Archive de l'auteur

Ailleurs où…

Ailleurs où... 17110703291617181815357596

Bonjour à tous,

Donc tu as fait exprès de me couper dans l’élan de mon projet ?

« Tu étais dans un telle colère. Tu avais besoin de voir d’autres portes s’ouvrir. »

Justement, j’ai travaillé pour cela.

« Je t’avais déjà coupé dans ton élan, tu ne t’en souviens pas ? C’était lorsque tu t’es réveillée un matin et que toute ta motivation pour poursuivre tes études avait disparu. »

C’est toi qui m’as fait ça ?

« J’interviens quand tu en as besoin. Tu as besoin d’une pause. Ce que tu n’aurais pas admis dans ta colère.

Elle se justifiait, tu vois que tu fais ton travail au mieux et d’autres se cachent et agissent dans ton dos. Pour pouvoir te passer devant. Il est normal que tu te sois sentie trahie. Et que tu aies eu envie de prendre tes distances et de regarder ailleurs.    

Mais tu sauras que ce n’est pas si facile de manœuvrer habilement dans l’obscurité, surtout lorsque l’on n’est pas capable de manipuler les gens. »

Je ne me serais pas méfiée de cette personne si tu n’avais pas été là.

« J’étais là. Je serai toujours là. »

Même pour  me couper l’herbe sous le pied ? 

« Quelle herbe ? Souviens-toi du contexte, tu voulais poursuivre tes études pour gagner du temps parce que tu ne savais pas qui tu étais et que tu avais peur de le découvrir.

Tu allais dans le mur ma belle enfant. Un jour tu te serais réveillée, incapable de te rendre à ton travail et sentant une énorme boule dans ta gorge.

C’est ce moment-là que tu n’as pas vécu. »

Bon, je sentais mon projet viable.

« Il l’est. Oui sur le papier il l’est. Il ne te ressemble pas tant que ça. Il n’est pas le bon projet sur la durée. Et tu as besoin d’une pause. »

Une pause ? Tu veux que je prenne des vacances ?

« Non, que tu portes un nouveau regard sur ta vie, sur ce qui t’entoure, sur tout ce qu’il t’est possible de faire aujourd’hui.

Comme les deux calendriers de l’avent.

Tu as une idée pour le tien alors, mais celui de ta mère ? »

Je te jure, je n’ai pas cru quand elle m’a dit qu’elle en voulait un !   

« Pourquoi pas ? Elle aime les marrons glacés et les bonbons au caramel. »

Lol, on verra si elle mange une douceur chaque jour ou si bon sang ne saurait mentir !

« Tu ne peux pas manger de bonbons au caramel. »

Non, ils contiennent tous du lactose.

« Mais tu peux manger bien d’autres choses. »

C’est pour que je vois cet angle là que tu m’as encouragée à créer le blog de recettes.

« Oui. »

Mais je suis en train d’y mettre plein de recettes sucrées !

« C’est ce que tu fais le plus et que tu maitrises le mieux. Car c’est ce que tu aimes. Tu aimes faire des desserts et goûters. »

C’est vrai.

« Vas-y, fais tes calendriers de l’avent. Ta maman sera contente. »

Je vais les faire.

« Tu as besoin d’une pause, de comprendre que certaines choses sont moins importantes qu’elles n’y paraissent alors que d’autres devraient davantage occuper ton esprit.

Tu vas dessiner ton cube ? »

Plus tard.

« Tu aimes dessiner des figures géométriques depuis que tu es enfant. »

C’est vrai, je trouve cela apaisant. 

« C’est ce côté-là qui ressort quand tu réussis brillamment ces tests sur la détection de l’autisme. »

Bref.

« C’est pour cela que ton arc-en-ciel avait cette forme. Tu aimes ce qui est net et carré. Tu n’aurais pas apprécié dessiner un arc approximatif à main levée. Tu aurais utilisé un compas ou tu serais partie sur autre chose.

Tu te serais énervée avec un arc-en-ciel approximatif. C’est moche, je n’arrive pas, aurais-tu dit. Ce n’est pas que tu n’arrives pas à dessiner des pommes c’est que tu ne supportes pas de ne pas pouvoir les faire parfaites dès le départ.

Et tu trouves profondément vain de reproduire à l’identique ce que les yeux voient alors que tu sens le monde en énergies.

En clair, reproduire t’ennuie. Comme beaucoup de choses t’ennuient. Tu fais avec mais là où tu n’es pas obligée, tu n’arrives pas à faire avec. »

Tu es en train de me dire que j’allais au burn-out ?

« Les figures géométriques sont nettes, mathématiques et parfaites. C’est ce qui les rend belles. Tu aimes ce qui n’est pas contestable. Un triangle est un triangle.

Point.

C’est comme ça que fonctionne ton ego, il compense ta propension naturelle à sentir les énergies en t’éduquant à voir aussi avec les yeux.

Tu dessines des formes géométriques pour rester ancrée dans des énergies proches de la terre lorsque tu aimerais bien te laisser gagner par la « vision » en énergies.

Dépasser le stress d’une manière générale est difficile pour vous. Sauf quand il devient un carburant.

Mais ton corps réagit en poussant tes allergies et intolérances. Oui, tu allais au burn-out et ton médecin traitant te l’avait dit.

Tu as juste besoin d’une pause. Pour te rendre compte qu’ailleurs existe bien, tout proche et que c’est là que pourrait se trouver la solution que tu cherches. »

Ailleurs où ?

« Finis tes calendriers. »

Merci à toi.

Belle journée à tous ;)

 

« Passe ton chemin »

Bonjour à tous,

« Donc tu nous demandes de l’aide ? », me demande Roéchel.

Oui, je te remercie d’avoir répondu. 

« Quel est ton problème ? »

En fait ce n’est pas le mien. Cela fait plusieurs fois que des tiers me font part de ce cas de figure qui n’a rien de rare sur le plan sentimental.

« Celui que toi tu trouves aussi facile à comprendre qu’à gérer. »

Justement, je ne souhaite pas expliquer les choses comme moi je les vois. Ce cas-là c’est celui où j’entends, passe ton chemin. Mais les gens, ils n’ont pas d’Elédahiel.

« A ce sujet, il y a cet homme qui ne risque pas de t’apporter quoi que ce soit qui cherche un moyen de revenir à la charge. Tu vois de qui il s’agit. Il n’y a rien à espérer, il cherche simplement de bons moments en-dehors de son foyer. Il n’a rien à t’offrir. Passe ton chemin. »

Ne t’inquiète pas, je le vois venir depuis un moment. Je peux te dire que lui non plus n’a rien à espérer. Tu as vu, maintenant j’arrive à voir quand on s’intéresse à moi, je suis contente !

« Tu n’as jamais été très forte sur ce plan. »

C’est bizarre, non ? Mais c’est en train de changer ! Maintenant je vois !

« Ah oui ? »

Oui.

« Avant que ce ne soit flagrant ? Et avant qu’un tiers n’attire ton attention ? Comme ton frère en Estonie qui avait remarqué que le guide te regardait beaucoup. Tandis que tu t’extasiais sur la visite et ne songeait qu’à prendre des photos. »

Non mais c’est depuis peu de temps !

« Je crains que rien n’ait changé à ce niveau. Tu n’es pas forte sur ce plan. »

Comment font les autres ? 

« Ils n’ont pas d’Elédahiel et ne rêvent pas d’une histoire potentielle avant même de rencontrer la personne en cause. Ils se fient majoritairement à ce que vous appelez l’alchimie. Tu ne crois pas à l’alchimie. »

Dans un couple ? Toutes les rencontres ne sont pas des rencontres d’âmes. L’ego aussi flashe sur X ou Y. Voilà pour cette histoire d’alchimie.

« Tu es dure. »

Ok, rappelons simplement que parfois, une parfaite correspondance des énergies sexuelles peut faire croire qu’il y aura plus. Mais pour plus, il faut une correspondance spirituelle. Aussi.

Donc, quand c’est l’ego qui flashe, on va rarement en profondeur. Après, ça peut suffire pour un couple, pendant un bon moment en plus. Il suffit que les deux veuillent.

Mais cette direction-là, je la connais de loin uniquement. Autant je peux creuser beaucoup de sujets, autant là, je sèche. Je ne sais pas ce qu’il y a à gagner dans cette situation. Je ne vois se dégager aucune énergie proche de celles qui me nourrissent, moi. 

Si je ne peux pas lire des énergies, je ne peux développer un sujet.  Mais toi tu peux nous dire ?

« Ce que tout le monde sait, sans profondeur des sentiments, tout n’est bâti que sur du vent. Et d’une vie sur l’autre ne reste qu’une sensation de gâchis déjà perceptible par les personnes qui vivent cette situation. »

Bon, de toute façon ce n’était pas le sujet que je souhaitais aborder.

« Cet homme ne t’apportera rien. Il cherche à savoir ce qui serait possible. Cela flatte son ego et entretient son sentiment de puissance personnelle.

Cela fait du bien à certains niveaux. Si tu rentrais dans son jeu il serait content.

C’est comme ça que vous faites, vous entretenez cette flamme de l’illusion. Je suis là, je suis peut-être à toi, peut-être. Tends la main…

Quand c’est ce que vous voulez entendre vous tendez la main et l’autre en face la retire car il ne veut pas aller au bout, il a juste besoin, d’entretenir son jardin. 

Avec tes mots à toi ? »

Il n’y a rien à espérer. Il y a des personnes qui ne sont pas satisfaites de leur vie mais qui au fond refuse de modifier le comportement qui fait qu’elles ne pourront jamais être satisfaite de leur vie.

C’est plus facile de charmer et d’entretenir cette « flamme » en rappelant à l’occasion qu’on est là, qu’on pense à…

C’est tout. 

C’est moche quand on a cru à la sincérité de cette personne mais, c’est là tout le problème, ceux qui agissent ainsi ne sont pas sincères justement. Ils entretiennent juste leur jardin, c’est vraiment ça.

Il y a des moments où on n’est pas capable de laisser parler son âme sur le plan sentimental. En fait, une majorité de moments. L’âme sait ce qu’elle veut. Et elle vous enjoint à tenir compte de ce qu’elle veut. Elle ne connait pas le temps tel que nous le vivons. Elle ne connait pas la distance non plus.

Elle ne considère que sa réalité. Et si sa réalité c’est qu’elle veut être avec X, elle n’acceptera rien d’autre. Mais vraiment rien d’autre.

Si bien que la plupart du temps, c’est l’ego qui flashe. Et vous allez rire, moi je croyais que tout le monde avait conscience de cela. Parce que pour moi, c’est cela qui est une évidence.

Pour moi, le cas de figure où quelqu’un nous fait languir est un cas facile à comprendre et gérer.  Tant que l’on est dans le cas de l’ego qui flashe.

Car l’âme qui ne connait ni temps ni distance est dotée d’une mémoire implacable.

Elle se souvient de chaque rencontre marquante, peu importe les vies écoulées. Et elle aime nous rappeler qu’il y a eu rencontre marquante dans notre histoire.

Ainsi, il arrive que l’ego flashe parce que l’âme lui dit oh mais, souviens-toi, tu connais Untel déjà.

Cela génère une correspondance spirituelle. 

Alors me direz-vous, si c’est une nouvelle rencontre qui est marquante ? Eh bien souvenez-vous, l’âme ne connait pas le temps. Ce qui arrive aujourd’hui est ce qui est arrivé hier ou ce qui arrivera demain.

Quand bien même ce serait la toute première rencontre, votre âme sait combien il y en aura au total et toutes ne font qu’une à ses yeux.

C’est la magie de la correspondance spirituelle. Tout se confond et on est incapable de comprendre ce qui nous arrive ou de discerner quoi que ce soit car nous on se mélange et on n’arrive pas à lire les énergies si parfaitement vu que notre ego lui a besoin de ses repères temps et espace.  

Mais même dans ces cas, plutôt nombreux, tant que l’ego est capable de flasher par lui-même, ce n’est pas l’âme qui dirige la vie sentimentale. Et là je suis sure que vous êtes nombreux à penser, heureusement.

Parce qu’elle est de loin plus exigeante.

Du coup, la vérité c’est que tant que vous vous demandez, est-ce Untel (Unetelle) ? 

« La réponse est évidente. Car l’âme ne se pose pas de question, elle détient toutes les réponses.

Tu n’as jamais douté que Lauviah était ton âme liée, pourquoi ? »

Je ne savais pas au départ, un jour j’ai comme ouvert les yeux lol.

Toutes ses énergies me sont agréables et le fait qu’il n’ait pas d’ego amplifie ce phénomène.

« C’est parce que vous êtes toujours amoureux l’un de l’autre même si cela n’a plus le même sens. »

Je sais. Et ce n’est ni triste ni gênant.

« Parce qu’il n’est pas en attente d’incarnation. Il n’a plus d’attente à combler. »

Mais moi si.

« Oui. »

Bon.

« L’âme se souvient de tout mais vous avez la possibilité de transformer les énergies en vivant et aimant. En pardonnant. En acceptant ce qu’il faut laisser aller également.

Mais surtout en vous aimant. Vous êtes nombreux à vouloir que l’on s’occupe de vous. Affectivement.

Vous avez besoin qu’un tiers vous aime. Vous fasse sentir que vous êtes spécial.

C’est l’ego qui a besoin de cela. Ce n’est jamais l’âme.   

Or du moment que vous espérez qu’Untel vous fasse vous sentir spécial, vous êtes mûrs pour tomber dans le piège de celui qui cherche à entretenir son jardin.

Le fameux décalage. Certains de tes lecteurs ne comprennent pas pourquoi tu es célibataire. Peut-être comprendront-ils mieux après lecture de cet article.

Toi, ce que tu ne comprends pas, c’est pourquoi se précipiter vers des histoires qui ne peuvent apporter que 50 à 60 % d’énergies lauviesques quand il est possible d’avoir 80 à 95 %. »

Lol !!!!

« Ni temps ni distance ni frustration. Ce qui est, est. Acquis pour toujours et à jamais.

L’enfer au sens propre pour des âmes liées qui ne sont pas prêtes à assumer la réunion.

La norme pour les autres et la norme ce n’est pas le paradis. C’est juste la matérialisation de l’évidence. Ce qui est simple pour l’âme ne l’est pas pour l’ego.

Tout un nouvel univers apparait, auquel vous n’êtes pas habitués et c’est là que vous devez désormais vivre et évoluer.

Temps, distance et frustration se rappellent à vous au quotidien et vous devez trouver le moyen d’avancer ensemble car vous ne pourrez pas aller sans l’autre.

Même les enfants sont ici une complication non négligeable puisqu’ils vous empêchent d’être deux et alors même que vous savez pourquoi vous êtes heureux d’être trois. Ou quatre.

Peu importe. Vous voudriez être Un. C’est cela la réalité de l’âme qui aime. Quand bien même elle aurait 50 âmes liées, elles ne forment toutes qu’Un réunies dans cet amour particulier.

L’ego ne connait pas Un, il ne connaitra jamais Un. Jamais.

C’est ce que toi tu as toujours su, toujours. C’est ce qui est l’évidence à tes yeux. Ce que tu ne cherches pas. Un.

Parce que tu sais « où » le trouver.

Voilà pourquoi tu n’es pas forte pour repérer qui s’intéresse à toi.

Tu repères ce qui a de l’intérêt pour toi. »

Merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)          

Maisons, ronds, sapin…

Maisons, ronds, sapin... dans Créations 17110409355517181815355392

Bonjour à tous,

« Bon, tu as pris ta décision pour le calendrier de l’avent, des petites maisons ou des ronds ? », me demande Elédahiel.

J’hésite encore…

Il faudrait 25 maisons. Les ronds seraient bien plus vite réalisés. Par contre j’ai pris ma décision pour l’intérieur, ce sera des bonbons !

Oh mais j’ai une autre idée, pourquoi pas un sapin avec plein de petites boites cadeaux ? Je me demande si je ne vais pas retenir ça. 

« Qu’est-ce qui sera le plus joli, le sapin ou le petit village ? »

Je ne sais pas…

« Un sapin est-il bien nécessaire quand tu habites une zone géographique où ils ne poussent pas ? Il n’y en a pas par chez toi. »

Jamais je n’arriverai à reproduire un filao. C’est le seul arbres à aiguilles. Enfin, ça y ressemble un peu… 

Donc plutôt le village. 

« Peut-être est-il possible de trouver un compromis amusant et original qui te ressemble. »

Un bouquet de roses ? Mais je n’ai pas de fil de fer pour les tiges. Astaroth m’a mise au défi de n’utiliser que ce que j’ai déjà à la maison…

Il faut que j’utilise essentiellement du papier. J’en ai de plusieurs sortes, ce ne devrait pas être un problème.

« Ce n’est pas très original un sapin entouré de cadeaux. »

Le petit village ce serait mieux.

« Peut-être y a t-il d’autre idées à explorer. »

Je sèche.  

« Tu n’es pas obligée de reproduire quelque chose qui existe réellement. »

Je vais y réfléchir…

« Tant que tu t’amuses, souviens-toi bien que c’est cela le plus important. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)

L’enseignement du faon

L'enseignement du faon 17110409363317181815355399

Bonjour à tous,

« Donc le médecin t’a dit de faire un enfant et de faire pratiquer ensuite l’hystérectomie. Ce serait la meilleure option, ma douce enfant. », me dit Elémiah.

Ce n’est pas ça que je veux. D’abord je vais garder mon utérus. Ensuite, je vous ai dit que je ferai enlever les fibromes avant de tomber enceinte. Avant.

Il n’y aura pas d’hystérectomie. C’est vous qui disiez l’autre jour de ne pas m’imposer d’opération non nécessaire !

Il n’y aura pas d’hystérectomie. Je ne ferai enlever que les fibromes.

« Ils reviendront. Suis les conseils de ce nouveau médecin, fais un enfant, ou deux et fais enlever l’utérus. »

Non. Les fibromes disparaissent tous seuls après la ménopause.

« Lentement. Vois la cousine de ta mère. L’hystérectomie est l’option la plus simple. »

Tu me dis de me faire mutiler ! Je ne veux pas. Et puis c’est comme si tu me demandais de faire enlever mes seins. Je ne veux pas.

« Je ne te dis pas de le faire maintenant. Je te dis de le faire quand tu auras eu un enfant ou quand tu auras décidé si tu veux en avoir ou pas.

En outre la capacité à procréer n’est pas ce qui définit une femme. »

Je le sais. Je veux garder mon utérus quand même.

« Ces fibromes te donnent mal au dos quand tu as tes règles et leur présence accroit tes difficultés à digérer. Ces difficultés pourraient être moindres. Tu veux que nous explorions ensemble ta vision de la féminité ?

Il y a différentes manières de mettre au monde. Symboliquement en outre. »

Je ne veux pas, c’est inutile.

« C’est vrai ? »

Oui. Je garde mon utérus et on change de sujet.

« Pourquoi est-il important de le conserver ? »

Parce que. Je vais juste faire enlever les fibromes.

« Tu as eu des tendinites à cause des fibromes. »

J’ai dit que je voulais les enlever.

« Puisqu’une opération sera nécessaire, pourquoi ne pas choisir celle qui offre la garantie de ne plus rencontrer ces problèmes que tu connais ? »

C’est une mutilation !

« C’est ainsi que tu vois les choses ? »

Oui.

« Bon. N’en parlons plus. De toute façon, tous les médecins disent qu’il faudra une opération, le moment venu tu sauras ce qui est le mieux pour toi.

Changeons de sujet, tu as l’air d’avoir du mal à accepter le diagnostique de rhinite chronique, pourquoi donc ? »

Comment ça chronique ? Ca ne va pas passer, c’est ce qu’il faut comprendre ? Cela fait un an que je traine ces problèmes d’allergie et voilà ce qu’elle me dit, rhinite chronique et elle me donne un énième traitement palliatif quand ce que j’espérais c’était voir le bout !

En plus, mon hyperacousie ne va jamais revenir au stade d’avant ces allergies stupides avec une rhinite chronique puisque cela fragilise aussi mes oreilles !

Donc, je reste comme ça ? Tout le reste de ma vie ?  Il y a des moments où j’ai du mal à respirer ! Respirer !

Regarde, le ventilateur est au niveau 1, à côté de moi et le vent au niveau 1 me fait mal à l’oreille. Je suis supposée crever de chaud ?

« Ce ne sont que des mots. Ton odorat n’a pas bougé. Ton audition non plus. Tu as moins mal au sinus avec un traitement et donc tu peux vivre ta vie tranquillement. »

J’espérais que je n’aurais plus besoin de traitement ou de bouchons d’oreille.

« Est-ce si grave ? Tu n’as plus mal à la tête, regarde. »

Oui mais ça va revenir alors ?

« Tu reprendras un traitement pendant quelques jours. En outre, plus tu seras détendue, mieux tu te sentiras. »

Tu médites avec moi ? Chaque soir ?

« Il y a mieux pour toi que la méditation. Cueille une fleur chaque jour. »

Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Tu comprendras. Petit à petit. Et tu le feras avec joie. »

Je vais acheter une housse anti-acariens.

« Tu es toujours dans la résistance. Alors que tu pourrais profiter du fait que tu n’es pas allergique au pollen. Tu ne voudrais pas avoir la conviction que la vie est simple et facile ?

Elle le devient quand vous n’êtes plus dans la résistance permanente. 

Pourquoi ne voudrais-tu pas avoir un enfant tout de suite si tu rencontrais la bonne personne comme vous dites ? »

Parce que je ressens le besoin de souffler en fait. Et je ne souffle pas quand je vois que j’ai des ennuis de santé certes mineurs mais bien là. Je ne souffle pas quand je vois que je ne suis pas satisfaite de l’évolution possible de ma carrière. Je ne souffle pas quand je vois que c’est moi que ma sœur appelle quand elle a besoin d’être rassurée sur la santé de notre mère. Je ne souffle pas quand c’est encore à moi que mon père reproche de ne pas lui poser de questions sur ses projets personnels parce qu’ils n’intéressent pas ma mère.

Je voudrais qu’il y ait une période sans enfant dont il faut s’occuper parce que je n’ai plus envie de m’occuper de qui que ce soit. Voilà.

Je ne souffle pas et j’ai des problèmes respiratoires, c’est comique…

Depuis que je me promène à droite à gauche, tout le monde veut venir. Et je constate que c’est quand je me promène seule que je me sens le mieux. Parce que les gens, ils viennent avec leurs vilains paquets.

Alors que les miens, ils deviennent légers près de la plage ou devant le coucher de soleil.

Je suis capable de me ressourcer toute seule.

« Oui, mais c’est rare et c’est très difficile pour la majorité des gens. Effectivement c’est seule que tu te ressources le mieux. Ou dans une bulle agréable ce que tu ne peux créer que dans certains contextes. Dans le cadre d’un couple uni, c’est effectivement faisable. 

Toutefois, est-ce que tu laisserais quelqu’un d’autre s’occuper de toi ? »

Bien sûr.

« Vraiment ? Parce que tu ne pourras jamais maintenir la bulle et t’occuper de tout. »

J’aime mieux quand c’est moi qui gère les choses.

« D’où les fibromes. Si quelqu’un s’occupait de toi, la vie paraitrait plus simple. »

C’est ça le sens du faon, non ? Il est arrivé, il est près de moi depuis aujourd’hui et c’est la tortue qui prépare son départ…

C’est ça la symbolique de l’homme riche, je ne comprenais pas pourquoi vous employiez cette image.

Je ne rencontre pas trop ce type d’hommes tu sais.

« C’est arrivé, tu ne l’as pas su parce que tu n’étais pas intéressée. Imagine, un homme riche, généreux et gentil avec toi parce que de toute façon, lui aussi tient à ce que tu maintiennes la bulle en place. »

Lol !!!!

« Regarde autour de toi, énormément de gens ne sont pas capables de créer ce type de cocon pour eux-mêmes ou ceux qu’ils aiment. Toi tu sais le faire. 

L’idéal ce serait que tu puisses. Et tu vois que tu n’y arrives pas quand tu as trop de choses en tête.

Tu es à bout de souffle, au sens propre comme au figuré.

Tu fais des efforts pour calmer le jeu, lesquels sont mis à mal par l’impossibilité pour d’autres de se retrancher dans leurs propres cocons. Ils ne savent pas les créer.

Il y a plus simple que la résistance constante aux vents. C’est ce que t’enseignera le faon.

Plus tard, je reviendrai vers toi afin que nous ayons une autre discussion. C’est encore tôt. Profite de la vie. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)                 

Life in slow motion

Life in slow motion dans Détente 17110208110817181815351938

Bonjour à tous,

Les jours où l’on ne travaille pas, il peut-être bien difficile de faire ne serait-ce que le quart de ce qu’on avait prévu. Comme aujourd’hui. 

Ce sont les fameux jours pyjama. Non pas qu’il soit si difficile de se rendre à la salle de bain. D’autant que j’ai pris la peine de repasser. Mais c’est drôle, les jours comme aujourd’hui, le canapé ou le lit semblent plus attirants que n’importe quoi d’autre. Surtout avec une collection de films à portée de mains. Ou une série sympa qu’on n’a pas vu depuis longtemps ou un documentaire intéressant.

Du coup, on repousse tous les projets à plus tard, plus tard et la journée passe.

Bien vite.

Doit-on culpabiliser ? Je ne crois pas. Les bons moments sont composés d’instants qu’on apprécie, c’est surtout cela qui compte je crois.

Donc je retourne à mon canapé.

Bonne journée à tous ;)  

Calendrier de l’avent

Calendrier de l'avent 17110207522617181815351895

Bonjour à tous,

Bon, je suis actuellement en quête d’idées pour créer mon calendrier de l’avent.

« Qu’est-ce que cela représente pour toi ? », me demande Elédahiel.

L’occasion de passer un moment agréable sur un projet créatif et l’occasion d’avoir une « surprise » tous les matins pendant plusieurs jours ! Que du bonheur !

« N’y a-t-il pas une dimension autre, à ce type de projet ? »

Si, mais moi je ne suis pas catholique. J’aime juste les calendriers de l’avent. Depuis que je suis petite. Tu te souviens des boites que j’engloutissais en une fois ? Je m’en souviens moi. Ma mère aussi…

« Normalement c’est une case par jour. »

Tu sais bien ce que je pense des règles.

« De celles qui ne t’arrangent pas. »

On ne change pas, on peut juste modifier son comportement.

« Veux-tu modifier le tien ? »

Si personne ne m’offre de calendrier de l’avent contenant chocolat ou produits de beauté, ce serait envisageable.  

« Tu veux un calendrier de l’avent avec des produits de beauté ? »

Tu sais bien que j’adore les coffrets de produits de beauté. Justement j’en ai repéré quelques uns. C’est comme les calendriers de l’avent remplis de bonbons pour mon moi adulte !

« Pour toi les fêtes de fin d’année sont juste l’occasion de s’amuser, tu n’y vois pas de dimension spirituelle ? »

La date de noël a été choisie pour faire oublier aux Païens les fêtes qu’ils pratiquaient à cette période. Jésus n’est pas né le 24 décembre. 

Et quand bien même, je ne crois pas à l’Immaculée conception. Ni au fait qu’il ait fallu racheter les fautes des hommes. Ce qu’on appelle pêché.

Même vous ne me parlez jamais de pêché.

L’une des premières choses que j’ai entendu peu après que j’ai accepté que le monde ne se résumait pas à ce que je voyais est, le bien et le mal n’existent pas. L’autre était le temps n’existe pas.

Partant de là, d’une part il n’y a pas de faute à racheter et d’autre part ce serait vain, car tout existe sur un même plan.

« Pourquoi refuses-tu de croire à l’Immaculée conception ? »

Le Sacré se trouve aussi dans l’union d’un homme et d’une femme qui en s’aimant conçoive un enfant. Le Sacré existe ici aussi et nous est accessible quand nous sommes pleinement nous-mêmes, dans la matière.

Il n’y a rien de sale, d’avilissant, de dégradant dans un échange sexuel consenti entre deux personnes qui reconnaissent en l’autre ce que leur cœur désire et recherchait.   

Le Sacré se révèle dans l’amour. 

Dès lors, c’est la conception elle-même qui est importante. Issue d’une union charnelle, elle demeure sacrée. 

D’ailleurs, c’est quand on ouvre nos cœurs que l’on se rapproche le plus de la Source de nos vies.

C’est là qu’est le Sacré. Il n’est pas loin de nous, inaccessible, sauf après des efforts incommensurables…

Je ne crois pas ce genre de choses. Moi je pense que le paradis peut se trouver ici. Je pense que tout le monde n’est pas destiné dans cette existence à suivre le chemin de dépouillement intérieur qui conduit à vivre des orgasmes sous une autre forme et surtout à un niveau essentiellement spirituel.

Alors pourquoi tout le monde devrait-il regarder dans une telle direction ? 

Je pense que le Sacré peut se trouver aussi bien dans la façon dont on s’occupe de ses fleurs que la dans le choix de placer en une autre personne tous ses espoirs sur le plan amoureux.

Pourquoi je prends un tel comparatif, il y a une espèce de fougère ici, la sensitive, qui se ferme quand on la touche. Mais un homme, passionné, est parvenu à en cultiver une qui à son seul contact ne se ferme plus. 

Je pense que chacun peut à sa manière révéler et exprimer le Sacré.

« Chacun peut le révéler, le cultiver ou l’enfouir en lui-même. Le sexe entre deux personnes consentantes ne dégagent pas toujours le même type d’énergies. »

Chacun sait ce qu’il cultive dans son jardin. Chacun sait ce à quoi il adhère. C’est là l’importance du fait que le bien et le mal n’existent pas.   

Chacun doit pouvoir assumer ses choix. Celui qui consent sait ce qu’il fait normalement. C’est à lui (ou elle) de savoir ce qu’il recherche et ce qu’il souhaite voir pousser dans son propre jardin.

C’est vrai, par moments c’est plus simple de suivre des règles. Mais tu vas à dire quelqu’un, ne trompe pas ton conjoint, alors que cela sonne creux en lui, en quoi cela va-t-il lui permettre de se sentir en phase avec lui-même ?

En quoi cela va-t-il lui permettre de se voir comme il devrait se voir ? En quoi cela va-t-il lui permettre de de trouver sa propre foi ?

Si cette personne ose aller au bout de ce qu’elle est et accepter la façon dont elle souhaite vraiment vivre, c’est sûr il y aura de la casse autour d’elle. Jusqu’à ce qu’elle comprenne que ce qui lui convient n’est peut-être pas le modèle prôné et qu’elle l’accepte.

Tout le monde n’est pas réellement fait pour rester dans un schéma de famille et de couple, tout le monde n’est pas fait pour s’épanouir dans ce modèle-là.

Après, tous les partenaires potentiels n’accepteront pas ce que cette personne leur proposera. Mais le temps et la vie aidant, elle trouvera plus facilement des personnes qui partageront sa vision de l’échange sentimental. Laquelle par ailleurs évoluera.

Je suis bien persuadée que le Sacré ne se révèle que lorsque nous sommes pleinement nous-mêmes et l’exprimons. Bizarrement tout devient simple alors. Même si ce n’est que dans un domaine donné.

Nous ne déployons pas les mêmes énergies quand nous donnons ce que nous avons de plus pur que quand nous agissons dans un but donné et cela ne me choque pas.

« Il y a ce trou que certains cherchent à combler toute leur vie durant. »

Je ne cherche pas moi et je n’ai ni conjoint ni enfant ni maison…

Non pas que je ne veuille pas tout cela, je veux juste dire que certains se cassent mal la tête. Parfois, juste en s’occupant des fleurs…

« Ou en tenant un blog. Mais quand il n’y a ni fleur ni blog ? »

Personne ne s’intéresse à rien. Tout part de soi. Toujours de soi. 

« Donc, tu vas acheter un de ces onéreux calendriers de l’avent empli de produits de beauté que tu ne peux pas choisir malgré ta peau sensible et surtout contenant plein de produits en format échantillon ? »

Mais tu gâches tout le plaisir Elédahiel !!!

« Achètes-en un avec du chocolat. Noir. Ou des pâtes de fruits. »

Je ne suis pas trop pâtes de fruits…

« Nous avons hâte de voir celui que tu créeras. Que mettras-tu dedans ? »

Des messages inspirants, un pour chaque jour ! Parce que si j’y mets des bonbons, le pauvre ne fera pas long feu.      

« Tant que tu t’amuses. »

Merci à toi. 

Et cette semaine, on se promène au Diamant.

Belle journée à tous ;)

Nouveau jour

Nouveau jour dans Mes poèmes 17102911502017181815345937

Dans un murmure transporté par le vent,

Est annoncée la grande nouvelle,

L’heure est à la Lumière, enfin,

Meurent la nuit, les ténèbres et le froid.

Nouveau jour.

Le calme de la prairie

Le calme de la prairie dans Amour physique 17102911385117181815345859

Bonjour à tous,

« Donc tu veux savoir comment ça se passe pour les personnes qui ont connu un souci avec leur âme liée mais qui ne passent pas par le même chemin de guérison que toi ? », me demande Elédahiel.

Oui.

« Les gens se retrouvent, sur plusieurs vies. Dans toutes les configurations possibles, ils peuvent appartenir à une même fratrie par exemple. C’est de loin le chemin le plus long.

Ils peuvent se croiser et se recroiser. Être amis. Être amants. Ce sont les chemins les plus douloureux car les gens se trahissent toujours au bout d’un moment ou font espérer l’autre. Tu te souviens de Brokeback Mountain, c’est ce genre de chemin. Même si dans un cadre hétérosexuel, c’est ce genre de chemins.

Ils peuvent être parents. Un chemin intéressant et enrichissant. Ce n’est pas celui qui est le plus choisi.

Vous êtes nombreux hors incarnation à vous dire que vous préférez la passion. Le feu qui brûle et qui transforme est une flamme parfaite.

Regarde autour de toi, elle n’apparait pas souvent.

Vous connaissez mieux le feu qui consume. » 

On préfère amis ou amants.

« Voilà, pour la majorité d’entre vous, vous préférez amants. Mais cela vaut lorsque les deux intéressés veulent arranger les choses.

Ce n’est pas toujours le cas. Parfois seul un deux veut tout arranger. Et tu sais déjà ce qui se passe alors, tu as vu le cas très souvent quand tu donnais des consultations.

Le temps peut paraitre très long.

Dans ton cas vous n’étiez pas deux à vouloir que la situation s’arrange. Tu aurais choisi la colère s’il n’y avait pas eu Lauviah. Qui a recueilli ton cœur meurtri et est allé l’enterrer quelque part dans le désert tandis qu’il t’invitait à t’installer chez lui.

L’avantage d’avoir une âme liée non incarnée, tu n’es pas la seule dans ce cas.

Il t’a proposé de t’aider à guérir avant de t’incarner et tu as accepté. Il y avait une condition pour qu’il t’aide, tu devrais par la même occasion permettre la transformation de la totalité des énergies « viciées ». Les tiennes et celles de ton autre âme liée.

Il te proposait de choisir le pardon de cette manière, tu as accepté parce que c’était le chemin de la paix pour toi. Tu es proche de la Lumière, il t’était plus facile de voir ce que le pardon t’apporterait.

C’est encore Lauviah qui est allé récupérer ton cœur et te l’a rendu dans une vision dont tu te souviens. »

Oui.

« Le calme de la prairie, plus de colère, plus de rancune, plus de souffrance inutile. Mais ni rire ni complicité, juste le calme.

Le manque ne se manifeste plus par le vide mais par le désir au bout d’un moment.

Le désir de quelque chose d’indéfinissable, que tu ne saisis pas. Pourtant bien là. 

Le calme de la prairie qui permet de revoir et ré-apprécier les couleurs du jour devient doucement moins agréable à mesure que tombe le soir.

Nuit légère qui s’ensuit, arrive l’instant où il faut repartir.

Vers des contrées moins calmes mais peut-être plus belles encore.

L’un de vous souhaitait revoir l’autre car plus mature dans sa spiritualité et doté d’un ego mieux maitrisé. Cela dû à quelques vies supplémentaires passées seul, tandis que tu profitais de l’hospitalité de Lauviah.

Nous t’avons rappelé le véritable contexte. Certaines choses n’étaient pas permises durant la période de l’esclavage. Et tu as compris ce qui s’est vraiment passé.

S’il ne s’était pas suicidé il aurait été tué. Et tu n’avais plus d’alternative non plus avec cet enfant qui grandissait en toi.

La blessure était également liée au contexte. Tu n’avais aucun moyen de faire triompher cet amour que tu parviens à partager ici.  

Pas comme tu l’aurais voulu alors. Vous auriez pu accepter, chacun. Votre puissance spirituelle se serait développée. Vous auriez vécu des destins séparés toutefois vous auriez chacun eu l’occasion de vous réaliser.

Ce n’est pas ce qui s’est passé, ce n’est pas grave. Tu es là, aujourd’hui. Vis. 

Tu ne vas pas voir Kingsman ? »

J’hésite…

Il parait que le 2 est moins bien que le 1.

« Vas-y, tu ne voulais pas voir Seven sisters et tu as beaucoup aimé. »

Oui c’est vrai, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

   

Quelque chose de beau

Quelque chose de beau 17102910590417181815345724

Bonjour à tous,

« Donc tu as un joli projet créatif pour la semaine. », me dit Elémiah.

Oui ! Je l’ai trouvé ce matin en regardant Giada sur My cuisine.

« Mais il ne s’agit pas de cuisine. D’ailleurs tu as cessé de l’écouter quand elle s’est mise à parler de dinde et de fenouil. »

Chez moi personne n’aime l’anis en cuisine. Inutile d’y songer. Alors que j’adore moi mais ce n’est pas grave, il y a du fenouil dans mon thé. Et j’ai de l’essence de badiane. Je vais faire des biscuits à l’anis tient !

« Tu aimes l’anis, pas la fleur d’oranger. »

Beurk.

« Comme les courgettes. »

J’ai essayé les courgettes. Beurk.

« Dans la soupe. Par exemple. »

Peut-être…

« Donc tu as trouve un joli projet créatif. »

Oui, il s’agit juste d’un arc-en-ciel. Je suis contente, je n’ai pas à prendre de cours pour faire un arc-en-ciel.  

« Mais on dirait que le projet s’est déjà complexifié ? »

Légèrement, toutefois il ne requiert pas encore le niveau de mon frère lol. 

« Ton frère réalise de très belles œuvres. »

C’est clair.

« Ceci dit, tu vas juste dessiner ? »

J’ai prévu un arc-en-ciel quelques nuages et un soleil. Je pense que je vais m’en sortir. Il s’agit simplement de se rappeler que chaque jour est destiné à être une belle journée. 

Donc le dessin sera assorti d’un texte. Mais ce sera joli tu verras.

« Donc il ne s’agit pas juste de dessiner, tu as une vision derrière. »

Une petite, je ne m’appelle pas Picasso ! Et puis tu sais que j’aime quand je peux aussi exprimer ma spiritualité. Donc il y a une petite vision derrière oui, rien de transcendant. Juste le rappel que chaque jour est destiné à être une belle journée.

« Tu présenteras cette œuvre sur ton compte Instagram ? »  

Si j’étais mon frère je le ferais. Je vais lui dire de créer un compte insta, tiens…

« Ce n’est pas à ton frère que je m’adresse mais bien à toi. »

Moi ? Il s’agira juste d’un petit arc-en-ciel avec quelques nuages et un soleil. Je pense que ce ne sera pas nécessaire.

« Je te propose un marché, tu acceptes ? »

De quoi est-il question ?

« Nous coupons ton inspiration jusqu’à ce que tu te sentes prête à te laisser porter par le courant des idées qui passent et du partage universel. »

Et pourquoi j’accepterais ?

« Disons que nous ne te laissions pas le choix. A moins que tu ne décides que tu présenteras cette œuvre sur ton compte insta. »

Mais si je fais ça les gens vont la voir !   

« Tu as dit que tu as une vision derrière cette œuvre, tu ne veux pas la partager ? Tu partages tes idées ici aussi. Il y a des gens qui te lisent. »

Oui mais ici j’ai l’habitude.

« L’habitude viendra. Alors, qu’est-ce que tu choisis ? » 

Et si je rate et que c’est moche ?

« Tu recommenceras jusqu’à ce que tu sois satisfaite et que ce soit beau. »

Aussi…

« Donc ? »

J’hésite.

« J’ai tout mon temps. »

Lol !!!

Sans inspiration je ne peux même plus écrire Elémiah !

« C’est vrai. »

Et si je n’arrive pas à faire quelque chose de beau ?

« Tu disais que tu sentais cette œuvre à ta portée. »

J’ai dit ça ? Bon. Ce n’est pas pire que dessiner des pommes. Au moins c’est mon idée. D’accord. 

Même si…

« Même si tu vas prendre ton temps et suivre tes envies, simplement. Laisse-toi guider par ta vision. »

J’aimerais être comme mon frère là maintenant. Mais je sais que c’est parce que je ne me fais pas confiance. Pour cette seule raison, je me dis que je vais le faire.

Je vais développer et reproduire la vision que j’ai en tête. Et je lui montrerai ensuite ! Pour changer lol.

« C’est bien. Prends ton temps et amuse-toi surtout. Amuse-toi bien. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)      

Je lui dirai, à tout à l’heure

Je lui dirai, à tout à l'heure  dans Amour physique 17102903405417181815344792

Bonjour à tous,

« La curiosité t’a poussée à lire cette BD mais tu as eu du mal à comprendre l’importance des enjeux pour l’auteur. », me dit Elédahiel.

Oui, en fait elle évoque un univers qui ne m’est pas du tout familier. La BD c’est Assignée garçon, elle est en ligne pour ceux qui souhaitent la découvrir.

« Tu ne savais pas qu’il existait un mot pour désigner les personnes comme toi, non transgenres. »

Je vais te le dire franchement, dans ma tête il n’y avait pas de besoin de définir les personnes non transgenres. Pour moi et au risque de me prendre une volée de coups, il s’agissait juste de la norme. Je voyais les transgenres comme des exceptions.

La première fois que j’ai vu le mot cisgenre, je me suis demandée ce que cela voulait dire. Mais dire que la norme est de ne pas être transgenre implique que ceux qui ne sont pas dans la norme ont un problème.

Or c’est là le combat de l’auteur, elle veut faire intégrer au plus grand nombre que les personnes transgenres sont elles aussi des personnes normales.    

La BD est sympa. Bien que finalement se sont souvent les personnes cisgenres, on va reprendre le terme, qui sont décrites sans nuance. Moi par exemple, j’étais très loin de me douter de la souffrance que pouvait impliquer le fait d’avoir la certitude de s’être vu attribué le mauvais genre à la naissance.

Je n’ai jamais ressenti ce type de dilemme. Je suis très heureuse d’être une femme. 

Et pour moi être une femme c’est se sentir femme et avoir un corps de femme. Pour moi c’est un tout. C’est là que j’ai du mal avec le propos de l’auteur. Elle soutient que les parties génitales ne devraient pas être genrés.

Je ne suis pas d’accord. A ce moment-là pourquoi certains ressentent-ils le besoin de changer de sexe alors ou de prendre des hormones ?

Le fait que les personnes transgenres sont des personnes normales ne me choque pas. Je trouve cela juste.

Par contre pouvoir exister dans un autre sexe que celui avec lequel on est né nécessite de suivre un traitement médical à vie. Partant de là je ne comprends pas que l’on puisse dénier la réalité du caractère genré des parties génitales.

Je suis toutefois d’accord avec l’auteur lorsqu’elle dit que nul ne devrait demander à une personne trans si elle est opérée ou si elle compte le faire.

Cela ne regarde qu’elle.   

« Tu sortirais avec un homme trans ? »

Je ne crois pas. Si je le sais, je ne crois pas.

« Une réponse honnête. »

Oui…

« Et si tu avais un enfant qui te disait, je ne suis pas une fille mais un garçon ou bien l’inverse ? »

Eh bien si cet enfant restait fermement là-dessus, je serais décontenancée et je me dirais mince, quelle vie il va avoir. Ou elle.

Je serais là de toute façon. Mais il faudra que je me fasse à la situation. Je ne sauterais pas de joie si c’est la question. J’aurais peur pour mon enfant. Je ne l’obligerais pas par tout moyen à se conformer à son sexe de naissance ceci dit.

Je n’ai pas besoin d’un enfant qui se suicide à 12 ans parce qu’il se sent rejeté même chez lui et qu’il a l’impression que personne ne l’aimera jamais. Ce n’est pas ce que je veux.

Il saura que moi, je l’aime. Mais il faudra que je me fasse à la situation. Et que je trouve le moyen et la force de l’accompagner.

Franchement pour moi ce serait une épreuve. Mais pour l’enfant plus encore donc, je serais là.

« Et si c’était ton conjoint qui t’annonçait vouloir devenir une femme ? »

Je me sentirais trahie, honnêtement. Tu as vu l’âge que j’ai et je suis seule. Si je rencontre quelqu’un demain, il n’aura pas 20 ans non plus. Je me sentirais trahie parce qu’il y a des choses que l’on sent, des choses que l’on sait et des choses que l’on tait. Je serais vraiment déçue que le gars ait attendue d’être dans une relation avec moi pour s’avouer qu’il veut être une femme.

Je lui demanderais franchement ce qu’il l’avait empêché de s’avouer les choses avant, pourquoi s’être engagé avec moi à ce point ?

Je ne serais pas contente, du tout.          

« Sachant qu’il veut être une femme tu lui aurais dit non ? »

Oui.

« Bon, une réponse non réfléchie, instinctive. Tu as fait ton choix inconscient définitif alors, tu veux être avec un homme. D’accord, nous en prenons bonne note. »

Qu’est-ce que…

« Il y a la morale, l’éducation et ce que l’ego veut ou accepte.

Puis il y a ce que l’âme veut et la tienne avait choisi de te laisser t’incarner sans trancher la question de la bisexualité originelle pour cette existence. Vous avez tous été homme ou femme au fil de vos incarnations.

La sexualité est liée à l’incarnation, elle n’a aucun sens au-delà, tu le sais déjà. Mais avant de venir normalement, vous êtes censés faire un choix. Tu ne l’avais pas fait.

Il restait donc trois possibilités. Inutile de les détailler, tu les connais. 

Il y a d’autres personnes qui sont dans le même cas. Mais précisons que ce n’est pas le cas de toutes les personnes bisexuelles, la majorité a délibérément fait ce choix. 

Quand le choix n’était pas préalable, il doit être réalisé en conscience. C’est plus compliqué car l’ego voit des tas d’enjeux qui n’apparaissent pas de la même manière hors incarnation.

Tu as perdu une copine à cause de cette situation, cela t’a fait de la peine. La seule lectrice de ton blog qui ait rencontré tes parents.

Tu ne lui en veux pas mais tu ne souhaites pas renouer pour autant. Tu te dis, ce n’est pas très grave. Cela fait réfléchir tout de même n’est-ce pas ?

Aussi nous ne t’avons pas poussée. Nous t’avons laissée avancer, tranquillement. En te maintenant dans le cocon, où il ne pouvait rien t’arriver de plus fâcheux.

Pour que tu t’apaises.  

Nous n’avons plus abordé le sujet. 

Il n’y avait pas de bon ou de mauvais choix, il est important que tu le comprennes. Parce que ce que ton âme savait et nous pouvons te le dire maintenant, c’est que si tu choisissais l’hétérosexualité tu tomberais à nouveau amoureuse de ton âme liée.

C’est cette personne qui pourrait être le père de l’enfant que tu as vu. Il y a bien longtemps.

Il fallait que tu acceptes que cette personne revienne dans ta vie en sachant ce qu’il y a eu entre vous. 

Donc tu as fait ton choix. C’est ce qu’il ressort de la spontanéité de tes réponses.

Tu diras au revoir à Lauviah ? »

Non. Jamais. 

« Non ? »

Non.

« Tu lui diras à bientôt ? Il viendra te chercher à la fin du voyage. »

Je sais lol. Je lui dirai à tout à l’heure.

« D’accord. »

Merci Elédahiel.

Belle journée à vous ;)   

123456...355

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause