Archives pour la catégorie Féminité Sacrée

La clé de l’épanouissement de la femme

La clé de l'épanouissement de la femme dans Féminité Sacrée 17051101021117181815031531

Bonjour à tous,

Neveu a vomi dans la voiture !

« Les enfants font ce genre de choses. Et ce n’était pas ta voiture. », me dit Elémiah.

Heureusement ! En plus on ne pouvait pas s’arrêter. Pourquoi est-ce que chaque fois qu’il se réveille quelqu’un lui donne du Yop ?

« Parce qu’il aime le Yop et qu’il le réclame. Toi aussi tu as déjà vomi dans la voiture d’après ta mère. »

C’est une bonne chose qu’on ne garde pas souvenir de la totalité de ce que l’on vit.

« C’est un bébé. »

Je ne lui en veux pas. C’est l’odeur que je déteste. Je sais que c’est un bébé et que de toute manière il vomira encore. Simplement, il faut reconnaitre que ce n’est agréable pour personne. Pour lui non plus d’ailleurs. Il déteste être sale !

« Il va bien ? »

Très bien, dix minutes après qu’on ait pu le changer et le nettoyer un peu, il courait partout, tournant ma pauvre mère en bourrique. Moi j’étais occupée, je ne pouvais pas l’aider.

« Tout à fait le genre de suites d’évènements qui te conforte dans l’idée que tu n’es pas pressée d’avoir un enfant. N’est-ce pas ma douce Sylvie ? »

Je ne te dis pas jamais. Je garde en tête l’image de mon fils. Je ne peux pas m’empêcher de penser que je voudrais qu’il vienne au monde. Mais s’il pouvait ne pas trop aimer courir partout à travers le magasin, suscitant les commentaires et les regards peu indulgents…

J’avais une envie de rire. En plus dans des cas comme ça, tous les enfants des autres, d’âges similaires, ont l’air de modèles de sagesse. Du coup on ressemble au mauvais parent, à l’incapable qui ne sait pas tenir l’enfant !

Et quand on essayait de le porter, il s’affaissait sur le sol !

Je me demande combien de fois ma mère a pu répéter, viens ici !

Le problème c’est qu’il adore avoir de l’espace. Parce qu’il adore courir. Il arbore un magnifique sourire quand il court. Et malheureusement il aime bien aussi qu’on lui court après.

Moi encore j’arrive à le porter même quand il ne veut pas mais il devient lourd pour ma mère. Ce n’est pas agréable pour elle quand il n’en fait qu’à sa tête.

Tu vois Elémiah, je réalise que j’en veux à ma sœur et à son compagnon de se reposer aussi souvent sur mes parents. Mais quand je fais remarquer certaines choses à ma mère, elle me répond, je sais ce que c’est parfois on voudrait faire des choses et avec l’enfant on ne peut pas…

C’est pourquoi il faut les aider…

L’autre jour mes parents voulaient aller au restaurant. Maman n’a pas su dire non à ma sœur. Tu as vu ce qui s’est passé ? Il fallait qu’il y ait en permanence une personne dehors avec lui car il n’avait aucune envie de rester sagement assis. 

Je sais que c’est un gentil petit garçon. Il n’est pas en mode Tornade de manière continue. Il peut être calme au sens où on l’entend. 

Seulement, quand il rentre chez lui, c’est à MOI que ma mère dit, ouh je n’en peux plus, il est turbulent etc…

A ma sœur elle dit, il a été adorable, mais non ça ne nous gêne pas de le garder, il est tellement mignon…

Du coup je réalise que j’en veux à ma mère aussi.

Il n’y a que mon père qui dise franchement, on ne peut pas le garder en semaine et le weekend.

En fait ce qu’il y a c’est qu’il a beau être tout petit, il prend tout l’espace.

Et quand il est à la crèche ses parents viennent le chercher tôt alors que quand il est chez nous, ils arrivent bien plus tard.

Je me souviens quand ma tante et mon oncle avaient dû garder le fils de ma cousine quelques jours. On était allé les voir. Il ne nous ont pas caché leur exaspération en finalement je comprends.

Ce n’est pas qu’on ne les aime pas, mais il n’y a pas de pause. Ils ont toujours envie de faire quelque chose. Et pendant que tu t’occupes d’eux, tu ne t’occupes pas de toi, tu ne te reposes pas etc…

Il y a autour de moi de jeunes mamans qui me disent franchement que quand l’enfant n’est pas là, il ne leur manque pas. Ce qui ne signifie pas qu’elles ne les aime pas.

Et je comprends cela. Je ressens la même chose avec Neveu. Je peux jouer avec lui, passer du temps avec lui et apprécier cela.

Mais quand je sais qu’il devait venir et qu’à la dernière minute on apprend qu’il ne viendra pas, je ne suis jamais triste.  

Et je comprends aussi bien mieux les parents qui refusent d’aller en vacances dans un endroit où il y a une piscine avec de jeunes enfants. Parce que ce n’est pas farniente au bord de l’eau voire les pieds dans l’eau mais bien Alerte à Malibu.

Tu te souviens de la fois où j’ai failli me noyer dans la piscine à vagues ? J’avais pas loin de dix ans pourtant. Et la fois où j’ai manqué de me noyer avec ma sœur et ma cousine ! Dans les deux cas, heureusement qu’on n’était pas seules.

« Être parent emporte des contraintes bien réelles, nous n’allons pas te dire le contraire. »

De nombreuses joies également je le sais.

« Pas pour tout le monde. Il y en a pour qui cela a été la plus grande des désillusions. D’autres qui ont vu dans leurs enfants toutes les raisons qui font qu’ils ne réaliseront jamais leurs rêves.

Comme toi beaucoup de jeunes femmes pensent que la clé de l’épanouissement de la femme ne se trouve pas dans la maternité. Alors que pour d’autres, cette assertion est vraie.

Alors, où se trouve donc la clé de l’épanouissement de la femme pour toi ? Étant entendu que ce qui est valable pour toi peut ne pas l’être pour d’autres. »

J’espère que tu vas me donner la réponse parce que je dois admettre que je ne sais pas… 

« Nous n’avons pas de réponse à te donner, juste une chose à te dire, tu as un joli sourire toi aussi. Le même que ta mère, ta sœur et Neveu.

Et le même que le fils que tu as vu. »

Oui ! C’est un sourire héréditaire !

« Mais il n’avait pas tes beaux yeux en amande. »

Eh non !

« Tu as un très joli sourire. Parfois, c’est tout ce qui compte. »

Lol, merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

Demi-tour

Demi-tour dans Féminité Sacrée 16011704123217181813900987

Bonjour à tous,

« C’est difficile de se trouver face aux énergies sexuelles mal utilisées d’autrui, n’est-ce pas ? », me demande Ariel.

Je ne comprends pas ce type d’énergies. Elles sont d’une couleur qui tire vers le marron mais qui n’est pas du marron, c’est presque indéfini, je peine à les lire.

« Quand certaines personnes pensent à leurs propres énergies sexuelles, elles ne voient que celles qui sont liées à votre sexualité effective, elles ne voient pas les énergies de création. »

Les gens ne voient cet aspect que quand ils envisagent d’avoir un enfant. Peu s’intéressent au fait que les énergies sexuelles sont en fait celles qui permettent d’ancrer dans la matérialité, de différentes manières.

« Et que penses-tu de ces énergies abandonnées ? »

Je suis contente de ne les voir que rarement.

« Pourtant, très souvent, c’est ce type d’énergies qui vous empêchent de vous épanouir à la fois spirituellement et matériellement. »

Je sais, la couleur marron m’a permis de le comprendre. Mais après, si je m’approche je vois qu’elle est souvent composé de cinquante mille énergies diverses, toutes entremêlées et il y a des nœuds et des nœuds et des nœuds…  

Ca peut remonter à plusieurs vies antérieures. 

« Ces nœuds peuvent vous affecter de bien des façons. Et avoir un impact considérable sur vos vies. »

Il existe bien un moyen de les dissoudre ?

« Oui, il faut se pencher sur chaque énergie qui forme l’amas qui t’apparait marron. Ou une couleur approchant. »

Chaque énergie ? Il y a forcément une autre méthode. N’est-ce pas ?

« Bien sûr, toutes ces énergies se purifient instantanément dès lors que vous parvenez à incarner la Source en votre monde. »

Donc il faut purifier chaque énergie. Une par une ?

« Il faut remonter à la Source de chacune, sentir ce qu’elle apportait de positif à la base, comprendre en votre cœur pourquoi elle a été abandonnée et alors, il devient possible de la purifier. »

Je vois.

« Vous avez tous ce type d’amas qui t’apparait marron. Certains sont plus importants que d’autres. Veux-tu voir le tien ? »

Non, ça ira. Je ne souhaite pas le voir.

« Pourquoi ? »

Dans combien de siècles aurais-je fini de purifier une à une toutes ces énergies viciées ? 

« Je t’ai donné la méthode. »

Oui, franchement longue.

« Essaye l’autre méthode. »

Incarner la Source en conscience ? Mais j’aimerais bien, si je pouvais déjà je le ferai.

« Tu vas laisser cet amas là, parmi tes énergies ? »

Une par une ce doit être faisable…

« Oui, c’est à ta portée. Quand tu en auras envie ou que tu en ressentiras l’envie, tu le feras. Il faut que tu aies conscience qu’il s’agit d’un travail long et nécessaire. A moins que tu parviennes à rendre à ces énergies leur caractère originel en les réactivant à l’occasion d’un travail créatif ou plein de sens, voire les deux.

C’est souvent la méthode qui vous convient le mieux. Vous vous rendez simplement compte que quelque chose s’est ouvert en vous et vous porte. Vous ne savez pas que vous avez dissous un nœud. Ceci dit vous parvenez souvent à le comprendre plus tard.

Quelle méthode préfères-tu a priori ? »

Cette dernière me semble la moins laborieuse.

« Pourtant elle ne l’est pas. La plus rapide est la nuit de l’âme. C’est cela le désert, c’est ce fameux amas. Tu as su le transformer, tu as créé ce blog. Alors que tu ne comprenais même pas pourquoi tu faisais des rêves prémonitoires au départ.

Quel chemin parcouru, n’est-ce pas ? Tu sembles surprise, c’est pour cette raison que tu sens aujourd’hui la présence de l’Aïeule. »

Elle arrive un peu tôt, non ?

« Tu as su incarner la Mère alors que tu n’as pas d’enfant. Mais le souci est que tu es passé de la Jeune fille à la Mère sur le plan spirituel. Il manque une étape. »

Oui, c’est la Jeune fille, l’Amante, la Mère et l’Aïeule.  

« Il manque l’étape qui permet d’arriver au processus de création. D’où les difficultés que tu as pu rencontrées sur le plan matériel.

Et l’Aïeule est déjà là, devant toi. Elle représente la Sagesse qu’apporte l’expérience, uniquement l’expérience. C’est que tu as dû trouver le moyen synthétiser malgré tout. 

Alors veux-tu voir ton amas ? »

Finalement pourquoi pas, mais je ne vois qu’un fil tout blanc…

« Oui, un fil tout blanc. Si tu regardes bien autour, il y a des énergies qui indiquent un manque de maturité qui ne peut provenir que de certaines expériences. »

 Tu vas me renvoyer à l’étape de la Jeune fille.

« Il le faut, toutes les étapes sont importantes. »

Mais je ne me souviens même pas avoir voulu en sauter une !

« Tu ne peux pas incarner l’Aïeule. Pas en raison de ton âge, tu n’es simplement pas prête. L’Amante est l’étape de la femme consciente de sa propre puissance et de sa capacité de jouir de son pouvoir.

Sache que c’est très souvent cette étape qui vous pose problème. Mais tu devrais éviter un certain nombre d’écueils. Tu connais déjà la vie, tu ne viens pas tout juste de sortir de l’enfance. Tu vois, il y a du bon dans toute situation.

Il y a vraiment beaucoup de femmes qui rencontrent des difficultés au niveau de cette étape. »

Je ne suis donc pas la seule lol.

« Tu l’as sautée. Aie confiance en toi, tu verras que tout se passera bien concrètement. Et tu pourras incarner l’Aïeule d’ici une dizaine d’années. Peut-être une douzaine. »

Quand même !

Il faut prendre le temps d’explorer chaque étape, petite Sylvie. Bon retour spirituel à la fin de l’enfance. »

Lol ! Et ça se traduit comment ?

« Tu verras de quelle façon tu prends conscience de la puissance de la femme que tu es. »

Merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)

Carnet de femme

Carnet de femme dans Féminité Sacrée 15111301475517181813746748

Bonjour à tous,

« Il fait beau et chaud à nouveau, comme tu aimes. », me fait remarquer Ariel.

Oui, exactement.

« Certaines personnes préfèrent les climats froids. »

Ma propre mère n’aime pas la chaleur. Alors qu’elle supporte bien le froid.

« Ce qui n’est pas ton cas. Dès que la température descend tu tombes malade. Tu tombais malade chaque hiver. »

Je sais, je me souviens.

« Mais tu ne tombes pas gravement malade, pas souvent. »

Contrairement aux autres membres de ma famille. Ils sont rarement malades mais chaque fois, ils dégustent.

« Une de tes collègues ne s’est jamais remise du chikungunya. »

J’ai vu ça. C’est vraiment dommage.

« Quand les symptômes t’ont juste effleuré. »

Il me semble que j’ai reçu de l’aide, il y avait l’ange qui sourit…

« Le même qui est apparu il y a quelques temps alors que tu commençais à souffrir de ton syndrome pré-menstruel ? Petite Sylvie qui ne sait toujours pas comment soulager efficacement le mal de crâne qui apparait à ce moment-là. »

C’est qu’il est tenace, il dure toute une journée et il y a tellement de lactose dans les médicaments, ce serait remplacé un mal par un autre…

« Tu te souviens de ta dernière crise de lactose ? »

Si je me souviens ? J’étais encore plus malade qu’au départ avec ce médicament stupide !

« Tes crises de lactose peuvent être plus dures que les crises de gluten. »

Ce sont les crises d’intolérance qui sont dures. Mais parfois je ne sais pas qu’un produit posera problème Ariel.

« Aussi dures que le mal de crâne pré-menstruel ? »

L’ange qui sourit m’a rendu un grand service. Comme la fois où il a fait cette transmutation de mes énergies et où j’ai été débarrassée de ma grippe.

« Il t’a aidé. Maintenant il voudrait t’initier à certaines choses. »

Il va parler ?

« Il n’en a pas besoin. Les règles sont le moment de te détendre, de te reposer. La période courte qui les précède est l’occasion pour la femme que tu es d’être à l’écoute de ses besoins, de ses envies.

Ce sang qui s’écoule est une façon de laisser partir des énergies dont tu n’as plus besoin.

Tu devrais tenir un carnet. On va l’appeler ton carnet de femme. »

Un carnet de femme…

« Ton carnet de femme. Quand tu commenceras à sentir les premiers symptômes de la période pré-menstruelle, plutôt que de te demander si tu as suffisamment de médicaments pour affronter ce qui t’attend, tu pourrais prendre ton carnet.

Cette période peut être l’occasion d’un dialogue avec la femme que tu es, de te rappeler tes attentes tant matérielles que spirituelles.

Éloge de la douceur envers soi. A la fin de la période des règles tu écriras un poème dans ton carnet. Essaye sur un an, tu verras que tu seras agréablement surprise et que cet exercice te fera du bien.

Tu verras aussi que tu seras moins sensible à l’influence des énergies qui favorisent de petits maux bénins tel le rhume. Toi qui prends souvent froid même en Martinique.

Essaye. »

Merci Ariel. Je vais essayer, pourquoi pas.

Bonne journée à tous ;)  

Mon côté masculin

Mon côté masculin dans Féminité Sacrée 14041702343417181812155385

Bonjour à tous,

« Alors, tout se passe bien au travail ? », me demande Ariel.

Non ça ne va pas du tout, je stresse toute seule et je me mets la pression parce que je n’arrive pas à avoir totalement confiance en moi. Or je sais que ça se voit et cela m’énerve encore plus. En outre ma tension est tombée à 9,4.

Et le pire, c’est que ce n’est même pas le chef qui m’est tombé dessus. 

« C’est l’avocat à qui tu as adressé ce mail trop abrupt. »

Certes, j’ai bien compris qu’il fallait mettre les formes. Néanmoins je n’avais pas tort, l’original du contrat a disparu dans la nature. Comment puis-je poursuivre les cautions sans contrat établissant leur responsabilité ?

« Tu as peur parce que tu crains qu’à l’issue de ta période d’essai on te montre la porte. »

Oui.

« Mais alors, pourquoi ton chef parle-t-il de te confier de plus gros dossiers ? Nous t’avions dit que tu garderais des séquelles de ta précédente expérience. Tu as besoin d’être rassurée. Tu as encore l’impression que du jour au lendemain une tuile va te tomber dessus parce que dès que tu commençais à te sentir bien on te faisait une méchanceté.

Quelqu’un s’est-il montré méchant depuis que tu as commencé ? »

Non. Sauf peut-être la comptable.

« Elle a remarqué que ses collègues masculins te prêtent beaucoup d’attention. Elle se demande comment les choses vont évoluer. »

Elle a trop d’imagination.

« Ou plus d’expérience. »

Étonnamment je suis l’une des deux plus jeunes femmes de ce bâtiment. C’est tout.  Mais l’autre aussi est sympa. Et tout le monde l’aime bien. Moi c’est tout ce que je souhaite, m’entendre avec les gens. Même avec cette comptable.

Les choses ne vont pas évoluer, comme tu dis.

« Tu es notre belle petite fille. »

Je sens que ce n’est pas un compliment.

« Ne t’inquiète de rien d’accord. Aie foi en toi. C’est tout. Nous voudrions te parler de ton côté masculin. »

Mon côté masculin…

« Cela ne te parle pas. »

Pas trop c’est drôle, j’en ai un bien sûr je le sais mais…

« Tu es une femme plutôt féminine. Assez jolie. Pas d’une beauté renversante mais assez jolie. Tu ne vois pas de quelle manière s’exprime ton côté masculin ma belle Sylvie ? »

Non, mais je dirai qu’il se manifeste peu à l’extérieur. 

« C’est vrai de prime abord. Tu as un vrai corps de femme par exemple. Tout en rondeurs. Ceci dit tu es une personne lunaire. La particularité des personnes lunaires est que beaucoup de choses chez elles ne se voient pas de prime abord. Par exemple tu aimes le shopping et des tas de choses totalement futiles dont tu serais capable de parler durant des heures. Néanmoins, tu es quelqu’un de sage et cela ne se voit pas nécessairement d’entrée. Surtout quand tu arrives au travail par exemple vêtue d’une courte robe moulante rose pâle. »

Une femme a besoin de rose dans sa vie.

« Et tu as le sens de la répartie qui décontenance. Petite Sylvie. Tu n’assumes pas la personne que tu es d’où tes problèmes de confiance en toi. »

Je sais que tu as raison, j’y travaille.

Une réponse franche, c’est bien. Tu as la volonté d’être en phase et en paix avec toi-même. Nous voyons les efforts que tu fais sur toi actuellement. Nous n’approuvons pas le travail acharné ceci dit. Tout simplement parce que c’est l’une des raisons pour lesquelles ta tension est si basse en ce moment.

Tes collègues masculins défilent dans ton service parce que tu es la plus jolie femme du bâtiment et ce en raison de ton âge, de ta façon de t’habiller, de ta coquetterie et de tes ongles toujours vernis, de ton absence d’alliance au doigt et de ta personnalité assez joviale. Tu t’es montrée sympa dès le départ. Tu es souriante et tu es gentille. Pas une vilaine pimbêche qui se voudrait inaccessible. L’autre jeune femme du bâtiment a un physique moins avantageux et est à l’évidence moins coquette. Elle est plus jeune et plus mince que toi mais ne sait pas se mettre en valeur. »

Elle a un beau corps pourtant.

« Mais elle ne le sait pas. »

J’ai vu ça…

« Tu sais ce qui rend une femme belle. »

Oui parce que je l’ai compris, c’est le fait d’avoir foi en sa féminité. Dès lors on est capable de se mettre en valeur et on envoie des signaux positifs. Il ne s’agit pas d’avoir les traits ou le corps de Claudia Schiffer, je ne les ai pas non plus. Mais si on parvient à se sentir belle, les autres le sentiront aussi. 

« Tout à fait. Comme tu as des formes naturelles, les tenues qui les soulignent te vont bien. Mais est-ce toujours simple à assumer ? »

Non et justement je me rends compte que c’est surtout un problème de confiance.

« Ou alors, un problème d’équilibre. Ce qui nous renvoie à la nécessité de mieux cerner le masculin en toi. Tu ne pourrais pas sortir avec un homme qui ne s’intéresse qu’à tes formes justement, pourquoi ? »

Mon corps n’est qu’une petite partie de moi. J’ai aussi une personnalité, un cerveau…

« Beaucoup de femmes font le choix de se montrer dure dans le travail, de mettre en avant leurs compétences en se montrant expéditives et exigeantes. Elles font en sorte de gommer ce qui pourrait rappeler qu’elles sont des femmes justement, dans leur attitude.

Penses-tu que ce soit une bonne solution pour être crédible sur le plan professionnel ? »

Non, je connais cette attitude ceci dit.

« Elle est très répandue. Pour schématiser,chez une femme, le côté masculin correspond à ce qui lui permet de s’affirmer en tant que personne à part entière et donc souvent dans le domaine professionnel. A l’inverse du côté féminin, plus évident, qui correspond davantage à ce qu’elle est intrinsèquement. Toutes les femmes ne se ressemblent pas. Mais généralement, votre caractère, votre personnalité et votre manière d’être sont liées à vos énergies féminines. Tandis que votre façon d’agir, vos décisions réfléchies, vos ambitions externes sont liées à votre côté masculin.

C’est ce qui explique que les femmes, plus souvent que les hommes, sont tiraillées entre ce qu’elles sentent être et ce qu’elles voudraient être. Il vous est plus facile de sentir que la majorité des énergies d’action atour de vous sont masculines. Les énergies féminines sont passives d’une manière générale. Elles influent les énergies masculines mais ne sont pas des énergies déterminantes. Sur le plan de l’action, ce sont des énergies secondaires.

Pour agir, que vous soyez un homme ou une femme, vous devez mobiliser des énergies masculines. Pour autant, une femme qui mobiliserait trop d’énergies masculines connaitrait des répercussions négatives sur sa vie personnelle. 

Vous avez tous besoin d’énergies féminines pour vous construire car ce sont celles qui permettent de se relier à l’âme. Ceci en raison du fait qu’elles sont passives justement. En tant que femmes, ils vous est donc plus simple en théorie de développer votre univers personnel que les hommes. Il vous est plus simple également de construire ce que nous allons appeler un foyer, à savoir ? »

Un environnement propice au bien-être.

« Tout à fait. Il vous est aussi plus simple, toujours en théorie de prendre soin de vous. Mais en pratique que se passe-t-il ? Vous êtes très vite amenées à constater que vous avez besoin d’énergies masculines pour vous affirmer et vous construire extérieurement.

Le problème apparait quand, par méconnaissance de vos véritables atouts, vous mobilisez trop ou trop peu de ces énergies masculines nécessaires aux femmes que vous êtes pour pouvoir établir cet équilibre extérieur-intérieur que vous recherchez.

En l’occurrence tu mobilises plus d’énergies masculines que tu n’en as besoin. Tu as besoin de te reconnecter à ta féminité profonde afin de réaliser que ta sensibilité est ton plus grand atout que ce soit en tant que femme, être spirituel et être humain. »

Ah bon vraiment…

« La douceur n’est pas une tare. L’empathie non plus et le pardon ne peut venir que du cœur. Tu n’a pas besoin de chercher à être quelqu’un d’autre dans le monde professionnel. Sois juste toi-même.’ »

On m’a souvent reproché d’être trop sensible, encore récemment.

« On te le reprochera encore. Tu es hypersensible, cela ne va jamais changer. Tu caches ta douceur. A tort. Sois moins intransigeante, tant avec toi qu’avec les autres. Mais note que les gens qui t’apprécient ne te reprochent pas ta sensibilité. Garde cela en tête, toujours. Elle est la raison qui fait que tu es une personne lunaire. Tu n’arrives pas à t’ouvrir d’un coup si tu ne te sens pas à l’aise. Tu as besoin d’être mise en confiance. Ce n’est pas grave. Ce n’est pas une tare non plus.

En revanche, cet humour-bouclier, un jour il faudra l’abaisser complètement. Un jour lointain, ce n’est pas pressé. »

Merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)

 

Le manteau bicolore

Le manteau bicolore dans Féminité Sacrée 14040201191617181812116521

Bonjour à tous,

J’ai fait un rêve la nuit dernière qui m’a amenée à me poser deux-trois questions au réveil. Une surtout.

« Le manteau représente la protection. Tu étais dans un magasin, donc le lieu du choix personnel et tu te promenais parmi des rayons de vêtements. Ce qui renvoie à soi. Tu as été attirée par un premier manteau, blanc. Il représentait la protection spirituelle, tu lui en as préféré un autre, noir et chair. Tu l’as essayé et il t’a plu. C’est alors que des vendeuses sont intervenues et t’ont fait remarquer qu’il serait dommage de choisir ce manteau quand il y avait tant d’autre vêtements. Sais-tu ce que représentait ce manteau ? », me demande Eledahiel.

Je l’ai su quand j’ai ouvert les yeux, à l’instant où j’ai ouvert les yeux. Il est la raison pour laquelle je suis célibataire. Pourquoi vous ne me dîtes pas franchement qu’il y a un problème ?

« Nous ne vous indiquons que ce que votre âme vous montre et que vous ne voyez pas. »

Je me souviens du petit serpent brun que j’enfonçais méchamment dans mon sac.

« Ce n’était simplement pas l’heure. Et l’indice clair que tu resterais célibataire pendant un bon moment. »

Je me souviens aussi du python attaché et de la réaction de mon interprète de l’époque.

« Un autre indice clair. »

Eledahiel, pourquoi ne pas me dire clairement ce qui ne va pas ? A l’évidence il y a un souci. Qui m’échappe.

« Que se passait-il à la fin de ton rêve ? »

Je renonçais à ce manteau bicolore et optais pour une jupe. Une jupe presque sans couleur.

« Tu te souviens de la conversation que tu as eu avec cette femme lors de l’atelier de développement personnel de dimanche ? Elle t’expliquait qu’un jour, elle avait demandé à Dieu de lui envoyer la bonne personne et elle s’était engagée à rester seule jusqu’à ce qu’il arrive dans sa vie. C’est ce qu’elle a fait et c’est dans l’un de ses rêves qu’elle a su que cet homme allait entré dans sa vie. »

Oui je me souviens.

« Que représente le magasin ? »

C’est le lieu de nos choix personnels, il est important de regarder ce qui attire notre attention et ce que l’on achète. La jupe était sans véritable couleur car elle n’était pas l’élément important, c’est le manteau bicolore qui l’était. Celui-ci et l’autre qui m’attirait aussi et dont je me suis rappelée avec force au réveil. 

J’ai renoncé au manteau bicolore. Je me suis réveillée juste après. Mais c’était vous les vendeuses n’est-ce pas ? Quand je rêve je n’arrive jamais à vous reconnaître ou rarement. Mais après coup j’ai compris, c’était vous.

« Oui. »

Quel était le message ?

« Que représentait le manteau blanc ? »

La protection de Lauviah ! Et donc je n’ai pas choisi Lauviah…

« Peut-être parce que tu as grandi. Mais il sera toujours là. Tu as renoncé au manteau bicolore, tu as fait un choix.

Alors ta cousine se marie ? »

Oui, super nouvelle, je suis contente pour son fiancé et elle.

« Elle attendait cette demande. Ils désiraient tous deux quelque chose de sérieux quand ils se sont rencontrés, c’était le bon moment. »

Cette femme dimanche m’a dit la même chose, l’Amour est affaire de moment.

« Tu as bien apprécié cet atelier. »

Oui, merci à Clo !

« Tu n’as pas à t’en faire pour ton rêve. Parfois, il suffit juste d’attendre le bon moment. Parfois, il y avait bien un problème, s’il faut l’appeler ainsi. Mais la roue tourne, même pour les petites filles endormies.

Bon réveil à toi. Le manteau bicolore représentait la volonté de se couper de la Terre.  Une ultime fois le serpent s’est présenté, sous une autre forme, en choisissant la jupe tu as accepté la reconnexion. Toutefois elle n’était pas sans importance. Tu le comprendras plus tard. »  

La jupe porter par une femme renvoie à la féminité.

« Oui. »

Je comprends je crois.

« Oui. »

Merci Eledahiel.

Bonne journée à tous ;)

Tandis que la plume m’emporte

Tandis que la plume m'emporte dans Féminité Sacrée 1304011139238035711038822

Tandis que la plume m’emporte,

Elle apparait, mon cœur se calme,

J’aime son sourire.

J’entends ces mots doux, réconfortants et muets,

Je sens sa présence apaisante, sa chaleur, son Amour,

Je me sens légère, elle me libère.

Je lui demande pourquoi depuis ce matin ce chien aux yeux étranges m’apparaît,

Elle me répond avec grâce qu’il s’agit d’un Messager, qu’il a quelque chose pour moi,

Il me fait peur, je ne souhaite pas qu’il s’approche,

Elle me répond que toute souffrance a une fin comme toute solitude résulte d’un choix, conscient ou non.

Elle me dit que ce chien ne partira pas, que j’entendrais son message et qu’il me délivrera.

Ce feu-là

Ce feu-là dans Féminité Sacrée 120612090639803579976882

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons parler du feu de l’insatisfaction. Nous pourrions aussi l’appeler le feu qui consumme. Vous savez (ou peut-être que non chanceux que vous êtes), c’est cette petite flamme qui grandit à mesure que nous sentons poindre un désir qui pourrait s’exprimer de mille façons mais que nous ne parvenons pas à cerner vraiment. 

Le plus souvent, ce désir arrive à prendre la forme d’un appétit sexuel qui s’étend. Il y a pire me direz-vous. Sauf que, le nombre de partenaires ne change rien, le feu qui consumme a la désagréable particularité de s’étendre tant que le véritable désir à satisfaire (vous savez celui qu’on a tant de mal à cerner) n’est pas comblé.

Aussi au départ vous vous sentez attiré par X, Y et Z à la fois. Disons que vous osiez vivre ce que vous avez envie de vivre. Dans X vous trouverez une chose qui justement vous comblera. Vous savez que ce n’est pas de l’Amour mais c’est bien agréable quand même, vous continuez. Dans Y vous trouverez ce qui justement serait parfait chez X, les deux se complétant si bien, pourquoi arrêtez ? Vous poursuivez, trouvant votre équilibre tant bien que mal.

Mais voilà, à un moment ou un autre il y aura Z alors que vous tenterez toujours de trouver l’équilibre idéal entre X et Y. Z n’a rien de plus que les deux autres et à lui seul il ne saurait les remplacer. Toutefois il vous attire aussi, vous ne vous l’expliquez pas mais ce feu qui vous consumme toujours vous donne envie de vivre cette histoire aussi. Ou pas.

Deux cas de figure s’ouvre alors devant votre petite personne torturée. Il y en aurait bien trois mais vous le savez, vous n’avez ni la force ni le courage de renoncer aux trois.

Ainsi, vous pouvez choisir l’équation à trois inconnues. Vous serez rapidement rattrapé par l’appétit insatiable du feu qui consumme, vous ne parviendrez pas à ignorer un sentiment d’insatisfaction qui vous amènera à prendre conscience de manière moche et brutale que vous vous êtes tant éloignés du désir initial que vous vous dégoûtez vous-mêmes. Certains l’admettent, d’autres pas. Si vous avez l’habitude de vous remettre en question vous l’admettrez mais y laisserez des plumes.

Vous vous demanderez ce qui vous a pris de vous laisser entraîner dans un tel tourbillon et surtout à l’issue, vous ne saurez trop comment gérer ce vide que vous ressentirez.

Vous pouvez aussi tenter de faire un choix, d’en garder deux sur trois ou de tenter l’aventure avec Z uniquement. Vous pouvez. Une semaine passera, deux, vous vous torturerez l’esprit vainement constatant que vous êtes en fait bien incapables de choisir entre :

- Ne vous convient pas

- Ne vous convient pas

- Ne vous convient pas. 

Si bien que d’une manière subtile mais définitive vous ferez capoter votre équilibre précaire. Vous ressortirez amer d’une telle aventure, ayant le sentiment d’avoir été une victime des circonstances. Vous vous sentirez nul quelque part et garderez de l’appréhension et de la rancune, risquant de reproduire plusieurs fois ce même schéma sans parvenir à le comprendre.

Le feu qui consumme ne s’éteignant pas, il se transforme, vous aurez toujours le sentiment que quelque chose vous pousse et que donc ce qui arrive n’est pas votre faute.

Pourtant, en réalité le feu qui consumme ne prend l’aspect d’un appétit sexuel qui augmente que lorsque nous ne sommes pas capables d’accepter l’idée que nous disposons de certains dons.

Le véritable désir se trouve généralement être la Volonté d’affirmer sa puissance au travers ce que nous sommes capables de faire de mieux. C’est la part  féminine en chacun qui est ici en cause. Elle est souvent minorée au profit de la part neutre que nous créons pour répondre à des exigences égotiques. Cette part neutre est constituée de tous les « Je dois » auquel nous nous soumettons, négligeant au passage ce qui nous est naturel.

Dans cette part neutre, nous attribuons beaucoup de « Je dois » qui peuvent être exprimés ou réalisé en mettant en avant notre force d’action, plus présente dans notre part masculine.

La part féminine est en retrait au départ. Elle doit être mise au monde, révélée à notre conscience. Ell est surtout constituée de ce dont nous sommes capables  et est faite pour être combinée à notre part masculine afin de nous permettre de nous réaliser pleinement.

Le feu qui consumme est donc en réalité une conséquence négative, ce qui apparaît lorsque les forces naturelles sont laissées à l’abandon, au profit de ce qui a été bricolé de toutes pièces telle la part neutre.

Pour rééquilibrer l’ensemble et amener la part féminine à reprendre sa place légitime, il faut commencer par cerner sa part neutre et s’interroger sur les raisons qui ont amené à l’établissment de tous les « Je dois ». Parce que si a priori ils peuvent paraître évidents, en fait ils peuvent considérablement varier d’une personne à l’autre et cela n’est pas dû au hasard. 

Ce travail peut prendre du temps ou non, tout dépend de l’état d’esprit de celui qui s’y astreint. En tout cas il est toujours bénéfique.

Bonne journée à tous ;)

Pour Isabelle

Pour Isabelle dans Féminité Sacrée 120610015752803579964921

Coucou !

Bon alors ce n’est pas la recette du fondant au chocolat vu que je ne l’ai pas encore demandée à maman. Mais je voulais te donner quelque chose.

Alors voilà, c’est une jolie image, celle d’une coulée de lave. Je ne suis pas spécialement fan des volcans mais c’était pour t’aider à réveiller le feu en toi.

On me dit que tu comprendras toute seule ces paroles. Je voulais quelque chose qui puisse te convenir.

Bise ;)

L’Aïeule

L'Aïeule dans Féminité Sacrée 120217115337803579453426

 

Bonjour à tous,

A mon jeune âge (certes j’ai passé la trentaine lol), je la vois comme une figure lointaine et un peu austère je dois bien le dire. Comme si l’hiver de l’existence représentait la fin de la soirée. On s’est bien amusé mais ça y est c’est fini, il va être l’heure d’aller au lit. Certes un tel moment n’est pas forcément désagréable à vivre sur l’instant. Mais je préfère me dire que pour l’instant, la soirée a encore de belles heures. C’est vrai, je ne peux pas m’empêcher d’associer l’Aieule spirituelle à la fin de la vie tout simplement parce que l’aïeule, c’est celle qui a vécu justement, au passé lol.

Pourtant depuis ce matin, je vois ce qui pourrait s’apparenter à ma propre vision de l’Aïeule, une femme sereine, souriante, clairement dans l’instant et finalement pleine de vie malgré les traces évidentes de son âge. Une femme sure d’elle et apaisée, qui a dépassé les batailles de l’ego mais également les errements et les tempêtes du coeur, une femme qui a aimé et qui aimera encore sans plus jamais subir la passion, en ayant conscience de ce que sont réellement les relations amicales, amoureuses et autres.

Je perçois l’Aïeule comme un être d’expérience, à la sagesse éprouvée, qui sait parce qu’a vécu. Elle ne craint pas, ne désire pas, elle vit.

Je n’aurais pas la prétention de vous dire que j’en suis rendue là. En plus il vous suffirait de lire quelques uns des textes où je pique des crises et fais des caprices pour vous rendre compte que parfois la route est encore longue lol.

Toutefois je pense que ce n’est pas par hasard si je la vois aujourd’hui, alors que je me pose des questions et que je prends conscience de certaines envies. Je me sens en pleine construction de ma vie, mais arrête-t-on un jour de construire ? Je pense que tant que l’on vit on a la possibilité de créer d’une manière ou d’une autre.

Pas forcément des choses spectaculaires mais le scrapbooking m’a permis de comprendre une chose, la satisfaction et la joie ne se trouvent pas forcément dans le spectaculaire. Les choses simples peuvent être bien agréables aussi. D’ailleurs je dis le scrap mais il n’y a pas que ça, toutes les choses que je trouve sympa en fait.

Après, l’Aïeule telle que je la perçois aujourd’hui a su gérer les déceptions et c’est cela qui l’a apaisée justement. Nous en vivons tous à l’occasion, certaines nous blessent plus que d’autres. Mais bon, elles ne nous tuent pas, c’est ce que je constate. Pourquoi je dis ça lol, j’avoue que c’est assez ce que je pense. Je n’aime pas les déceptions moi non plus, mais ce sont souvent les déceptions qui me permettent d’aller vers mieux d’une manière ou d’une autre alors en un sens elles ont aussi du bon.

Enfin, c’est une figure que je sens encore loin de mon niveau de sagesse actuelle objectivement. Mais c’est une belle figure que je commence à comprendre je crois et cela me fait plaisir.

Bonne journée à tous ;)   

Mes attentes en tant que Femme

Mes attentes en tant que Femme dans Féminité Sacrée 110926021429803578798317

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui une de mes tantes est passée nous voir avec son mari. Elle voulait nous montrer sa jolie voiture neuve voilà pourquoi ! Je comprends tout à fait lol, on est toujours excité quand on a des trucs neufs, même si c’est trois fois rien alors une voiture…

Cela faisait longtemps qu’ils l’envisageaient. Mais ils avaient de dettes et les ont réglé avant, puis ma tante est tombée malade et elle a dû se mettre en longue maladie.

Aujourd’hui elle attend encore de savoir si le combat s’achève ou si elle peut enfin souffler. Après neuf mois de chimiothérapie elle a été opérée. On lui a enlevé un sein. Je comprenais tout à fait quand elle disait qu’elle voyait aussi cette opération comme une atteinte à sa féminité. Je ressentirais la même chose j’en suis sure.

« Ce type de problème pose la question du rapport au corps matériel. », me fait remarquer Samamel.

Tout à fait.

« C’est comme les fibromes trop nombreux pour être opérés. »

Oui lol. Je ne veux évidemment pas d’une hystérectomie, ce serait un échec à mes yeux, un échec personnel. De toute façon, mon médecin me l’a dit on n’envisage pas ce genre de solution à mon âge. Elle ne me l’a même pas proposée. 

« Aurais-tu accepté ? »

Tu plaisantes ! Une ablation de l’utérus c’est définitif, je ne peux plus avoir d’enfant. 

« En quoi cela constiturait-il un échec personnel ? »

Ca n’est pas envisageable, c’est tout. Ce n’est pas ce que je veux.

« Mais encore ? »

Ca m’obligerait à renoncer à quelque chose qui me tient à coeur voilà pourquoi ce serait un échec !

« Donc ce n’est plus le cadet de tes soucis d’avoir un enfant un jour. »

Mdr !!!

« Ta tante a une énorme cicatrice t’a-t’elle dit, une cicatrice disgracieuse, un sein en moins. Elle ne le vit pas très bien. »

Je comprends cela. C’est déjà difficile d’encaisser une telle maladie. Elle porte encore le cathéter, ne sait toujours pas si l’attend la rémission ou le traitement par rayons.

Elle avait une grosse tumeur. Neuf mois de chimio l’ont fatiguée, elle gardera des séquelles au niveau du bras. Même si dans quinze jours le médecin lui dit qu’elle est guérie, ce que nous espérons tous, elle devra attendre 2013 pour la reconstruction.

C’est vrai que l’enjeu du cancer c’est sa propre vie et perdre un sein au regard de cela, ce n’est rien. Mais au jour d’aujourd’hui quand elle regarde sa cicatrice, elle se dit encore dommage.

Je sais que toutes les femmes ne réagissent pas ainsi. Ma mère dit qu’elle se moquerait d’avoir un sein en moins par exemple.

« Comment toi tu réagirais ? »

Mal, j’aurais peur en fait, peur de ne plus être belle. En fait ça m’atteindrait très profondément et je sais que cela bouleverserait mon intimité.

« Beaucoup de femmes peuvent comprendre ce type de réaction, de crainte. C’est celle de ta tante. Le rapport au corps matériel est très important, il ne faut pas négliger cette part de votre construction personnelle.

Tu es une jeune femme, pour toi la sexualité passe encore par le fait de se sentir à l’aise avec l’image que l’on a de soi. Un jour cela évoluera, un jour tu seras davantage dans la recherche du plaisir de l’instant. Pas celle des adolescents, celle des personnes qui ont atteint l’âge où chaque occasion de se faire encore plaisir est savourée. Celle de ce que vous appelez l’âge de la maturité.

Le rapport au corps demeure important alors, mais ce partenaire d’une vie est devenu un ami fidèle. Il n’est plus cet indomptable qui refuse de se plier aux exigences de votre mental. Un sein en moins n’empêche pas le plaisir, le mental le peut.

Dix kilos en trop n’empêchent pas le plaisir non plus. Le mental le peut.

Quelques rides, ou même des cheveux grisonnants n’empêcheront jamais le plaisir. Seul le mental le peut. 

Guérir d’un cancer offre l’opportunité de se consacrer à ce qui apporte du plaisir. D’une manière générale sortir d’une maladie ou d’une période riche en ennuis de santé devrait toujours permettre de se recentrer sur ce que l’on néglige car vu comme secondaire au profit d’éléments tels que la carrière.

Qu’est-ce que le radiologue t’a dit Sylvie ? »

Il a dit qu’en l’état actuel c’est avec difficultés que je pourrais avoir un enfant. Il n’y a plus de place pour le bébé, je ferais sûrement une fausse couche. 

« Est-ce grave ou non ? »

Là maintenant je ne souhaite pas avoir d’enfant. Mais bon, il vaut mieux remédier à cette situation. Ce que je compte faire.

« Tu n’admets pas les portes fermées n’est-ce pas ? »

Comment pourrais-je ? Pourquoi devrais-je ? Je préfère chercher la clé. 

« Il arrive qu’il n’y ait pas de clé et que la seule solution soit de se tourner vers une autre porte qui elle, pourra s’ouvrir. »

Qu’es-tu en train de me dire ?  

« Il arrive que certaines choses soient révolues pour vous. Ta tante n’a pas ton âge. Quand il y a deux ans elle s’est vue proposer une hystérectomie en raison de ses fibromes elle a accepté. Une porte s’est refermée dans la douleur pour elle. Elle te l’a dit, elle a senti qu’elle perdait ce qu’elle voyait comme une part de sa féminité.

Si elle ressentait cela c’est parce qu’en tant que femme elle n’est pas satisfaite. Alors perdre un sein aujourd’hui, cela ne fait que raviver cette douleur enfouie.

Le rapport au corps est important aussi parce qu’il permet d’exprimer ses attentes en tant qu’Homme ou Femme. Ce que tu crains réellement aujourd’hui c’est d’avoir des difficultés à exprimer une part des tiennes.

Dans ta tête tu sais que tu n’as pas de grave maladie. Mais chaque mal a une incidence même petite sur ta vie finalement. Les intolérances alimentaires, les fibromes. Quand tu regardes bien, tout te ramène au plaisir d’une manière ou d’une autre.

Se pose alors en fait la vraie question de tes attentes en tant que Femme. Une question normale et légitime qui se pose à toutes d’une manière ou d’une autre.  

Se pose la question de ta propre jouissance et pas seulement sexuel car tes maux sont divers mais ramènent au ventre, ce qui met en avant la satisfaction personnelle, l’épanouissement total.

Par où passe-t-il pour toi c’est le questionnement devant lequel tu es mise aujourd’hui.

Ta tante est une femme pleine de regrets qui tente de compenser en s’offrant des cadeaux. Cette voiture, elle est venue vous la montrer oui. Mais que lui a-t-elle réellement coûté ?

Tout ce qui implique la satisfaction coûte davantage que de l’argent. Cela coûte de l’investissement personnel. Mal placé, cet investissement ne porte que de tous petits fruits chétifs et encore.

Se pose donc la question du bon investissement, au bon endroit et au bon moment. Mais quel est-il, comemnt ne pas se tromper ?

Revenons à ce qui ne va pas, cela peut permettre de comprendre. Tes problèmes sont surtout situés au niveau du ventre et de la gorge.  Sauf que tu sais déjà que ce mal de gorge éternel est une conséquence du véritable problème qui lui se situe dans le ventre.

La réponse semble simple, il faut investir dans ce qui te ferait personnellement plaisir.

Est-ce aisé à mettre en place, pas forcément. Est-ce nécessaire, oui. Pourquoi, pour que tu parviennes à combler te attentes en tant que Femme.

Comme nous te le disions, il est rare que votre chemin de vie idéal soit une ligne droite. C’est au contraire tout un enchevêtrement, long et parfois sinueux qui permet de se donner du temps pour soi et par là-même d’en donner aux autres d’une manière toujours juste et harmonieuse. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous Clin doeil    

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause