir avec quelqu’un parce que je savais que la situation telle qu’elle se présentait ne me plaisait pas. Et j’étais en accord avec cette décision.

Ce qui me fait souffrir c’est ce avec quoi je ne peux pas être en accord. Et quand j’ouvre les yeux sur ce genre de situations, c’est comme un nouvel éveil, c’est violent, je ne peux pas fuir et je ne pas accepter les choses telles qu’elles sont, j’ai besoin de m’y retrouver.

Dans ces cas-là il faut que je trouve LA solution qui m’ira. Il me faut du temps pour ça, je n’y arrive pas en cinq minutes. Il faut que je comprenne les choses pour pouvoir avancer.

Et je n’avais aucune envie de comprendre une hyperacousie accrue, des acouphènes, une allergie qui m’empêche de respirer et me colle la migraine, des relations professionnelles qui se dégradaient.

Je n’avais pas envie de comprendre tout ça, je voulais m’échapper de cet enfer, c’est tout.

Seulement on ne s’échappe pas. Il a fallu aborder la situation autrement. C’est ce que je me suis efforcée de faire.

« Et à présent tu souris. Pas parce que tu te sens arrivée, parce que tu te vois en chemin. En chemin de réalisation. Et donc les problèmes ont moins d’importance. »

Voilà. Pour ma part c’est toujours dans l’action que se trouve la solution.

« Elles se trouvent toutes dans le choix. C’est là que se trouvent les solutions, dans le choix. »

Quel choix faut-il faire face au vide ?

« Quel vide ? »

Celui qui apparait alors que je suis bien, que tout va bien et qui modifie l’ambiance…

« Le vide quand tout va bien ? »

Oui.

« Il n’y a rien d’anormal. Tes lecteurs savent, ils t’expliqueront peut-être. Cela arrive, parfois. Ce n’est pas un vide qui place face à un miroir dur, n’est-ce pas ? »

Non, c’est juste qu’on dirait qu’il y a un manque quelque part, c’est tout. Ce n’est pas dur ni violent. Juste un vide.

« Cette sensation est tout à fait naturelle. »

Ah bon ?

« Tu ne pouvais pas la sentir avec le manteau. Tu verras, il n’y a rien de méchant ou de grave. C’est parfaitement normal. Il s’accompagne d’une espèce de langueur nostalgique qui n’a rien d’anormale non plus mais qui ne t’est pas du tout familière alors je t’en préviens.

Tu la sentiras quand le cocon plein de tendresse va se dissiper. »

Mais non, j’aime bien ce cocon ! 

« Oui, ce n’est qu’une phase généralement, ce vide quand tout va bien. C’est une bonne chose que tout aille bien. Tu verras. »

Bon, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Celui-là le bon chemin

Celui-là le bon chemin 17100101243817181815296299

Bonjour à tous,

« Il ne pleut plus. », me faire remarquer Elédahiel.

Effectivement.

« Tu vas faire des petits chaussons ou des biscuits pour le petit déjeuner ? »

Je crois que je vais opter pour les chaussons. Tu crois que je mets de la cannelle ou le mélange 4 épices ?

« Qu’est-ce qui te fait le plus peur, comme mélange ? »

4 épices. C’est ce que j’aime dans les gâteaux mais là, je ne sais pas. Alors que je sais que la cannelle ira.

« Alors essaye les 4 épices. Rajoute un bouchon de rhum, comme tu l’envisages. Ce sera très bon tu verras. »

Tu as raison ! Je vais faire comme ça !

« Tu étais bien énervée au supermarché l’autre jour. »

Je sais, c’est comme si je n’arrivais à rien choisir, je n’avais plus envie de ce que je prends habituellement. Et du coup j’ai encore oublié le savon pour les mains…

« Tu achètes ce que tu connais mais tu peux en faire autre chose. Les nems au saumon étaient bons ? »

Délicieux lol ! Je vais faire des samoussas la semaine prochaine, aux légumes. Tu as vu, je mange à nouveau des légumes ! 

« Tu sais faire des samoussas ? »

Non, je vais faire comme avec les nems, je vais aller regarder le pliage sur un tutoriel en ligne. La garniture, je m’en charge. 

« Tu ne vas pas choisir une garniture au curry. »

Non je ne pense pas. J’aime bien le curry mais l’avantage quand on fait les choses soi-même, c’est qu’on fait ce qu’on veut.

« Tout le monde n’a pas autant d’imagination que toi. »

C’est parce que la majorité des gens ne sont pas difficiles en plus d’avoir des intolérances alimentaires. Ils peuvent manger tout ce qui leur est proposé. Pas moi. Alors c’est une bonne chose d’avoir de l’imagination.

« Tu aimes le mélange tomate-curry. »

J’adore.

« Tente-le dans tes samoussas. »

Tu crois ? Pourquoi pas…

Je vais préparer une garniture…

« L’inspiration provient toujours de la même source, que ce soit pour des petits chaussons sucrés ou écrire sur la spiritualité. »

Lol !

« Compte avant tout le désir d’être soi. En vérité ce n’est pas pour rien que certaines personnes n’ont pas du tout d’imagination. Cela se développe. Choisir une recette et effectuer un changement à la fois jusqu’à ce que la recette devienne sa recette permet de faire appel aux zones encore en sommeil et de les réveiller en douceur et d’une belle manière.

Il y a des personnes pour qui prendre la décision de remplacer les pommes par de la banane n’est pas si évident alors que toi par exemple, tu as un principe, tu regardes d’abord ce qu’il y a dans ta cuisine. Même si tu dois modifier la recette.

Ceci dit, tu modifies toujours les recettes. »

Je ne sais pas comment font les gens pour suivre à la lettre, ce n’est pas l’Everest de l’ennui pour eux aussi ?   

C’est comme le coloriage des enfants, on leur dit quelle couleur mettre dans quelle case. Franchement je pense que ce n’est pas pour rien si ce n’est qu’aujourd’hui que j’apprécie le coloriage.

« Beaucoup de portes verrouillées restent fermées parce que les clés se trouvent dans les zones encore endormies. C’est à chacun de prendre conscience de l’insatisfaction et d’y faire face. De ne pas la fuir.

Certains de tes lecteurs se demandent à propos de ton projet comment ils pourraient faire pour bénéficier de la même aide que toi, pour pouvoir à leur tour se lancer dans ce qui leur plaira vraiment et leur permettra de sentir de l’air frais.

A ces personnes nous rappelons que parfois, il suffit de faire un pas puis un autre. C’est ce que tu as fait sur une très longue période. C’est ce qui t’a permis de prendre conscience que tu n’es pas sans ressources.

D’autres sont adultes, tout comme toi. Ils ont forcément déjà trouvé des réponses. Si cela ne suffit pas, ils devraient essayer de modifier quelques unes de leurs habitudes puis petit à petit modifier totalement leur routine.

Cela leur permettra de voir plus clair en eux, autour d’eux aussi car l’entourage réagira et enfin de faire face vraiment à l’insatisfaction. Il n’y a qu’une fois devant que vous réalisez que vous pouvez changer les choses.

C’est ce qui t’est arrivé ces derniers mois. Ce n’est pas nous qui t’avons subitement dit, va par là, c’est celui-là le bon chemin. »

Lol !!!!

« Tous les problèmes qui vous affectent sont à votre portée. »

Je l’ai souvent dit.

« Et tu as également souvent pensé que tu n’arriverais pas. D’autres aussi se disent, je n’arriverai pas. Essayez plutôt, aujourd’hui j’avance d’un pas. Je sais que demain, je pourrai en faire deux. Et le lendemain encore, j’en ferai trois. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)  

Changer le plomb en plumes

Changer le plomb en plumes 17093005162317181815295453

Bonjour à tous,

Finalement un kilo de plomb ça peut paraitre bien lourd Elémiah.

« Tout dépend de ce que représente pour toi ce kilo de plomb. Transforme-le en plumes. C’est ce que tu as appris à faire le mieux, objectivement. Tu sais faire. Alors vas-y, transforme le plomb en plumes.

Tu sais, restent enlisés dans ce qui leur déplait ceux qui refusent de voir la beauté du contraste entre le gris et le vert. Tu le sais, il suffit parfois de faire quelques pas.

Fais quelques pas, transforme le plomb en plumes.

Et regarde le doute s’envoler avec ces plumes.

Tu vas aller à la journée portes ouvertes de la bijouterie ? »

Tu plaisantes ? Je serai incapable d’en repartir les mains vides.

« Et alors ? Il y aura peut-être les boucles d’oreilles que tu cherches. »

Ce n’est pas ce que tu devrais me dire.

« Non ? »

Non, mais tu as bien raison lol !

« Tu vois que tu sais transformer le plomb en plumes. »

Oui mais je commence à réaliser qu’il y a bien plus qu’un kilo en fait.

« Il y a toujours ben plus qu’un kilo. Pour tout le monde. C’est pour cette raison que tu as des lecteurs. Que tous les blogueurs ont des lecteurs. Que tu lis toi-même des blogs divers.

Il y a toujours bien plus d’un kilo. Ce sont les plumes qui se font rares chez les adultes que vous êtes.

Avec une plume pourtant il y a tant de choses à faire. Mais tu sembles avoir un bon état d’esprit depuis quelques temps.

Pourquoi soudain le doute l’emporterait-il ? Change-le en plumes colorées. Tu aimes les plumes colorées.

 Laisse-les voler au vent.

Tu captes ce qu’il y a sous les sourires. Dur de savoir que peu d’évolutions naturelles sont possibles. Vous réagissez chacun à votre manière.

Tu as choisi la tienne.  Pour d’autres, le loto semble encore l’option la plus viable. Tu trouves cela tragique.

Chacun se voit donner la possibilité à un moment ou un autre d’entamer LE virage.

Vous en faites ce que vous voulez.

Tu sais qui n’en a rien fait. Tu sais qui n’a pas osé se donner les moyens.

Pas de virage sans efforts. Il conduit à un échangeur. 

Regarde devant toi. Droit devant toi.

Et évite de reculer. S’il y a du réconfort dans le connu, il n’y a plus rien d’exploitable. Ce dont tu as besoin se trouve dans ton présent. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Autre cadre

Autre cadre 17093004514217181815295404

Bonjour à tous,

Il fait beau, il fait chaud, les oiseaux chantent et le ciel est bleu. Quelque part. C’est forcément le cas, je veux dire, il ne pleut quand même pas partout.

Ah la la, même au travail je préfère quand le soleil brille tandis que je regarde par la fenêtre. Et j’adore regarder par la fenêtre.

Aujourd’hui outre la pluie j’y vois du vert et un gris qui n’est lumineux que dans le ciel. Le contraste visuellement me plait, ne manque que l’occasion de faire une belle photo.

Le cadre général n’est pas fantastique, cela ne rendrait pas.

Que faire ? Créer un autre cadre.

L’important c’est que dans le vrai jour, toutes les couleurs peuvent être incroyablement lumineuses.

Surtout celles de la nature.

Je vais attendre que la pluie cesse, même cinq minutes, pour aller chercher un joli cadre.

J’aime bien trouver le cadre qui me touche, qui me convient…

C’est toujours apaisant.

Et tout semble en phase.

Mon projet dans sa globalité va nécessité beaucoup de travail et de préparation. Il se fera en plusieurs phases. Je voudrais déjà être à la dernière.

Mais pas de précipitation, toutes sont importantes et intéressantes.

Je prends mon temps.

Belle journée à tous ;)  

Plumes et plomb

Plumes et plomb 17093001082417181815295127

Bonjour à tous,

« Alors tu pressens les choses avec de plus en plus de précision. », me dit Elémiah.

Oui, c’est ce que je constate. C’est marrant, pourquoi maintenant ?

« Pourquoi pas ? Est-ce désagréable ? »

Non.

« Mais tu ne peux voir que ce qui se passe autour de toi. »

Oui lol !

« Quand c’est pour toi ou tu ne ressens rien ou tu as les informations autrement. »

Voilà !

« Qu’est-ce qui est plus lourd, un kilo de plumes ou un kilo de plomb ? Ils font tous deux un kilo. Mais le kilo de plumes sera plus encombrant. Tu pourrais préférer avoir à gérer le kilo de plomb.

Alors que le plomb, ce n’est pas la plume légère avec laquelle tu aimes créer des décors de scrapbooking.

Reste sur ce dont tu te sers et que tu connais. Tu ne pourrais rien faire avec du plomb. »

Je ne me plaignais pas. Cette situation me convient. Je ne fais rien pour accroitre ce type de capacités, elles grandissent toutes seules.

« Avec un kilo de plumes, tu pourrais faire tant de choses. Elles pourraient être multicolores. Tu sais créer autre chose que des albums de scrap. Tu pourrais les lancer de façon désordonné dans un joli cadre et prendre une photo.

En ajouter quelques unes à une robe, un sac en tissu…

Un kilo de plumes, c’est simple à utiliser.

Certaines choses seront toujours simples. D’autres en revanche, t’apparaitront tel le plomb, encombrant. Encombrant car ne rentrant pas dans ta routine agréable.

On ne scrappe pas avec du plomb.

Mais au fond, les deux font un kilo. Si tu sais gérer l’un tu sauras gérer l’autre.

Facile un jour, facile toujours quand on considère que les deux font un kilo.

Alors, les deux font un kilo ? »

Les deux font un kilo. Il y a ce qui est facile et il y a ce qui peut le devenir.

« Passe une douce après-midi aussi. »

Lol, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Un moyen ou autre chose

Un moyen ou autre chose 17093003274217181815294879

Bonjour à tous,

« Donc, tu es finalement encore en train de te préparer pour le lancement de la première étape de ton projet. Même si certaines choses sont déjà en place. Tu es contente ? Je te pose la question mais nous voyons le bien que cela te fait de partir de zéro et de créer petit à petit un mini univers.

En ce moment chaque jour tu te vois accomplir de nouvelles choses. Et même les collègues trouvent que tu rayonnes différemment, raison pour laquelle ils sont davantage attirés par toi en ce moment, ils sont intrigués.

Tu es quelqu’un qui a besoin d’avoir l’esprit intellectuellement occupé. D’où le fait que tu ne craignes pas de faire plusieurs choses en même temps, tant qu’elles te plaisent, au contraire.

Tu aurais été bien malheureuse avec un travail à la chaine par exemple. Toi tu aimes ce qui est créatif et donne à réfléchir.

Monter un projet de A à Z est donc tout ce qu’il te fallait.

A un moment où il n’aurait pas été stupide de chercher une solution plus conventionnelle, tu as opté pour une solution radicale. Toute seule.

Tu as choisi de tenir compte de ce que tu as appris toutes ces années durant, dans différents domaines et de valoriser ces connaissances acquises.

Tu as remarqué que dans vos petits univers, la valeur du travail n’est pas importante. Ce qui importe c’est le domaine dans lequel vous travaillez et le poste que vous occupez.

Cela ne te parait pas normal. Tu penses que l’on devrait valoriser le travail.

Tu entends cette amie assistante sociale se plaindre et tu repenses à tes cours d’économie. Un diplôme de sanscrit ce n’est pas un diplôme d’école de commerce, avait dit le prof.

Tu fais partie de ceux qui pensent que le travail devrait être vu et vécu d’une autre façon.  

Tu y recherches épanouissement intérieur, extérieur et bien-être. Sans pour autant penser qu’il conviendrait de bannir le système des rémunérations pour proposer un système dit plus juste. »

Non, je ne pense pas cela possible dans un avenir proche en effet, Elédahiel. Ce qui peut me rendre heureuse ne rendra pas forcément ma voisine heureuse et vice versa.

Il y a des gens qui ont besoin de la compétition, du challenge permanent, de tester leurs limites et les repousser pour pouvoir s’exprimer. Ces gens-là par exemple ne peuvent pas se retrouver dans un monde où certains enjeux seraient juste laissés de côté.

Moi j’aime quand je me dois me casser la tête sur un problème. Créer. Concevoir. Trouver des solutions. Je n’ai pas besoin de me comparer aux autres et je ne trouve pas de sens aux challenges imposés par les autres.

Vivre sans l’enjeu de l’argent au travers duquel on peut se réaliser ne serait pas un sacrifice. Ce n’est pas la perspective de la richesse qui me donne envie d’avancer, de tester et repousser mes limites.

Mais cela peut être un enjeu important pour d’autres. 

En fait il y a des gens pour qui pratiquer le troc par exemple n’a aucun sens. Parce que la capacité d’acheter ce dont on a besoin est le signe qu’ils sont parvenus à se réaliser.

On dit que seul l’ego a besoin de l’argent. Je ne suis pas sure. Parfois c’est l’âme qui pousse dans cette direction. Pas pour accumuler mais pour parvenir, doucement, à dissocier ce qui est important pour soi de ce qui ne l’est pas.

Et sur cette route-là, il arrive que l’équilibre se trouve dans le fait de gagner très correctement sa vie mais de trouver dans le même temps du plaisir dans les tâches réalisées.

Sans qu’il soit besoin de remettre en cause le monde autour.

En fait c’est comme différents stades de perception qui correspondent non pas à un quelconque avancement spirituel mais à la connaissance et au respect de ses propres besoins.

Dans tous les cas il est possible d’arriver au partage, mais pas des mêmes choses parce que les visions ne sont pas les mêmes et qu’elles ne doivent pas forcément le devenir.

« Toi tu penses qu’il devrait être normal de pouvoir subvenir seul à tous ses besoins. »

Je ne vais pas changer d’avis à ce sujet.

« Tu penses aussi que la question, qu’attendez-vous de ce travail est une hypocrisie et devrait disparaitre, tout comme le fait que l’on attende des gens qu’ils s’investissent toujours plus. »

Si on est là c’est parce que l’on sait ce que l’on est venu faire. Je viens, je bosse, je rentre chez moi.

Je vais te dire ce que je ne parviens pas à assimiler…

« Le fait que le travail puisse passer avant tout le reste.  Nous savons que pour toi c’est le pire des non-sens, une aberration. Nous savons que tu penses qu’il est vraiment dommage de devoir découper la journée ainsi, deux heures le matin à la maison après le réveil, 8 heures au travail au moment où tu es le plus à même de profiter de la journée et le reste le soir alors que la fatigue s’invite aussi.

Nous savons que tu ne comprends pas pourquoi il est si peu important d’effectuer un travail qui n’a pas de sens profond pour soi.

Nous savons que l’argent ne suffit pas à donner du sens selon toi.

Nous savons que tu ne comprends pas le sens du mot carriériste.

Et pourtant tu aimes bien ton travail. 

Ton travail qui à tes yeux n’a pas de sens profond.

Quand tu as commencé à travailler on t’a reproché le fait que tu ne vois pas d’urgence dans les questions d’argent. Cela n’a pas évolué.

Pour toi c’est un moyen, pas une fin.

Dans ton travail c’est une fin.

Tu souhaites qu’il redevienne un moyen.

Tu souhaites tenir compte de ce qui a du sens pour toi.

Bon, pour d’autres c’est un leurre et c’est ainsi qu’ils le ressentent. C’est ce qui fait sens. 

Pour d’autres encore c’est un organe de division. Ce sont ces personnes qui le plus souvent se démènent pour rappeler que d’autres modèles seraient possibles.

Peu importe. Ce qui compte c’est que tu vois comment reprendre ce qui ressemble à ta bonne route. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)

La ville des Tsars

La ville des Tsars 17092804231917181815289989

Bonjour à tous,

Nous passerons cette jolie semaine (mais si !) à St Petersbourg, en Russie. La première chose qui m’a frappée, depuis le balcon de ma cabine, c’est l’immensité du territoire qui se trouvait devant moi. 

Tout le monde sait que la Russie est un grand pays, ça fait quand même drôle en arrivant.

Autre chose, les déplorables relations entre ce pays et l’Union européenne ne facilitent pas les déplacements des touristes. C’était la première fois de ma vie que je me voyais réclamer un visa. Arrêtez de rire. Même en Thailande il n’y avait pas besoin de visa. Je vous ai dit d’arrêter de rire.

La seule façon de poser pied à terre était de bénéficier du visa collectif de la compagnie maritime. Laquelle n’était que trop heureuse de nous proposer un grand nombre d’excursions.

Et comme par enchantement, c’est sur cette seule escale qu’étaient regroupées toutes les excursions les plus chères. C’est le jeu je suppose, je pouvais aussi avant de partir tenter d’obtenir un visa.

Bref, du coup et forte de l’expérience malheureuse d’autrui, j’ai pris soin de choisir une excursion longue, avec repas inclus et qui permettrait de descendre du car. 

Eh oui car à cause de cette stupide histoire de visa, figurez-vous que ceux qui avaient la mauvaise idée de choisir « Visite panoramique de la ville en bus climatisé »,  ne pouvait pas descendre dudit bus. A aucun moment si ce n’est à l’arrivée.

J’ai entendu des dents grincer…

En même temps il faut lire les programmes, ce n’est pas pour rien que certaines excursions sont plus chères que d’autres.

Nous avons visité le magnifique palais de l’Hermitage, le palais d’hiver des Tsars. Il comporte 6 bâtiments, l’un d’eux ne se visite pas. J’ai des photos, je vous les montre la semaine prochaine.

Nous avons visité une église orthodoxe comprenant une crypte et vu le tombeau de Catherine II notamment. A l’issue, nous avons assisté à un concert de prêtres orthodoxes. Ils chantaient merveilleusement.

Ensuite mon frère, qui s’était envoyé 3 shots de vodka à table, pensant faire le malin (il ne boit jamais), a eu envie d’aller au petit coin. Urgemment. Surprise, les toilettes étaient payantes et ni lui ni moi n’avions de monnaie, nous n’avions pas songé à prendre des roubles. On peut payer par carte en Russie. Sauf aux toilettes.

C’est un autre passager qui lui a sauvé la vie, heureusement pour lui…

Ce n’était toutefois pas la pire mésaventure de la journée.  Je vous ai expliqué que beaucoup de touristes étaient contraints de rester en groupe. Et donc de se rendre dans les endroits connus et dits emblématiques.

Sur la photo, l’église St-Sauveur-sur-le-sang-versé.  Elle est superbe avec toutes ses tours. Mais c’est un attrape-touristes. Et un homme d’un certain âge, faisant parti de mon groupe a été victime d’un pick-pocket. Forcément, ils n’ont qu’à attendre les touristes aux endroits stratégiques. Ils ont choisi juste la personne qui est sortie du car avec les mains enfoncés dans les poches et pas de sac.

Mon argent, mon sac, tout était dans le car. Non, celui-là il était sorti avec son portefeuille sur lui.

Les voleurs lui ont mis un chapeau sur la tête, il a levé les bras par réflexe et ils lui ont subtilisé son portefeuille. Garni de plusieurs centaines d’euros.

C’est arrivé également dans un autre groupe, devant l’Hermitage.

Bref, si vous vous rendez en Russie sans visa et que par conséquent vous bénéficiez d’un visa collectif, souvenez-vous qu’il sera plus facile de vous repérer que si vous marchez seul dans la rue comme n’importe quel quidam. 

Ceci étant dit, le repas avait lieu dans un restaurant surprenant, décoré a minima et dans un style industriel finalement très courant même ailleurs. Le repas était bon même si je n’ai pas adoré le bortsch. Mais je n’aime pas la betterave.

Je n’ai pas sacrifié à la tradition et je n’ai donc pas touché à mon shot de vodka. Néanmoins je ne suis pas choquée que l’on puisse commencer un repas par cela. D’autres étaient davantage étonnés. Chaque pays ses traditions.

Il y a des personnes qui ont eu du mal à accepter que pas mal de choses soient différentes de ce qu’elles connaissaient.

Ce qui est dommage c’est quand on se retrouve tout près d’elles dans le car.

Toutefois, il a été très agréable de discuter avec la guide qui nous a expliqué que même si nous autres avons en Occident une image négative de leur président, il est très apprécié en Russie.  Elle nous a dit également que les femmes partent à la retraite à 55 ans, les hommes à 60 mais que l’espérance de vie est de 65 ans.

Elle regrette l’époque du communisme car pour les classes moyennes la vie était plus facile alors d’après elle. Elle nous a avoué trouver le concept de liberté bien moins important qu’on ne le voit en Occident car si aujourd’hui les Russes sont censés être libres de faire ce qu’ils veulent, encore faut-il en avoir les moyens.

Elle nous a dit qu’à l’époque du communisme l’éducation était gratuite jusqu’à l’université, le pain coûtait 7 kopecks (centimes), il était facile de voyager à travers le pays et aller voir sa famille car une partie du voyage était pris en charge et beaucoup de logements étaient gratuits.

 A ce jour il n’y a plus de logement gratuit et le pain coûte 40 kopecks. Les voyages doivent être intégralement payer par chacun et il n’est plus si simple d’aller voir ses proches s’ils sont loin.

N’allez pas croire que je soutiens tel ou tel mouvement politique. Simplement j’aime bien parler avec les gens des endroits que je visite et recueillir leurs avis et impressions.

Ce que je rapporte ici n’est que l’avis d’une personne, j’en suis consciente. Il n’en demeure pas moins que j’ai trouvé ce témoignage intéressant.

Elle nous a d’ailleurs expliqué aussi que les nouvelles générations, qui n’ont pas connu le communisme, n’ont aucun mal avec le modèle de la Russie actuelle et s’épanouissent dedans. 

Ce sont plutôt les personnes de sa génération qui ont des regrets.

J’ai beaucoup aimé passer la journée à St Petersbourg. Certes, la virée shopping était dans une belle boutique pour touristes, mais pour moi tout était bien. Je n’ai pas trouvé la ville superbe. Les immeubles d’anciens logements gratuits notamment sont franchement vilains.

Mais cette visite m’a suffi pour avoir envie de découvrir un jour Moscou.

Bonne journée à tous ;)  

Joie éternelle

Joie éternelle dans Mes poèmes 17092401143317181815283105

Si les oiseaux et le ciel chantaient toujours à l’unisson,

Les nuages dans ton univers ne seraient qu’un lointain souvenir,

Soupire, une dernière fois, regarde les étoiles,

Souris.

Seul le bleu du ciel est réel,

Seule la joie est éternelle.

N’oublie pas le chocolat

N'oublie pas le chocolat 17092401050417181815283074

Bonjour à tous,

« Donc tu te sens prête à poser le cadre de ton projet, à entrer dans le vif du sujet  ? », me demande Elédahiel.

Oui, je pense que je peux tout mettre en place, je suis prête. Et tu sais, c’est bien d’avoir ce projet là maintenant alors que comme tu le sais mes collègues m’adressent à peine la parole et que je suis inquiète pour ma mère.

J’ai besoin de créer une ouverture vers autre chose. Je suis sidérée de constater de quelle étonnante manière la situation a pu évoluer au travail.

« Comme tu ne parles pas de tes problèmes et de ta vie, les gens ne souhaitent plus te parler. »

J’ai peu de problèmes. Ce que tu sais. J’ai peu d’obligations également, peu de contraintes. En fait je n’en ai qu’une et c’est de travailler.  

Il y a quelques années, j’étais encore étudiante, il y avait cet homme qui avait l’habitude d’être consulté par les uns et les autres. Il dirigeait une association, se voulait un maître spirituel. Ma mère, qui avait des amis le connaissant, me l’avait présenté.

Il m’avait dit avec autorité, raconte-moi tes petits problèmes. J’étais insouciante à cette époque. Mon plus gros souci devait être de savoir quel rouge à lèvre choisir le matin. Je lui ai répondu, je n’ai pas de problème. Il m’a dévisagée.

Ce serait facile, même pour moi aujourd’hui qui suis médium et tiens ce blog de me servir de ce que j’ai construit pour fédérer un auditoire qui reviendrait vers moi au moindre souci rencontré.

Je ne le fais pas et je sais pourquoi je ne le fais pas.

Je sais pourquoi certains voudraient que je parle de ma vie et de mes problèmes. Quand j’ai expliqué que nous n’avions pas eu trop de vent avec le récent ouragan, loin de me répondre tant mieux, ils se sont tous fermés et ont plongé dans leur écran.

Je sais, avec certitude et sans malveillance que si j’avais répondu, j’ai passé la journée à éponger, on a été inondé, alors ils m’auraient tous souri et écouté. 

Je suis une catastrophe pour reconnaitre qui est attiré par moi ou qui s’intéresse à moi. Je ne vois jamais, je ne sais pas pourquoi. Tout le monde comprend ou sait des siècles avant moi. Toujours.

Par contre, je sais quand les gens ne sont pas sincèrement bienveillants envers moi. Je le sais et je ne me trompe pas.

Tu te souviens de ce matin où le collègue s’est tourné vers moi, m’a regardé droit dans les yeux et m’a demandé de lui dire que je voyais quelqu’un. Je lui ai répondu, non.

Il en a déduit que je ne souhaitais pas m’ouvrir à lui.

Je n’ai pas compris cette question sur le coup, ce n’est qu’avec le recul que j’ai réalisé.

Ce n’est pas grave que les autres ne veuillent pas me raconter leurs vies. Pour être honnête, souvent je m’en fous. Mais on peut parler, simplement. Comme on le faisait d’ailleurs il n’y a pas si longtemps.

Je constate que non. Parce que je ne raconte pas ma vie, mes problèmes, on ne me parle plus du tout. Je ne le vis pas bien, je me sens rejetée et je sais que je n’ai rien fait, à personne.

Et je n’ai pas d’endroit où m’échapper, une fois de plus, je ne peux pas claquer la porte, une fois de plus, il me faut une porte de sortie véritable, une fois de plus.

S’il s’agissait d’un autre cadre, je tournerais juste les talons. Mais je ne peux pas. Alors, vu que j’en ai franchement marre de ce type de situation, liées au fait que finalement peu d’entre nous sont réellement heureux, je vais prendre le temps de faire quelque chose qui devrait me rendre plus heureuse.

Tu as vu, je n’ai pas dit heureuse. Parce que moi je ne suis pas une personne malheureuse ou triste. Et je ne veux pas le devenir, il n’y a aucune raison.

Mais pour te dire la vérité, je suis en train de puiser dans mes réserves de bien-être et elles se réduisent. Il faut que je reconstitue. Il faut que j’agisse.

Je suis contente de savoir qui je suis et ce que j’aime. C’est ce qui a permis l’émergence de ce projet. Et je vois pourquoi vous me disiez que j’avais tort de penser qu’un travail spirituel ne portait pas de fruits sur le plan matériel.

Je voyais que je n’ai pas de maison, pas de famille, peu d’amis. Et maintenant je réalise que je ne me demande pas comment payer la taxe foncière et partir en vacances, que je suis en paix avec le fait de ne pas avoir d’enfant ou de compagnon à cette date et que j’ai des amis. Ce qui n’est pas le cas de toutes les personnes que je connais.

Car moi aussi j’ai des connaissances. Je n’ai pas écrit, je suis seule au monde. Mais les connaissances, je n’arrive pas. Je préfère les personnes qui ont le cœur tourné vers moi et celles-là sont des amies.

Et puis ma mère qui est malade, on ne sait pas ce qu’elle a à l’instant où j’écris ces lignes. Je vous dirai. J’espère que ce n’est pas grave lol. Mais même si c’est le cas, la vie doit se poursuivre.

Il faudra aller de l’avant, chacun. Je le comprends aussi.

Tu sais, comme je ne peux pas tout faire en un claquement de doigts, j’aime quand je peux prendre le temps dont j’ai besoin. Ce cas de figure est rare ceci dit lol.

Je me sens prête alors je vais commencer, je vais poser le cadre. Je ne sais pas où ça va me mener ni même si ça va me mener quelque part.

Toutefois j’aime le fait d’aller dans une direction qui me plait. Cela m’aide grandement.

Et Sélène m’a expliqué au réveil que ce qui gêne les personnes qui me voient comme une menteuse (n’oublions pas mon amant caché) ou une femme superficielle et irresponsable (toujours chez papa-maman à voyager au lieu d’épargner pour acheter un logement), c’est que je ne souffre pas comme eux de l’absence d’une porte de sortie.

Il n’y a pas pire enfer que l’enfer personnel. J’adore cette phrase et elle est tellement vrai. Si on croit à l’enfer.

Je préfère croire que ce n’est pas pour rien que j’ai deux mains et un cerveau. Heureusement parce que c’est tout ce que j’ai lol. Une chance que la première partie de mon projet soit très accessible. J’ai cogité pour trouver ce que je pourrais faire ceci dit. Ah oui parce que, je suis encore fauchée. 

Si vous aviez vu cette bague à St Petersbourg, vous comprendriez une fois pour toute pourquoi je ne peux pas passer mon temps à me restreindre non plus.

Du coup je ne me restreins pas trop.

C’est parce que l’on s’offre des occasions de sourire que la vie reste belle.

La semaine dernière par exemple j’étais dans ce petit restaurant, aussi délicieux que celui de 15 jours avant.

Je sais que j’ai une philosophie de vie assez différente de celles de nombre de personnes.

Je sais pourquoi, je l’accepte. La réciproque par contre…

Cependant, je ne vais pas pleurer Elédahiel. Ni m’enflammer pour rien.

Je reste sur ma nouvelle route.

« Ne dis rien, à personne, fais ce que tu as à faire. Et achète la montre, elle ne te plait plus ? »

Tu crois ? Je voulais des boucles d’oreille…

« Va la voir, si elle est encore en boutique essaye-la. Vois si elle te plait. »

Je vais y aller oui lol. Je l’aime bien.

« Le vent tourne, certaines situations ne peuvent qu’évoluer. Ce n’est pas un nouvel hiver qu’il y a devant toi. Mais autour de toi si. Plus froids que le désert glacé, les vents de l’hiver des autres peuvent perturber tout ce qu’ils atteignent.

Et il va y en avoir beaucoup. Tout le monde n’avance pas avec un manteau sur les épaules sur une étendue glacée illuminée par le soleil et sans la moindre brise.  

Tu ne sais pas ce que c’est que de tout avoir et de ne pas être heureux. D’autres savent et ces autres sont nombreux.

Heureusement, devant, le soleil brille de mille feux. Regarde devant.

Le sac rose clair ne t’intéresse plus ? »

Non. Merci à toi. Je reste concentrée sur ce qu’il y a devant.

« Pas trop concentrée, n’oublie pas le chocolat. »

 Lol.

Belle journée à tous ;)

 

12345...349

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause